RETOUR RELIGION
La chambre où mourut saint Thomas a été transformée en chapelle. Un bas-relief représente le Docteur angélique malade mais dictant encore son commentaire du Cantique des Cantiques. Selon la tradition c’est le livre de la Bible sur lequel il travaillait au moment de sa mort.
 
En 1368, sur ordre du pape Urbain V, il fut exhumé de sa tombe pour être enseveli au couvent des Frères prêcheurs de Toulouse, première maison de l’Ordre.
Il reposa dans ce lieu jusqu’en 1791 avant d’être translaté en l’église Saint-Cernin où il demeura jusqu’au 21 octobre 1974.
A l’occasion  des fêtes organisées pour le septième centenaire de sa mort  qui furent célébrées le 22 octobre, jour anniversaire de la dédicace de l’église des Dominicains, ou Jacobins, le cardinal Jean Guyot, archevêque de Toulouse, fit restituer les saintes reliques de Thomas d’Aquin à cette même église. Par la même occasion, on bénit le maître-autel-reliquaire qui se présente comme une confession.
Considéré comme l'un des principaux maîtres de la philosophie scolastique et de la théologie catholique, Thomas naquit dans la province d’Aquino en Italie, d’où son nom.
 
Envoyé par sa famille au Mont-Cassin, le futur saint, préférant suivre des études à Naples, quitta la vie monastique et entama sa vie universitaire.
En contact avec les Dominicains (Frères prêcheurs), ordre récemment fondé qui engageait ses membres dans le monde pour y porter l’Evangile, Thomas en prit l’habit.  
 
En 1245, il se rendit à Paris où il eut pour maître Albert le Grand qui le recommanda comme professeur.
Abbaye de Fossanova. Photo Giggex (Flickr)
Abbaye de Fossanova. Photo Thierry Jamard
Chambre où mourut saint Thomas d'Aquin. Photo Thierry Jamard
Bas-relief. Photo:www.abbaziadifossanova.it/
Eglise des Jacobins de Toulouse. MCP
MCP
Reliquaire de saint Thomas d'Aquin. MCP
MCP
8 septembre 2012
THOMAS D’AQUIN saint (1224/1225 – 7 mars 1274)
Eglise abbatiale de Fossanova (Italie)
(*) commentaire(s)
Sa carrière universitaire se déroula à deux reprises à Paris (1252-1259 ; 1269-1272), dans plusieurs villes italiennes et se termina à Naples en 1274.
 
Professeur par excellence, Thomas mena une intense activité de commentateur de la Bible, d’Aristote, du pseudo-Denys, des Sentences de Pierre Lombard.
Son enseignement provoqua de vives controverses de la part des théologiens en place nourris d’un augustinisme où la nature était dépréciée et la raison suspecte…
Or, si Thomas refusait la rupture entre la connaissance chrétienne et la profane, il tenait au principe de l’autonomie de la raison contre la tutelle abusive de la théologie. L’enjeu était donc capital. En optant résolument pour la pensée d’Aristote, Thomas s’affranchissait de l’enfermement augustinien pour instaurer une nouvelle économie des rapports entre la raison et la foi, la théologie et la philosophie, qui devaient s’imposer au cours des siècles. Avec une admirable sûreté d’esprit, il posait les bases sur lesquelles il construisait la théologie comme science. Ainsi s’affirmait une théologie de la création dans le temps et dans l’histoire.
On imagine aisément le remue-ménage que créa cette révolution de pensée en cette époque.
 
La fortune de la philosophie de Thomas d’Aquin (thomasisme) ne se fit pas sans à-coups et son adoption par l’Ordre dominicain se heurta à bien des résistances. Elle subit des condamnations et la concurrence d’autres enseignements.
 
Avec les systèmes des jésuites qui s’interposa, à quelques réserves près, le thomasisme ne brilla guère durant les 17ème et 18ème siècles. Le renouveau s’amorça en Italie au 19ème siècle et fut officialisé par une encyclique du pape Léon XIII en 1879 avant de s’épanouir par des recherches historiques approfondies tant en théologie qu’en philosophie.
 
De son œuvre immense, deux ouvrages sont principalement à retenir :
- La Summa contra gentiles (Somme contre les gentils), présentation d’ensemble de la foi chrétienne contre les philosophies païennes,
- Et surtout Summa theologiae (Somme théologique), qu’il laissa inachevée, monumental et magistral exposé de la foi, un des maîtres livres de la théologie catholique.
 
Thomas enseignait à Naples quand il fut convoqué comme théologien à un important concile se tenant à Lyon. Bien que malade, il accepta de faire ce long voyage. Sur le chemin, son état empirant, il s’arrêta chez des parents, dans la région d’Aquino.
Sentant la mort approcher, il demanda qu’on le conduise dans un couvent car il désirait mourir dans une maison religieuse. La plus proche étant l’abbaye de Fossanova, son père abbé le reçut chaleureusement et lui céda même sa propre chambre. Il y mourut peu après.
Saint Thomas d'Aquin fut d'abord inhumé dans l'église abbatiale de Fossanova.  
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 août 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.