MONASTÈRE ROYAL SAINT-LAURENT DE L'ESCURIAL (SAN-LORENZO DE EL ESCORIAL) (Espagne)
RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
RETOUR ESPAGNE
© Hans Peter Schaefer
Depuis 1087, Tolède avait remplacé Léon comme capitale de la Castille et profitait largement de son statut. A partir de 1561 son essor comptait ses derniers jours. Cette année là, Philippe II élisait sa capitale à Madrid.
Le 10 août 1557, jour de la Saint-Laurent, il avait battu les Français lors de la célèbre bataille de St Quentin. Pour commémorer sa victoire, et aussi la mémoire de ceux qui y furent massacrés, il décida de faire construire un ensemble monumental qui servirait à la fois de palais, de monastère et de panthéon.
Vingt-et-un ans furent nécessaires pour accomplir ce gigantesque édifice (1563-1584) situé à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Madrid.
Le plan du monastère fut conçu par Juan Bautista de Toledo (1515-1567), disciple espagnol de Michel-Ange pendant les travaux de la Chapelle Sixtine, plan que suivit dans ses grandes lignes Juan de Herrera (1530-1597) après la mort de Toledo. À l’intérieur du volume massif du monastère se trouve un ensemble de plusieurs bâtiments : le monastère, l’église, le palais royal, l’école, le séminaire et la bibliothèque royale, brillamment organisés autour de onze cours principales et trois cours de service. Selon certains, le plan du monument reproduirait la forme d’un gril, instrument du martyre de Saint Laurent.
Après Philippe II, L'Escurial, demeura surtout un couvent, occupé par deux-cents  hiéronymites.
 
Il y a beaucoup à écrire sur le lieu, mais l’objectif du site étant d’évoquer les sépultures, concentrons-nous sur celles-ci qui se situent sous le chœur de l’église et réparties en deux panthéons : le Panthéon des Rois et le Panthéon des Infants.
A l’exception de Philippe V, Ferdinand VI, Amédée de Savoie, et Joseph Ier Bonaparte, respectivement enterrés à la Granja, chez les visitandines royales de Madrid, à Turin et aux Invalides, tous les rois d’Espagne y reposent depuis Charles Quint. Toutefois, selon le protocole établi, avant leur inhumation définitive, les dépouilles sont déposées dans le « pourissoir ».
 
Le pourissoir (« El Pudridero »)  
Cette appellation peu ragoûtante a au moins le mérite d’être explicite…
Couvertes de chaux, les dépouilles mortelles de la famille royale y restent entre vingt-cinq et trente ans, temps estimé nécessaire pour achever le processus biologique de la réduction naturelle pour qu’ils s’adaptent aux minuscules coffres de plomb -d’à peine un mètre de long et 40 centimètres de large- qui, une fois scellés, sont introduits dans l’un des sarcophages du Panthéon des Rois.
Parmi les exceptions : Alphonse XII, n’y resta  que treize (1885 à 1898), et son fils, Alphonse XIII, décédé à Rome en 1941 et transféré en Espagne en 1980, qui occupa directement sa place réservée dans le panthéon.
Il n’existe aucun document indiquant la date de sa création, bien qu’elle ait dû être très proche de celle du Panthéon royal, inauguré en 1654. Seuls les moines augustins, gardiens du monastère depuis 1885, sont autorisés à son accès.  Il existe aussi un « pourissoir» pour les infants.
https://www.delacuadra.net/escorial/jr-pantp.htm
Le Panthéon des Rois
 
