RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
SAINT-JEAN-EN-GRÈVE (Paris) - Eglise et cimetière
(disparus)
St-Jean-en-Grève (à droite) et l’Hôtel de Ville au 18ème siècle. Gravure de Huyot d’après un dessin de l’époque. BnF
BnF
Grosso-modo, aujourd'hui elle serait là
L’église, entourée d’un cloître qu’on nommait le Cloître-Saint-Jean, avait un cimetière qui occupait une partie de l’ancienne Place au Bonhomme déjà nommée ainsi en 1322. Ce cimetière et le reste de la place disparurent entre 1733 et 1735 pour permettre l’agrandissement de l’église et la construction de la chapelle de la Communion.
► Les cimetières
Mais depuis bien longtemps déjà, St-Jean-en Grève possédait un autre cimetière. Situé dans la partie sud de l’actuelle place Baudoyer, il bordait une place dont les constructions diminuèrent chaque année l’étendue (1). Déjà, en 1271, on l’appelait la place du Vieux-Cimetière. Pour agrandir la place, on ferma le cimetière vers 1313. Elle servit alors à un marché qu’on appela le marché du Vieux-Cimetière-Saint-Jean, puis le marché Saint-Jean qui s’agrandit jusqu’à toucher la rue de la Verrerie. Ce marché, qui fut l’un des plus grands de Paris, fut supprimé en 1818.
Démolition de l'église  par Demachy.  Musée Carnavalet
Entrée dans l'ancien cimetière, rue de la Verrerie (2). Photo MCP
Place du cimetière S-Jean au 18ème siècle sur l'emplacement du cimetière fermé vers 1313.
► Furent inhumés dans l’église
Selon une calomnie bien criminelle, à l'approche de Pessah, un Juif nommé Jonathan aurait acheté une hostie à une femme qui lui devait de l'argent. Aussitôt rentré chez lui, il aurait percé l'hostie avec un couteau. Un jet de sang en aurait alors jailli en l’éclaboussant. Saisi d'une grande frayeur, il aurait jeté l'hostie au feu. Le miracle se serait ainsi poursuivi : l'hostie s'élança hors du brasier et vola dans la pièce. Voulant s'en débarrasser, il la jeta dans l'eau bouillante, qui rougit du sang qui continua à couler. Désespéré d'en finir, il alla chez ses voisins chrétiens, auxquelles il avoua son "crime ". Saisi et livré à l'autorité ecclésiastique, il fut condamné au bûcher.
La croyance voulant que l’hostie ait été déposée à Saint-En-Grève, un nombre considérable de fidèles se bousculèrent pour voir l’objet de la soi-disant profanation.
 
En 1326, pour la rebâtir, on démolit plusieurs maisons voisines. Construite sur les plans de Pasquier de Lisle, on admirait à l’intérieur la hardiesse de la voute qui supportait l’orgue. Une demi-coupole, soutenue par huit colonnes de marbres, décorait le grand autel.
 
Entourée d'une enceinte qu'on nommait le cloître Saint-Jean, elle fut restaurée en 1724 et, sur une partie de son cimetière, qui devint plus tard la place du marché Saint-Jean, on construisit, en 1733/1734, la chapelle dite de la Communion (par François Blondel). Elle fut supprimée en 1790 et vendue en 1800 et démolie peu après. Les sépultures furent vidées de leurs ossements transportés aux Catacombes en janvier 1804.
La partie sud de la rue Lobau recouvre sa moitié orientale et l’Hôtel de Ville son autre moitié.
Cette église, d’abord chapelle baptismale de l’église Saint-Gervais-Saint-Protais dont elle était tout à fait voisine, datait du 11ème siècle ; elle devint paroisse en 1212 lorsque l’enceinte Philippe-Auguste accrut le nombre des habitants de la paroisse Saint-Gervais. A cette époque, l'augmentation des fidèles eut aussi une autre cause.
MCP
De nos jours, les cimetières seraient là (1 et 2)
► Furent inhumés dans les cimetières
Ce cimetière fut remplacé en 1392 par un autre ouvert au nord de la rue de la Verrerie, entre les rues de Moussy et du Bourg-Tibourg, sur un endroit jusqu’alors occupé par l’hôtel de Pierre de Craon (2). L’hôtel avait été rasé après l’attentat de Pierre de Craon contre le connétable de Clisson. Il se nomma alors le cimetière Neuf-Saint-Jean ou cimetière Vert. Il avait une forme de hache ; le manche correspondait à la ruelle qui reliait le cimetière à la rue de la Verrerie sur laquelle elle débouchait au niveau de l’actuel n°4 de la rue.
Entouré de maisons sur trois côtés, dont l’un de quatre étages, il ne « respirait » que par la rue de Moussy. Au milieu du 18ème siècle, les habitants de ces maisons intentèrent un procès à la Fabrique afin qu’elle enlève les terres du cimetière qui, par suite des inhumations, s’élevaient au-dessus du sol de leur rez-de-chaussée.
 
