RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
COLLÉGIALE SAINT-LAURENT DE JOINVILLE (Haute-Marne) (disparue)
29 juillet 2015
Au 11ème siècle, Etienne de Vaux, ou de Neufchâteau, fondateur de la dynastie et de la seigneurie, fit ériger un château-fort au sommet de la colline surplombant la ville, le château d'En-Haut.
 
Au siècle suivant, son descendant, le sénéchal de Champagne, Geoffroy de Joinville, fit ériger une église dans l’enceinte du château qui devint la collégiale Saint-Laurent (1158 ?). Restaurée aux 13ème et 17ème siècles et agrandie plusieurs fois, elle y accueillit les tombeaux et monuments funéraires de plusieurs seigneurs de Joinville, dont de nombreux membres illustrèrent les pages de l’histoire de France sans pour autant attendre les plus célèbres d’entre eux, les Guise.
Le château d’En-Haut et la collégiale à droite en 1639
© Service Régional de l'Inventaire/Conservation des Antiquités et Objets d'Arts / F. Griot
A la Révolution, la collégiale fut « vendue, dispersée pierre à pierre, ayant subi les assauts de la guerre étrangère, de la guerre civile au 16ème siècle, cette vieille collégiale qui s'était défendue si vaillamment contre les atteintes de l'âge et des hommes ».
 
Le château suivit le même le sort lorsque les douze membres du Comité révolutionnaire de Joinville chargèrent une escouade de sans-culottes de piller et de démanteler le château de Philippe Egalité, duc d’Orléans et prince de Joinville, après l'exécution de celui-ci, le 6 novembre 1793, afin de s'approprier ses biens.
Il ne faut donc pas le confondre avec le ravissant château du Grand Jardin qui se visite, pavillon de plaisance venu compléter la demeure seigneuriale et édifié entre 1533 et 1546 par Claude de Lorraine.
Le château d’En-Haut et la collégiale à droite en 1750
© Service Régional de l'Inventaire/Conservation des Antiquités et Objets d'Arts / F. Griot
Le 22 novembre 1792, une fois les tombeaux et cercueils profanés, les cendres qu’ils contenaient furent transportées, selon le vœu du peuple, jusqu’au cimetière de la commune.
 
En 1841, à l'initiative de Louis-Philippe Ier, et avec le concours de la ville de Joinville, une dalle de marbre noir, élément provenant du tombeau de Claude de Lorraine, fut déposée sur la sépulture commune en forme de table que surplombe une croix simple.
 
Une plaque, rappelant ce fait et listant les personnes présentes dans la fosse, est  posée contre la tombe :  « Leurs restes transportés ici le 22 novembre 1792, selon le vœu du peuple, ont été couverts de ce marbre à l’initiative de Louis Philippe Ier, Roi des Français avec le concours de la ville de Joinville le 13 septembre 1841. »
Sans la plaque commémorative qui sert de repère,  il faut bien admettre que le tombeau « Seigneurs de Joinville », dit aussi  « le  tombeau des princes », se perdrait dans l’anonymat le plus complet, même si, à l'entrée du cimetière, un panneau indique sa présence.
© MCP
© MCP
Furent inhumés dans la collégiale Saint-Laurent par ordre chronologique de décès :
 
Le premier à y élire sépulture fut Jean de Joinville, le fameux chroniqueur de Louis IX. Il avait fait élever un autel consacré à ce roi.
En 1738, la réparation du pavé dans chapelle des Princes, ou des Guises, mit à jour un caveau avec huit cercueils de plomb.
 
► Jean,  sire de Joinville
 
► Anselme (Anseau), sire de Joinville (1265 – 1342/1343)
Fils de Jean de Joinville,  comme son père il fut au service des rois de France.
En 1316, lors de la crise de succession qui s'ouvrit à la mort de Louis X, il soutint le frère de ce dernier,  Philippe de Poitiers dont il était  proche. Ce dernier,  devenu le roi Philippe V, le nomma ensuite à son conseil étroit.
Après une éclipse sous le règne de Charles IV, il  revint sous Philippe VI au conseil royal dont il fut  un membre éminent. Après 1335, il joua même un rôle clé dans le gouvernement du royaume, en tant que proche de Miles de Noyers,  principal conseiller royal.
Sénéchal de Champagne, dans le cadre des préparatifs de guerre contre l'Angleterre,  il participa aux renforcements des fortifications à l'est du royaume. Devenu, en 1338, l’un des présidents de la Chambre des comptes, son influence s'exerça  également en matière financière.
Fait maréchal, en 1339, par Philippe VI, en récompense de sa fidélité et de sa longue carrière au service de la France, il mourut à près de quatre-vingt ans ce qui, sans atteindre la longévité exceptionnelle de son pèr, mort à 93/94 ans, reste une belle performance pour l’époque.
 
Avec lui reposaient également ses deux épouses :
- Laure de Sarrebruck, fille de Simon IV de Sarrebruck-Commercy, seigneur de Commercy, et de Mathilde de Sexefontaine.
-Marguerite de Vaudémont (v. 1305 - 1333), fille d'Henri III, comte de Vaudémont, et d'Isabelle de Lorraine de Vaudémont, épousée en 1323 alors qu’il était veuf.
 

