Ensemble sépulcral de Saint-Calixte
Développement du cimetière
RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
Les catacombes de Rome ! Rien qu’en prononçant ces mots, c’est non seulement tout un pan de l’histoire qui interpelle l’esprit mais c’est aussi, et surtout, le berceau de la chrétienté qui se révèle : une plongée fascinante dans un passé sacré.
Elles sont non seulement un extraordinaire et émouvant écrin de témoignages de la vie sociale et de la foi inébranlable des premiers chrétiens, mais constituent aussi de véritables archives pour l’Eglise.
 
Du centre de Rome, un bus amène le visiteur jusqu’à la via Appia que l’on découvre avec émerveillement dans une campagne verdoyante. Sur quelques centaines de mètres, les pas emboîtent le passé des antiques pavés. De chaque côté, s’égrainent des mausolées romains aujourd’hui préservés. Un peu plus loin, un champ qui fut cimetière et d’où émergent encore quelques sépultures antiques.
 
Bientôt, les premiers panneaux vous indiquent le chemin des catacombes.  
La visite des Catacombes de Saint-Calixte est bien organisée par groupes linguistiques.
Par un escalier reconstruit en bonne partie à l’endroit de l’escalier du 4ème siècle, on commence la descente à remonter le temps.
Un peu d'histoire
LES CATACOMBES DE ROME (Italie)
Pourquoi les chrétiens ont-ils développé ces cimetières souterrains ?
Plusieurs raisons ont été avancées : crainte des persécutions, souci de sécurité, ésotérisme, …
Aujourd'hui on pense qu'il s'agit d'un lent processus de développement séculaire à partir de petits noyaux originels. Peu à peu, le besoin d'espace aurait conduit à prolonger les galeries et à les creuser en profondeur. Les nécropoles immenses que nous découvrons avec étonnement n'auraient été constituées qu'au 4ème siècle.
 
Durant tout le 1er siècle, et jusqu’au milieu du 2ème,  il n’y avait pas de cimetières chrétiens à proprement parler. Bien souvent une famille patricienne possédant un cimetière privé, et dont quelques membres étaient favorables au christianisme, autorisait des chrétiens de sa connaissance à y enterrer leurs morts. C’est ainsi que certaines catacombes portent le prénom de patriciens ou patriciennes charitables et/ou converti(e)s.
 
Au début du 3ème siècle, les choses changèrent quand le pape Zéphyrin nomma Calixte administrateur d’un cimetière de la via Appia. Celui-ci organisa de façon rationnelle les sépultures chrétiennes sur des terrains appartenant à l’Eglise et entièrement réservés aux chrétiens.
Les persécutions de Septime-Sévère, Dèce, Valérien et de Dioclétien ayant créé de nombreux martyrs, les papes recommandèrent vivement de venir se recueillir sur leurs tombes.
 
La conversion de Constantin,en 313, allait leur offrir leur âge d’or qui dura environ deux siècles. Devenues propriété de l’Eglise et de Rome, embellies et agrandies, les catacombes devinrent gigantesques et sont supposées avoir reçu des milliers voire des millions de dépouilles. Il est d’ailleurs étonnant de constater que malgré des croyances païennes encore tenaces, nombreux étaient déjà ceux qui souhaitaient reposer auprès d’un saint, éventuel intercesseur avec le Ciel.
 