Un escalier en marbre et jaspe mène au Panthéon des Rois, chapelle de plan octogonal. creusée sous la basilique,  commencée en 1617 et terminée en 1654.  Son principal architecte fut Juan Bautista Crescenzi (1577-1635). Face à la porte, on trouve l’autel de jaspe et, de part et d’autre  sur les murs, vingt-six sarcophages de marbre et de bronze.
Escalier en marbre et jaspe
http://elzo-meridianos.blogspot.com/
Entrée de la chapelle
Les monarques sont inhumés de haut en bas par ordre chronologique : à droite de l’autel les rois et reines régnants et à gauche les rois et reines consorts.
Fernando Brambilla (1763-1834) -Madrid -Musée du Prado
© Regalio
© Bocachete
►PHILIPPE III D’ESPAGNE (1578 – 1621) (1598-1621)
Fils de Philippe II et d’Anne d’Autriche, effacé, apathique, flegmatique et dévot, ses passions étaient la chasse et la musique. N’ayant ni énergie ni capacités pour gouverner, il inaugura la pratique de la gouvernance par des favoris. Le pays s’enfonça dans la crise économique et connut la banqueroute. La régence en France, confiée à la reine-mère Marie de Médicis, marqua le début d'une politique pacifiste de rapprochement avec la maison de Habsbourg : Louis XIII épousa Anne d’Autriche, et Isabelle de France épousa le futur Philippe IV.
►MARGUERITE D’AUTRICHE (de Styrie) (1584 – 1611) Epouse dePhilippe III
Grande protectrice des arts, elle exerça une influence déterminante dans la vie du palais royal ; d'une profonde religiosité, elle disait entendre des voix, et avait des visions en se rendant dans la chapelle des chambres, toujours entourée de religieuses et de prêtres. Elle chercha à contrer l’emprise des favoris et parvint à faire dévoiler un réseau de corruption les impliquant. Elle mourut en donnant naissance à son huitième enfant.
►PHILIPPE IV D’ESPAGNE, dit le Grand ou le « roi-Planète » (1605 – 1665) (1621 – 1665)
Fils aîné de Philippe III et de Marguerite de Styrie, sous son règne l'Espagne fournit son dernier grand effort européen dans la guerre de Trente Ans avec la reprise de la guerre des Pays-Bas et la guerre contre la France. Mais ses défaites face aux Hollandais (1639) puis aux Français (1643) lui ôtèrent tout espoir de triomphe. La paix s'accompagna de dures conditions, lors des traités de Münster avec la Hollande (1648,) et des Pyrénées avec la France (1659), qui reçut le Roussillon et l'Artois. La crise qui suivit conduisit à une profonde réflexion politique et économique, à un raffermissement de la piété, et à une vive sensibilité artistique, en littérature, comme en peinture. Il compta  parmi les plus grands mécènes et les plus grands collectionneurs de son temps. Sa fille, Marie-Thérèse, épousa Louis XIV. Un seul fils lui survécut, Charles II.
►ISABELLE DE FRANCE OU ELISABETH (1602 – 1644) Première épouse de Philippe IV
Fille d’Henri IV et de Marie de Médicis, affaiblie par ses multiples grossesses et ses fausses couches, elle décéda en accouchant de son neuvième enfant mort-né. Seule sa fille, Marie-Thérèse, épouse de Louis XIV, atteignit l’âge adulte. Bien que n’étant pas mère de monarque espagnol, elle fut inhumée dans le Panthéon des Rois.
►MARIE ANNE D’AUTRICHE (1635 – 1696) Seconde épouse de Philippe IV
Promise à son cousin, l’infant héritier Balthasar-Charles d'Autriche, fils du roi Philippe IV et d’Elisabeth de France, la mort de l'infant (1646), les intérêts de l'Empire et de sa Maison en firent l’épouse de Philippe IV devenu veuf, mais qui était aussi son oncle direct…Régente à la mort de ce dernier, elle fut la principale animatrice de la politique espagnole de la fin du 17ème siècle.
►CHARLES II D’ESPAGNE, dit l’Ensorcelé (1661 – 1700) (1665-1700)
►MARIE LOUISE GABRIELLE DE SAVOIE (1688 – 1714) Première épouse de Philippe V
Fils de Philippe IV et de Marie Anne d’Autriche, roi à quatre ans et placé sous la tutelle de sa mère, puis sous l’influence de favoris, la faiblesse de son pouvoir fut la cause de la décadence de la maison de Habsbourg en Espagne. Les guerres qu’il mena se terminèrent par des déroutes successives : il perdit la Franche-Comté, le Luxembourg, etc. Comme on attribuait son lamentable état physique à des influences néfastes et même diaboliques, on le surnomma l’Ensorcelé. Il est indéniable que les mariages consanguins successifs contractés par ses ascendants jouèrent en sa défaveur physique et mentale. Il épousa Marie-Louise d’Orléans, puis Marie-Anne de Neubourg. Resté stérile, pour lui succéder, par testament, il choisit la solution française qui faisait de Philippe de France, l'héritier unique des Espagnes à la condition expresse que l'héritage ne soit pas divisé. Ce choix provoqua la guerre de Succession d’Espagne mais qui assit les Bourbons sur le trône espagnol.
Sœur de Marie Adélaïde Savoie, femme de Louis de France, toutes avaient juré d’épouser les deux frères, ce qui fut le cas. Elle épousa Philipe V en 1701. Bien que fort jeune au début de la guerre de Succession d’Espagne, le roi qui lui confia la régence. Avec fougue, elle soutint son mari, n'hésitant pas à payer de sa personne, parcourant l'Espagne, recrutant des partisans tout en menant à terme quatre grossesses en six ans. Elle mourut de la turberculose.
►LOUIS Ier D’ESPAGNE (1707 – 1724) (15 janvier -31 août 1724)
Fils de Philippe V et Marie Louise Gabrielle de Savoie, héritier présomptif de son père, il accéda au trône à l’abdication de ce dernier, mais mourut sept mois plus tard de la variole. Son mariage avec Louise-Elisabeth d'Orléans resta sans postérité.
►CHARLES III D’ESPAGNE (1716 – 1788) (1759-1788)
ACCUEIL
CONTACT
THEMES 
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
DE A à Z 
Chercher
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes barrés (75) (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 22 février 2021
COPYRIGHT 2010 - 2021 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.