RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
ÉGLISE ET CIMETIÈRE (disparu) SAINT-LAURENT (Paris)
Peu renseignée, l’histoire de l’église Saint-Laurent s’écrit pour une bonne partie à grand renfort de « peut-être », « sans doute » et « probablement », et ce dès sa fondation dont on ignore la date précise, mais qui est néanmoins confirmée au 6ème siècle.
 
Le silence s’étant abattu sur l’édifice à partir du 8ème siècle, le cours officiel de son histoire reprend au 12ème siècle avec au moins une certitude due à la confirmation d’une charte (1151-1157) : elle dépendait du prieuré Saint-Martin-des-Champs qui, jusqu’à la Révolution, conserva le droit d’en nommer son curé. Son statut paroissial daterait de la fin du 12ème siècle (1180).
 
Pas davantage d’informations sur les édifices qui précédèrent la reconstruction au 15ème siècle, en style gothique flamboyant, que l’on peut dater de 1429 grâce à la consécration du chœur et du déambulatoire par l’évêque de Paris, Jacques du Chastelier, bien que la plaque commémorative indique 1427.
© MCP
Pendant les années qui suivirent la consécration, les travaux furent suspendus à cause des troubles, avant de reprendre, peut-être, à la fin du 15ème siècle. Par la suite, s’il faut en croire Le Dictionnaire historique de la Ville de Paris de Hurtaut et L. de Magny (1779), « l’église fut presque entièrement rebâtie grâce aux aumônes et charités des bourgeois de Paris ».
Effectivement, de 1548 à 1596, on construisit la nef, des bas-côtés et des chapelles. En 1621 d’importants travaux de rénovation furent envisagés. Cette même année, on posa la première pierre du portail, mais la construction des voûtes du transept et de la nef attendit 1667.
Façade de Saint-Laurent au 17ème siècle, par Auguste Wygnants vers 1850. Musée Carnavalet.
En 1654, on décida de la construction d’un grand autel sur un dessin de Lepautre [Jean, je présume (1618-1682)]. Œuvre de Gilles Guérin, le retable de l’autel représentait la Résurrection du Christ avec deux anges grandeur naturelle. C’est aussi lui qui sculpta un grand crucifix qui surmontait le « jubé », ou plutôt une clôture de bois, qui fermait le chœur.
L’autel et son retable en 1692. Gravure de F. Gallant d’après Martin Junior.
De nos jours.
Laurence de Finance © Inventaire général, 2007
Le 18ème siècle connut également des transformations dont :
- la construction, en prolongement du chevet, de la chapelle des Trois-Maries, en forme de rotonde et coiffée d'un dôme, laquelle, en 1847, devint celle dédiée à Notre-Dame-des-Malades.
- l’achèvement des bas-côtés,
- la suppression du « jubé » en bois remplacé par une grille de fer,
- etc.
L'église Saint-Laurent au 18ème siècle. Plan Turgot par Bretez (1739)
A la Révolution, bien que dévastée, la paroisse fut maintenue au moins jusqu’en 1791 avant que l’église ne fermât. Transformée en temple de la Raison, puis de l’Hymen et de la Fidélité, elle fut accordée au culte des Théophilanthropes qui, en 1797, la partagèrent avec les catholiques. Temple de la Vieillesse, en 1798, elle retrouva ses fonctions paroissiales en 1802.
 
Le 19ème siècle fut celui des grandes modifications propres à y rétablir le culte. De 1852 à 1867, outre la transformation du transept en chapelles, la pose de nouveaux vitraux, etc.,  le percement des boulevards Magenta et de Strasbourg fut l’occasion d’agrandir l’église d’une travée et surtout d’aligner son ancienne façade en la remplaçant par l’actuelle.
Sous la direction de Simon-Claude Constant-Dufeux (1801-1870), la façade du 17ème siècle disparut au profit d’un pastiche du 13ème siècle. Le portail actuel est orné d’une peinture en lave émaillée, œuvre de Paul Balze (1815-1884), représentant les principaux évènements de la vie de saint Laurent. Il construisit également une flèche en plomb.
La façade juste avant sa transformation
Après sa transformation © MCP
Le cimetière
Parmi les œuvres notables que l’église abrite de nos jours, excepté le buffet du Grand Orgue de 1682, reconstruit entièrement par Clicquot (1767), et deux peintures d'Antoine-Denis Postel -Le Sacrifice d'Abraham et l'Assomption de la Vierge de 1730-, le mobilier, la décoration et les très beaux vitraux datent pour grande partie du 19ème siècle et, d’une façon moindre, du 20ème siècle.
Peinture en lave émaillée © MCP
Plan Jaillot (1713)
Son premier cimetière était situé sur l’emplacement de l’actuel presbytère. En 1622, il fut remplacé par un autre, plus accolé au côté nord de l’église. Il formait un quadrilatère que des maison entouraient sur trois de ses côtés et séparaient , en particulier, de la rue du faubourg Saint-Martin et de la rue Saint-Laurent. De nos jours, la rue Sibour, ouverte en 1804, en traverse l’emplacement qu’occupe également une partie du carrefour Magenta/Strasbourg.
 
