RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
COUVENT DES AUGUSTINS-DÉCHAUSSÉS ou PETITS-PÈRES (Paris) (disparu)
La chapelle de ce couvent correspond à l'actuelle église Notre-Dame-des-Victoires.
Plan Turgot.  Déjà des constructions privées ont réduit son terrain d'origine.
De nos jours, le couvent, tel qu'il était à son orgine, serait là.  
(point rouge = église). Google Earth
L’église, bâtie en forme de croix, fut consacrée le 13 novembre 1740.
Outre la nef et le chœur, elle comportait des chapelles voûtées en coupoles et communiquaient entre elles par des arcades ménagés dans les murs séparatifs.
 
Vaste et bien aménagé, le couvent avait son entrée à l’angle des rues des Petits-Pères et de Notre-Dame-des-Victoires.
Les chapelles communiquaient entre elles...MCP
En décembre 1836, son curé, l'Abbé Desgenettes, consacra sa paroisse au Cœur immaculé de Marie. Depuis, le sanctuaire abrite une association de prière mariale, l'archiconfrérie du Très saint et immaculé Cœur de Marie ce qui lui vaut d'accueillir sur ses murs environ 37 000 ex-voto en plusieurs langues ainsi que des trophées militaires. Elle est aussi l'une des sept basiliques mineures de Paris, la plus célèbre de celles-ci étant la Cathédrale Notre-Dame de Paris.
Eglise Notre-Dame-des-Victoires. Son parvis, intégré à la place des Petits-Pères,  correspond à son ancienne entrée (voir plan du couvent). MCP
Plan du couvent
Des milliers d'ex-voto tapissent les murs de l'église. MCP
Y furent inhumés
 
Sous sa croisée et s’étendant presque jusqu’au-dessous du grand autel, l’église possédait un caveau séparé en deux par un mur contenant, de part et d’autre de celui-ci, les sépultures des religieux et celles des séculiers ; dans cette partie des niches étaient réservées aux cœurs de ceux qui le demandaient. Il ne possédait pas de cimetière.
 
Outre des religieux, plusieurs conseillers du roi, notaires et autres respectables commis y trouvèrent leur dernière demeure. Excepté la présence de Lully, on ne compte guère de personnalités incontournables. Néanmoins, parmi les résidents les plus notables, on notera la présence de :
 
HÔPITAL François de L’ (†1702)
Gouverneur du Toul, sa femme lui fit ériger un beau monument, signé Jean Poultier,  dans la chapelle du Saint-Esprit. Un soubassement supportait un sarcophage de marbre noir sur lequel une femme en pleurs était assise tenant dans une de ses mains un mouchoir et dans l’autre un médaillon avec les bustes du défunt et son épouse. Derrière s’élevait une pyramide décorées de trophées surmontée d’une urne, des armoiries de la famille, et de divers éléments en bronze. Il reste de ce tombeau, la femme en pleurs. Malheureusement, ma photo étant inexploitable et n’en ayant pas trouvée une de substitution, pas d’illustration dans l’immédiat.  
 
LAMBERT Michel (v. 1610 - 1696)
Beau-père de Lully, musicien protégé de Richelieu, il acquit une grande réputation par le charme de sa voix et son talent d’accompagnateur. Il fut surintendant de la musique d’Anne d’Autriche et composa des chansons, des cantates et de charmantes mélodies. Lully eut toujours beaucoup de considération. Il fut inhumé dans le caveau de son gendre.
 
► LULLY Jean-Baptiste
 
ORNANO
Plusieurs membres de cette famille furent inhumés dans ce lieu dont :
    ► Charles-Joseph d’Ornano (1590 – 1670)
    Maître de la garde-robe de Gaston d'Orléans, abbé de Montmajour, fils et petit-fils de maréchaux de France.
 
VANEL Claude (†1656)
Secrétaire des finances du roi
 
VASSAL Jean
Receveur général des Finances du Languedoc , dernier secrétaire de Louis XIV, deux anges pleureurs, au pied d’une pyramide se penchent vers le cénotaphe au-dessous duquel, un médaillon du défunt sous lequel on peut lire cette inscription :  D. D. Joanni Vassal, regiis a secretis, parenti dilectissimo, viro pietate in Deum, obsequio in regem, meritis in patriam Commendatissimo, filii maerentes posuere.
L'ensemble de cette  œuvre en marbre est de Pierre Gois (1770)
MCP
http://www.patrimoine-histoire.fr/PatrimoineListe.htm
29 juin 2012
Le cloître comportait deux galeries superposées : celle du haut était vitrée et ornée de nombreux tableaux.
Les Augustins possédaient aussi une belle bibliothèque et un riche cabinet de médailles et d’antiques.
Au 18ème siècle, le terrain fut notablement réduit par la vente d’une partie des jardins.
 
