RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
HÔPITAL/HOSPICE DES ENFANTS ROUGES (Paris) (disparu)
Vers 1530, l’attention de François Ier fut appelée sur la grande mortalité des enfants nés à l’Hôtel-Dieu de Paris. Désireux d’être renseigné exactement sur la situation, il prescrivit une enquête dont les conclusions se révélèrent encore plus déplorables qu’on ne l’avait soupçonné. Prise d’une grande pitié, Marguerite d'Angoulême, sœur du roi, supplia ce dernier de lui accorder les fonds nécessaires à l’achat et à l’installation d’un hospice spécifiquement destiné aux pauvres enfants orphelins de l’Hôtel-Dieu.
Se rendant à son désir, par lettres patentes du 31 janvier 1535, François Ier lui accorda la somme de 3.600 livres. Le 24 juillet suivant, au nom de Jean Briçonnet, président de la chambre des Comptes, fut acheté un immeuble affecté à la fondation de cet hospice près du Temple, rue Portefoin. Le président Briçonnet en fut le tuteur, curateur et administrateur.
Le temps que la maison soit appropriée à sa destination, les enfants partirent à la campagne et prirent possession du nouvel hôpital le 2 décembre 1536.
 
L’hôpital occupait un vaste espace allant d’une partie de la rue Portefoin jusqu’à la rue de Beauce, et jusqu’à la rue de Bretagne (anc. rue de la Corderie) pour une autre partie.
Plan de Paris sous le règne de Henri II / par Olivier Truschet et Germain Hoyau (1552)
Plan Mérian (1615)
De nouveau par lettres patentes du mois de janvier 1537, François Ier déclara que l’établissement était de fondation royale et qu’il avait pour objet spécial de recevoir les enfants trouvés à l’Hôtel-Dieu, sauf ceux natifs de Paris placés à l’Hôpital du Saint-Esprit en Grève, et les bâtards dont le chapitre de Notre-Dame avait assuré l’entretien. Par la suite, ceux des villages du diocèse de Paris y furent aussi admis.
 
Ces enfants devaient être vêtus de drap rouge et nommés les Enfants-Dieu. Mais, en raison de leur costume, ils furent rapidement désignés sous l’appellation populaire d’Enfants rouges.
 
Peu remarquable, la chapelle, dédiée à saint Julien en 1551, était néanmoins ornée par des vitraux restés dans les mémoires des historiens, mais disparus depuis :
-Une représentation de François Ier et Marguerite de d’Angoulême caressant les petits enfants accueillis dans les lieux
- Une représentation du Christ accueillant avec bonté des enfants apportés à lui par leurs mères.
 
Le modeste revenu provenant de la location de quelques immeubles n’étant pas suffisant pour assurer les ressources nécessaires à l’établissement, celui-ci ne pouvait subsister qu’avec des quêtes et des aumônes. L’hôpital ne semble pas avoir vraiment profité des fondations pieuses qui assuraient l’existence de tant d’institutions charitables ou religieuses. Ces raisons économiques, ne permettant pas un accueil mixte trop onéreux à organiser,  seuls les garçons y étaient admis.
 
En 1680, lorsque Louis XIV eut réunit les administrations de l’Hôpital-Général  et des Enfants-Trouvés, qu’il avait récemment fondés,  il prescrivit que les Enfants-Rouges soient rattachés aux Enfants-Trouvés. Néanmoins, malgré l’insuffisance des revenus, les Enfants-Rouges conservèrent leur organisation distincte encore presqu’un siècle.
 
Mais dans la seconde moitié du 18ème siècle, les difficultés financières ne faisant que s’accroître, en 1772, il fut décidé de supprimer l’hôpital pour unir ses biens et revenus à celui des Enfants-Trouvés. La chapelle fut conservée pour les offices du dimanche et des fêtes, animés par un membre du clergé de Saint-Nicolas-des-Champs, tout proche.
 
Dorénavant administré par les directeurs de l’Hôpital-Général, autorisés à disposer des terrains, bâtiments et du mobilier, entre 1776 et 1777, l’ensemble fut vendu. Le lot principal, comprenant l’ancien hôpital, l’église et une maison attenante fut cédé aux Pères de la Doctrine Chrétienne qui y résidèrent jusqu’à la Révolution. L’immeuble fut alors vendu comme bien national (1796), puis démoli en 1800 pour le prolongement de la rue des Enfants-Rouges, lui-même absorbé par celle des Archives.
Plan détaillé de l’hôpital (Archives Nationales)
En suivant la même orientation que le plan ci-dessus, de nos jours, l’hôpital serait là. © Google Earth/MCP
Au 90 de la rue des Archives, une fois passé le porche, on peut encore découvrir un pan du chevet de l’église englobé dans une habitation, ainsi qu’une plaque commémorative placée sur un immeuble de la cour.
© MCP
Vestige de l’église facilement reconnaissable © MCP
Plaque commémorative © MCP
Mais, d’une façon plus générale, du souvenir de cet hôpital pour enfants, il ne reste que son nom attaché au marché voisin de son emplacement, le marché des Enfants-Rouges qui, créé en 1615 sous l’appellation du « petit marché du Marais », est le plus vieux marché alimentaire de la capitale.
 

Y furent inhumés, entre autres…
 
Sauf cinq épitaphes (quatre fixées au mur et une sur une tombe), aucune autre trace de sépulture n’a été conservée. Bien que l’ensemble des épitaphes retrouvées ne soit toujours qu’un simple aperçu du nombre réel de défunts, on peut raisonnablement penser que seul un petit nombre de personnes fut inhumé dans l’église, dont aucune personnalité vraiment notable.
 
►BEAUCLERC Nicolas de († 1602)
Trésorier général de France à Paris, superintendant des affaires du futur Henri III. Inhumé dans le chœur
 

►BRIÇONNET Antoine († 1605)
Issu de l’illustre famille de magistrats sans que je réussisse à établir un lien avec un de ses membres (peut-être Jean Briçonnet qui acheta l’immeuble affecté à la fondation de l’hospice ?), maître des requêtes, « il avait rempli plusieurs fonctions importantes » sur lesquelles je n’ai rien trouvé de notoire.  Tombe dans la nef avec épitaphe latine.
 
►CENAMY Barthélemy de (1556 - 1611)
Appartenant à une puissante famille de financiers, d'origine lucquoise, il vint tout jeune en France et se fixa à Paris en 1578. Bailleur de fonds d'Henri III, il acheta la charge de Fermier du sel, puis devint le financier d'Henri IV qui le nomma Garde des Joyaux de la Couronne. Le roi le remercia de sa loyauté en l'élevant aux rangs de conseiller et de secrétaire. Propriétaire du domaine du Cadran à Charenton (actuel Hôtel de Ville), il y reçut de nombreuses ambassades. Inhumé dans le chœur.
 
►DANES (Z) Georges († 1608)
Conseiller du roi, auditeur en sa chambre des comptes, il était le neveu du très réputé Pierre Danes. Inhumé dans la nef.
 
►MÉGRET Jean († 1556)
Magistrat, président à mortier au parlement de Paris, d’une grande réputation en son temps, il avait été élevé à cette dignité par ses seuls mérites.
 



Sources principales :
-Epitaphier du vieux Paris -Tome III
-https://www.charenton.fr/culture/archives_patrimoine/personnages-celebres.php
(*) commentaire(s)
27 mai 2020
Chercher
THEMES 
ACCUEIL
DE A à Z 
CONTACT
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 24  juin 2020
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2020 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.