Ses dimensions étaient assez restreintes (2.900 mètres carrés environ) car la paroisse, fort ancienne et fort étendue, devait faire face de 750 à 900 inhumations par an au 18ème siècle. Bien évidemment, les inhumations y étaient moins onéreuses que dans l’église. En 1727, elles coûtaient 7 livres contre 20 livres dans les bas-côtés de l’église, 25 dans la nef et jusqu’à 300 dans le chœur pour un cercueil en plomb et 150 pour un en bois.
L'existence de tombes individuelles n'est pas signalée. Les fosses, rapidement pleines, durent souvent être réutilisées trop tôt, et ses charniers (reconstruits vers 1630) répandaient, comme elles, des exhalaisons putrides. En 1786, les habitants du quartier eurent beau réclamer sa fermeture, la protestation des marguilliers fut telle que le cimetière resta non seulement en service mais, en 1792 et 1793, reçut en plus les morts du 5ème arrondissement d’alors. Fermé définitivement en 1797et il fut vendu sans être pour autant vidé. Livré au commerce cinq ans après, ses anciennes fosses continuaient à exhaler une odeur épouvantable. En 1804, lors de l’ouverture de la rue Sibour, les ossements qui y avaient été entassés de façon excessive furent transférés aux Catacombes.
 
Par la suite, à chaque fois que des travaux de terrassement étaient entrepris sur son ancien emplacement d’autres ossements étaient régulièrement découverts comme en 1847 et en 1858. On en trouva encore en 1871 et en 1913 tant dans les cryptes de l’église où, dès 1775, il n’était plus possible d’inhumer dans le caveau situé sous la chapelle de la Vierge. Ceux trouvés en 1913 sous la rue Sibour formaient une couche de 2,50 mètres de haut.
1 = premier cimetière - 2 = second cimetière
Google Earth
Antoine Coypel © Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Comédiens italiens grimpés sur les épaules les uns des autres -Musée du Louvre © RMN
Louis XIV écrasant la Fronde (1654)Château de Chantilly
© Sophie Vergnes - « Des discours de la discorde : les femmes, la Fronde et l’écriture de l’histoire » -Etudes Épistémè.
►GUÉRIN Gilles (1611-1678)
Bien que parfois qualifié de sculpteur de « second rang », il n’en fut pas moins chargé d’œuvres décoratives dans les châteaux de Cheverny et de Maisons-Laffitte, dans des églises (Saint-Laurent, Saint-Gervais de Soissons,…), travailla au pavillon de l'Horloge du Louvre, aux jardins de Versailles, etc.
Il signa aussi, et entre autres, la statue de Louis XIV écrasant la Fronde, commandée par les magistrats de l’Hôtel de Ville de Paris dont elle orna la cour avant de trouver place au château de Chantilly. Il sculpta également des tombeaux comme ceux d'Henri II de Bourbon-Condé à Vallery et du duc de La Vieuville. Inhumé dans l’église sous le grand crucifix qu’il avait sculpté.
Eléments du tombeau du duc de La Vieuville
Musée du Louvre © MCP
►MARILLAC Louise de (sainte)
 
►SANSON Charles II (bourreau)
 
►SANSON Charles Jean-Baptiste (très probablement)
 


Sources principales :
-Epitaphier du vieux Paris –Tome VIII
-Les 200 cimetières du vieux Paris de Jacques Hillairet –Ed. du Cherche Midi (1958)
-Le Saint des saints : Maîtres-autels et retables parisiens du XVIIe siècle de Frédéric Cousinié- Presses universitaires de Provence (2006)
(*) commentaire(s)
Premier dépôt d'ossements aux Catacombes en 1804 © MCP
Dépôt de 1871 provenant de l'église  © MCP
© MCP
© MCP
10 septembre 2016
Qui y reposa ?
 
Etonnement, les scribes qui relevaient les épitaphes dans les églises n’en ont relevé aucune ni dans l’église, ni dans le cimetière. On ne retrouve que celle de sa plus célèbre paroissienne, Louise de Marillac. L'explication provient peut-être en partie de la réfection du pavé de la nef en 1708, et de toute l’église en 1743.
Il est clair que ce manque d’informations, conjugué à la disparition de registres, limite particulièrement la connaissance des personnes qui reposèrent à Saint-Laurent. La liste ne peut donc se compléter que par les hasards de recherches effectuées sur un personnage qui aboutiraient à ce lieu. En attendant mieux…
 

Furent inhumés dans l’église ou le cimetière :
 
►ALLOU Gilles (1670 – 1751)
Peintre  reçu à l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1711, mais dont il ne fut membre complet qu’en 1722, beaucoup de ces toiles ont disparu.  On lui connait des portraits d’artistes comme ceux d’Antoine Coypel, d’Antoine Coysevox et  Bon Boullogne, ainsi que des sanguines inspirées de la comédie italienne.  Inhumé dans le cimetière.
Chercher
THEMES 
ACCUEIL
DE A à Z 
CONTACT
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 19 février 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.