A la Révolution, en octobre 1791, les Augustins furent réunis aux Carmes de la place Maubert. Dans leur maison, devenue propriété nationale, on établit un peu plus tard, une caserne et une maison de paix. L’emplacement des bâtiments conventuels, détruits en 1859, est de nos jours occupé, en partie, par la mairie du 2ème arrondissement. Depuis 1844, la rue de la Banque traverse son emplacement.
 
Quant à l’église, par la loi du 4 février 1791, elle fut érigée en paroisse sous le titre de Saint-Augustins-des-Petits-Pères. Fermée en 1793, la société populaire et patriotique du Mail, club politique, y tint ses séances. Un temps siège de la loterie nationale, en 1796, un arrêté du Directoire, y installa provisoirement la Bourse. Enfin, le 9 novembre 1809, elle fut définitivement rendue au culte comme église paroissiale sous le titre de Notre-Dame-des-Victoires, comme l’avait nommée Louis XIII. Elle conserva ce nom.
En 1606, de retour à Paris, la reine Margot décida de fonder un couvent comme elle en avait émis le vœu durant son exil. En 1609, pour desservir sa chapelle des Louanges, elle fit venir des religieux Augustins, dits Augustins-Déchaussés, issus de la réforme portugaise de l’ordre en 1595.
Six ans plus tard elle les chassa sous prétexte… qu’ils chantaient faux. N’aimant pas la musique, au lieu de chanter, les religieux psalmodiaient. En réalité, elle n’osait avouer combien elle était piquée au vif de la liberté et de la vigueur évangélique avec lesquelles son directeur de conscience, le Père Amet, en charge du monastère, reprenait ses fautes…(► Couvent des Petits -Augustins ou Augustins Réformés).
 
Dépossédés de leur couvent  les Augustins-déchaussés se retirèrent dans le Dauphiné. Ils en revinrent en 1619 pour fonder à Paris un nouvel établissement hors de la porte Montmartre. Au bout d’une petite dizaine d’années, l’exiguïté de leur local et l’insalubrité du quartier, à proximité des égouts de la ville,  les obligèrent à se transporter ailleurs.
En 1628, ils achetèrent un terrain entre les portes Montmartre et Saint-Honoré, auquel ils ajoutèrent peu après un autre terrain situé dans le fief de la Grange-Batelière. C’est là qu’ils se fixèrent et firent construire leur couvent sur les plans de l’architecte Galopin.
 
Grâce à des interventions ayant l’oreille de Louis XIII, ils obtinrent du roi qu’il se déclarât fondateur de leur maison. Il posa la première pierre de leur église, Notre-Dame-des-Victoires,  le 9 décembre 1629.  Par ce nom, le roi inscrivait sa victoire sur le siège de La Rochelle. C’est à cette époque qu’on donna à ces religieux le nom de « Petits-Pères » que l’on retrouve  dans celui des rues de leur ancien quartier.
 
Dès la fondation de l'Eglise, une statue portant sceptre et couronne, sculptée dans le chêne de Notre-Dame de Montaigu (Brabant) où la Vierge s'était manifestée en 1505, fut installée dans la chapelle  provisoire par frère Fiacre. Elle suscita aussitôt une grande dévotion des fidèles.
 
Anecdote
Le Frère Fiacre, de son vrai nom Denis Antheaume, entra chez les Augustins-Déchaussés en 1631. La Vierge lui apparut en 1637 lui annonçant la naissance prochaine du dauphin le futur Louis XIV. Dès la grossesse confirmée de la reine, Louis XIII décida de consacrer la France à la Vierge.
Mort en 1684, frère Fiacre fut vénéré par les pauvres de la capitale. Bientôt son image fut placée dans les voitures de louages, peu sûres à l'époque, d'où le nom de fiacre qu'elles portèrent communément.
 
Mais revenons à notre couvent. Régulièrement suspendue fautes de ressources, reprenant, la construction furent arrêtée en 1666.  
Quelques temps plus tard, frère Fiacre partit pour une mission royale en Italie où il découvrit  Notre-Dame de Savone. A son retour,  il lui érigea une chapelle dans l’église. Louis XIV en finança la construction. Solennellement bénite le 2 avril 1674, l’église fut alors, et aussi,  connue sous le titre de Refuge des pécheurs.
Les travaux d’achèvement du couvent ne furent repris qu’en 1737 et se terminèrent trois ans plus tard.
Sources principales:
- Epitaphier du vieux Paris -Volume I-
- Les 200 cimetières du vieux Paris de Jacques Hlilairet
(*) commentaire(s)
Les cœurs de :
 
HAMILTON sir George (v. 1620 - 1676)
Comte et maréchal de camp tué à Saverne.
 
TUBEUF Jacques († 1670)
Surintendant des finances d’Anne d’Autriche
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
Chercher
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 28 mai 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.