D’une superficie d’environ 440m2, il recevait près de 150 morts par an et ses fosses étaient réutilisées tous les six ans sans que tous les cadavres soient entièrement consommés. Reconnu infecte par l’enquête de 1763, il fut fermé en 1772 et vendu en deux lots en 1793. Les ossements furent transportés aux Catacombes en janvier 1804.
► Excepté la présence du marquis de Favras qui y reposa entre son exécution (19 février 1791) et le lotissement du terrain de 1793 ou le transfert des ossements en 1804, on notera celle de:
 
Jean de Calais (?- ?) qui fut d’ailleurs peut-être inhumé dans l’église. Riche bourgeois à qui François Villon donna plein pouvoir pour remanier son testament, il fut compromis par la suite dans une conspiration visant à se débarrasser des Anglais. Emprisonné, il échappa de peu à une exécution. Selon les sources, il fut échevin de Paris soit 1440 soit vers 1460...
 
Thomas Arthur de Lally-Tollendal
 

► António Nunes Ribeiro Sanches (1699 - 1783)
Né dans une famille de juifs convertis, il commença à pratiquer la médecine lors d'une épidémie de peste à Lisbonne.  retourné secrètement au judaïsme, poursuivi par l'Inquisition, son exil finit par le mùener à Leyde où il termina sa formation sous la direction du botaniste et médecin Boerhaave qui lui permit de devenir le médein d'Anne, impératrice de Russie. Puis il gagna Paris (1747). Ses nombreux écrits, dont son journal, témoignent de l'érudition et de l'ouverture d'esprit de cet homme des Lumières qui s'intéressait autant au mariage des prêtres, à l'histoire des hôpitaux (Traités d'hygiène), à la réforme de l'éducation, etc. Il participa à l'Encyclopédie avec un article sur les maladies vénériennes et en aidant Buffon pour son Histoire naturelle en lui fournissant des informations sur les peuples de Russie. Entre autres choses, il introduisit en France l'utilisation des fleurs de zinc, de la teinture de cantharide (aphrodisiaque), de la racine de colombo, etc., regrettant  que les Portugais n'étudient pas avec plus de soin les plantes de leurs colonies. Il accueillait aussi chez lui de nombreux exilés portugais. Mort rue de la Verrerie, il fut inhumé de suite dans le cimetière Saint-Jean.
 




Sources principales: Les 200 cimetières du vieux ¨Paris de J. Hillairet
(*) commentaire(s)
► BLANCHARD Jacques (1600-1638)
Issu d’une famille de peintres par sa mère, après un séjour à Lyon et en Italie, il revint à Paris en 1629. L’ensemble de ses œuvres connues date de son retour. Prenant pour modèle les grands peintres vénitiens de la Renaissance, dont il venait d’étudier les ouvrages, il devint un excellent coloriste. Ses coloris, proches de ceux des Vénitiens, et son goût pour les beautés féminines qu'il évoqua avec brio dans des compositions de femmes nues, lui valurent d’être surnommé le « Titien Français ». Recevant des commandes de particuliers pour la décoration de leurs hôtels, décors qui ont malheureusement tous disparu, il était aussi graveur.
En 1634, à la demande des orfèvres de Paris, qui traditionnellement offrait une pièce d’orfèvrerie ou tableau à Notre-Dame de Paris au mois de mai, il peignit la Descente du Saint-Esprit sur les Apôtres qui fut restituée à la cathédrale après la Révolution.
Nommé peintre du Roi en 1636, il exécuta un plafond et une Charité entourée d'enfants à Versailles, ainsi que des Danses de Nymphes à Trianon. Le peu de tableaux qui reste de lui est aujourd’hui réparti dans différents musées français et européens. Il mourut prématurément d’une fluxion de poitrine et fut inhumé soit dans l’église, soit dans le cimetière car son acte de décès ne précise pas l'emplacement.
Au 18ème siècle
Descente du Saint-Esprit sur les Apôtres (Notre-Dame de Paris)
Vénus et les trois Grâces surprises par un mortel (Musée du Louvre)
BAUDRAND Michel (1633-1700)
Géographe, auteur d’un Dictionnaire géographique et historique qui fut l’un des premiers de ce genre. Le fait d’avoir été le secrétaire du cardinal Francesco Barberini, neveu du pape Urbain VIII, qu'il accompagna aux conclaves de 1655 et 1667, et d’avoir fait plusieurs voyages lui avait permis d’étendre ses connaissances.
 
► CHAMILLY Noël Bouton de, Maréchal de France
 
► CLAUDE DE LORRAINE, dit le chevalier d'Aumale ainsi que deux enfants d’Henri Ier de Lorraine, dit le Balafré : Marie († 1577) et N.. († 1613)
 
► ORNANO François de Chansiergues d’ († 1691)
Diacre d’Uzès, toute sa vie ne fut ne fut que piété, charité et ascétisme. Il fut l’un des plus grands promoteurs de l’institution des séminaires et fondateur du séminaire de la Providence, noyau du séminaire Saint-Louis. Lors de la démolition de l’église au 19ème siècle, son corps fut transféré dans la crypte de l’église Saint-Gervais.
 
RAVALET Julien et Marguerite de
 
VOUET Simon, peintre.
 
► On notera aussi une dame Marguerite Malartin, morte au 16ème siècle, dont les cinq enfants lui firent 110 petits-enfants…
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 19 février 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.