Après une période de grande ferveur au 4ème siècle correspondant à l’épanouissement du christianisme, la chute de Rome, les ravages des Barbares aux 5ème et 6ème siècles et les invasions lombardes rendirent difficiles le culte des morts à l’extérieur de la ville.
Le pape Paul Ier, incapable de protéger et encore moins d’entretenir les sépultures des saints martyrs, fit transporter la majeure partie de leurs ossements dans l’enceinte de Rome sur lesquels on éleva par la suite des églises. Les catacombes sombrèrent dans l’oubli avant d’être retrouvées et fouillées plusieurs siècles plus tard.
Où étaient-elles et qu'en reste-t-il ?
Le nom de « catacombes » évoque aujourd'hui indistinctement l'ensemble des cimetières chrétiens souterrains antiques établis dans la proche banlieue de Rome. A l’origine, c'était le nom propre de l'un d'entre eux, situé au lieu dit ad catacumbas, littéralement « près de la combe ou dépression de terrain », sur la voie appienne, à deux kilomètres de l'enceinte qui protégeait alors la ville de Rome ; aujourd'hui, c'est le cimetière de saint Sébastien.
On en dénombre une quarantaine aux alentours de Rome dont cinq sont ouvertes au grand public.
Sans rentrer les détails, elles se situent sur:
La Via Appia Catacombe de saint Calixte (qui engloba les catacombes de sainte Sotère, saint Hippolyte et
Sainte-Balbine), Pretextat, saint Sébastien
La Via Ardeatina Domitille, saint Marc et Marcellianus, de la Nunziatella
La Via Aurelia Calépode, saint Pancrace, Lurine et Félix
La Via Ostiensis, la Via Portuensis, la Via Cornelia, la Via Salaria Vetus, la Via Salaria Nova sainte Priscille), la Via Nomentana, la Via Tiburtina, la Via Labicana, la Via Claudia
Plan schématique
Certaines de ces nécropoles, qui se sont étendues au fils du temps, formèrent le gigantesque ensemble sépulcral de saint Calixte d’environ 30 hectares avec des galeries, parfois en quatre étages superposés, qui peuvent atteindre 20 kilomètres de long.
On estime que le nombre de tombes a pu atteindre 500.000.
 
Tous ces cimetières présentent un très grand intérêt, mais à celui de saint Calixte se rajoutent le prestige d’y avoir eu d'inhumé presque tous les papes du 3ème siècle et l’exceptionnelle richesse de ses peintures.
Le complexe de saint Calixte regroupe les catacombes de:
- Saint Calixte
- Balbina
- Saint Hyppolite
- Sainte Sotère
Y furent inhumés
 
Catacombe de Balbina : Complexe saint Calixte
Saint Marc  (pape)
 
Catacombe de Calépode  :  Via di Vigna Armellini
Son nom de « Calépode » provient de celui d’un prêtre romain ayant subit le martyre vers 222 à qui le pape Calixte fit donner une sépulture honorable quand on retrouva son corps.Le propriétaire du terrain s’appelait Octavius ce qui avait donné son nom à ce cimetière le plus ancien de lachrétienté romaine du Transtévère, avec la tombe de saint Calixte qui est la plus antique d'un pontife romain après saint Pierre.
 
Saint Calixte  (pape)
Saint Jules  (pape)
 
Catacombe de saint Calixte  :  102, via Appia antica
Contrairement aux apparences, le pape Calixte n'y fut pas inhumé. A l'origine, il existait deux hypogées (cryptes Lucine et Sainte-Cécile) lesquelles, réunies à l’occasion de l’inhumation du pape Corneille, formèrent le noyau antique  de ce cimetière dont le "centre" avait pour centre la crypte des Papes, tombeau officiel des papes du 3ème siècle, dont les épitaphes sont encore en grande partie conservées, avec la célèbre inscription du pape Damase. Cette crypte fut découverte 1851 par De Rossi .
 
Ce cimetière s'agrandit considérablement au début du 4ème siècle, vers le moment de la paix de l'Eglise. Il engloba alors le cimetière de sainte Balbine, celui de sainte Sotère, les arénaires de saint Hippolyte, et divers. Un étroit passage relie cette crypte à celle de sainte Cécile.
Crypte des papes
http://artmartinv.canalblog.com/
Crypte des papes © Dnalor 01  
Crypte sainte Cécile (catacombe de saint Calixte)  
Les papes suivants, et sainte Cécile,  reposèrent dans le complexe dit de saint Calixte, sans pour autant que cela soit précisément dans la crypte des papes :
 
saint Anthère (pape)
saint Caïus (pape)
sainte Cécile
saint Corneille (pape)
saint Denys saint (pape)
saint Etienne Ier (pape)
saint Eusèbe saint (pape)
saint Eutychien (pape)
saint Fabien (pape)
saint Félix Ier (pape)
saint Lucius Ier (pape)
Miltiade (pape)
saint Pontien (pape)
saint Sixte II (pape)
saint Urbain Ier (pape)
saint Zéphirin (pape)
Catacombe Maximus ou sainte Félicité : Via Salaria
Boniface Ier (pape)
sainte Félicité
 
Catacombe Pontien : 57 via Alessandro Poerio
Ce cimetière fut découvert par l'érudit Antonio Bosio (1575/1576 -1629) en 1618.
Dessin du baptistère
Y reposèrent
Abdon (martyr)
Athanase Ier (pape)
Candide (martyr)
Innocent Ier (pape)
Milix (martyr)
Pumenius (martyr)
Sennen (martyr)
 

Catacombe de Priscille : 430 via Salaria
L'une des plus anciennes et des plus vastes de la ville. Son nom lui vient d'une inscription : Priscilla clarissima. A l’origine, il s’agissait d’une carrière qui fut utilisée par les chrétiens pour leurs sépultures au commencement du 3ème siècle. Par crainte des éboulements, on construisit des murs en brique qui recouvrirent les tombes en les préservant ainsi des pillards.
A 4ème siècle, le pape Sylvestre y fit bâtir une basilique sur les tombes des martyrs Félix et Philippe, situées non loin des tombes du martyr Crescention et du pape Marcellin.
Y reposèrent :
Célestin Ier  (pape)
Libère (pape)
saint Marcel Ier  (pape)
saint Marcellin  (pape)
Sirice (pape)
Sylvestre Ier (pape)
Vigile (pape)
(*) commentaire(s)
► Catacombe de sainte Agnès : 349 via Nomentana
En 304/305, la jeune Agnès subit le martyre et fut ensevelie dans le cimetière chrétien dont la partie la plus ancienne remonte au 2ème siècle.
Sainte Constance, fille de l’empereur Constantin, fit ériger une chapelle sur son tombeau qui devint rapidement l'objet d'une intense vénération ; cette église s’appelle Sainte-Agnès-hors-les-Murs
(S. Agnese fuori le Mura).
Constantin avait aussi fait construire une basilique jouxtant cette chapelle et dans laquelle sainte Constance et sa sœur Hélène furent inhumées. Le cimetière se développa autour de la chapelle et de la basilique.
Les fondations l’église actuelle, œuvre du pape Honorius Ier, étant profondément enfoncées, entraînèrent la destruction de toute une partie du cimetière primitif dont il ne reste qu’un témoignage à gauche de la basilique : les catacombes Sainte-Agnès.
Y reposa sainte Agnès.
© L. Bérini
© L. Bérini
► Catacombe de Domitille, dite aussi de Sainte-Pétronille ou des Saints-Nérée-et- Achillée : 282 via delle Sette Chiese
Elle doit son nom à Flavia Domitilla, épouse de Flavius Clemens, consul en 95, et nièce de l'empereur Domitien, qui subit le martyre au Ier siècle. Devenus chrétiens, les Flaviens donnèrent le terrain à la communauté chrétienne qui en fit un cimetière.
Cette catacombe communique avec une basilique construite au 5ème siècle pour enlargir  un petit sanctuaire, construit en 395,  voulu par le pape Damase sur les tombes des deux martyrs Nérée et Achillée, une fois ensevelis sous l’aire absidale de l’église actuelle, près de la tombe de S. Pétronille. Parmi les catacombes visitables, celle de Domitille est la seule à disposer de ce santuaire.
Catacombe de saint Sébastien  : 134, via Appia Antica
La nécropole fut enterrée vers la moitié du 3ème siècle et un portique, donnant sur une vaste cour pavée, fut édifié au-dessus.
Selon la tradition, elle aurait conservé quelques temps les corps des apôtres Pierre et Paul
Catacombe Prétextat   (Complexe saint Calixte)
Quasi englobé dans l’ensemble des catacombes saint Calixte, les premières fouilles (1847-1850) mirent à jour un assez grand nomnre d'épitaphes datant presque toutes du 4ème siècle.  Ce cimetière contenait les caveaux des  saints Januarius, Urbanus, Felicissimus, Quirinus, Tiburtius, Valerianus et Maximus.
Exemple d'épitaphe retrouvée dans la catacombe Prétextat
Bien évidemment, et malgré mon envie,  cet article, dont l’objet est avant tout de situer des sépultures, ne peut ni reprendre l’historique complet et l’architecture de chaque catacombe, ni s’attarder sur les richesses picturales (fresques et autres) et les divers témoignages des premiers temps de la chrétienté qui y sont conservés. Je ne peux qu’engager le lecteur démuni de documents à les découvrir plus avant sur Internet.
ACCUEIL
Chercher
DE A à Z 
THEMES 
CONTACT
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 22 avril 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.