► Ferri Ier  de Lorraine, comte de Vaudémont, seigneur de Guise et de Joinville (1368 - 1415)
Fils de Jean Ier duc de Lorraine, et frère de Charles II de Lorraine, avec lequel il combattit contre l'évêque de Toul et prit, ensuite, le parti des Bourguignons, après avoir effectué un  pèlerinage en Terre Sainte en 1409, il devint conseiller de Charles VI.  Dit le « Courageux »,  il trouva la mort  lors du désastre d’Azincourt.
Avec lui reposait sa femme Marguerite de Joinville (1354 – 1418) qui, deux fois veuve, l’avait épousé  en troisièmes noces.
 

► Ferri II de Lorraine, comte de Vaudémont (v.1428 – 1470/1472)
A ne pas confondre avec Ferri II de Lorraine (†1213).
Fils d’Antoine de Vaudémont, sire de Joinville  et de Marie d’Harcourt, il épousa,  en 1445,  sa cousine Yolande d'Anjou, fille de René Ier d'Anjou, roi de Naples, duc d'Anjou, de Bar et de Lorraine, comte de Provence, et d'Isabelle, duchesse de Lorraine. Ce mariage mettait fin au litige qui existait entre les pères des deux époux à propos de la succession du duché de Lorraine. Comblé d’honneurs par son beau-père, en 1453, il commanda les troupes que celui-ci envoya  au dauphin Louis, futur Louis XI,  pour l'aider à combattre le duc de Savoie.
En 1456, René lui confia le gouvernement du duché de Bar, puis, en 1459, la charge (honorifique) de lieutenant général de Sicile.
 
Quelques années après la réalisation du sien, son frère, l'évêque de Metz, Henri de Lorraine, commanda le tombeau de Ferri, et de sa femme au sculpteur Jacques Bachot. Doté d'un socle sculpté, les gisants en marbre avec des  figures en cuivre,  étaient couchés  sur une dalle plate en marbre noir.
 
On pouvait y lire cette épitaphe :
 
"Cy est la sepulture de puissant prince Ferry de Lorraine second du nom, comte de Vaudemont, baron de Joinville, seigneur de Boüe, Rumigny, Aumalle, Mayenne, Elbeuf, Harcourt et autres terres en deppendant, osquels il succeda a Anthoine de Lorraine et de Marie de Harrecourt ses père et mère, l'un des plus hardys, adroicts et beaux prince de son temps, qui fut lieutenant general de l'armée de René, roy de Sicil et d'Arragon, son beau-père, pour suivant la conqueste de sond, royaume d'Arragon, et assista le roy de France Charles VII en diverses expéditions avec Jean duc de Calabre son beau-frère, memes es princes du Pont-de-l'Arche, de Rouan et Caen et Falaise sur les Anglais.
Il décedda sur la fin de l'an 1470, laissant René fils de luy et lad. Yolande".
Le tombeau des seigneurs de Joinville © MCP
© MCP
► Henri de Lorraine (v. 1430 - 1505)
Fils d’Antoine de Vaudémont, sire de Joinville, chanoine de Toul et de Metz, puis évêque de Thérouanne (1456), en 1466, il administra le comté de Vaudémont lorsque son frère, Ferri II, partit en campagne à la conquête de la Catalogne.
Nommé évêque de Metz (1484), iI embellit la cathédrale de Metz dont il fit reconstruire le chœur et les chapelles.
Son tombeau, qu’il avait commandé, œuvre, en partie, notamment le soubassement, de Jacques Bachot, actif en Champagne et en Lorraine entre 1493 et 1526, se composait d'une grande châsse en marbre décorée de figures de saints et d'un portrait sculpté en bronze réalisé par Henri Costerel, fondeur à Troyes.
 
► Claude de Lorraine, duc de Guise
 
► François de Lorraine, duc de Guise
 
► Charles de Lorraine, duc Guise (1571-1640)
Eglise Santi Giacomo e Cristoforo de Cuna
© Vignaccia76
Fils aîné d’Henri de Guise, dit le « Balafré », il fut arrêté avec sa famille après l’assassinat de son père et destitué de la survivance du gouvernement de Champagne et de Brie qu’il avait, et de la survivance de la charge de Grand maître de France que son père occupait.
Détenu au château de Tours, il s’en évada en 1591et se rallia à son oncle, le duc de Mayenne, un des chefs de la Ligue avant d’être lui-même reconnut comme tel à Paris.
En 1594, se rendant maître de la Champagne, il y rencontra Antoine de Saint-Paul, maréchal de la Ligue qui avait fait bâtir aux portes de Reims un fort gardé par deux cents étrangers, au grand déplaisir des rémois. Traduisant comme une insulte le refus exprimé avec audace de Saint-Paul à démolir ce fort et à faire évacuer les troupes, Charles lui passa l’épée au travers du corps.
Resté dans Reims, il conclut un traité avec Henri IV qui le fit gouverneur de Provence et Amiral des mers du Levant. En contrepartie, il démissionna de sa charge de Grand maître de France et libéra la Champagne qu’il occupait.
Brouillé avec son oncle Mayenne, pendant la régence et le gouvernement de Marie de Médicis et de Concino Concini, il demeura fidèle à la royauté et prit la tête de troupes contre les princes révoltés qu'il battu à plusieurs reprises en 1616-1617. La libération d’Henri II de Bourbon-Condé et son retour à la Cour sur l'assurance de Charles de ne pas être inquiété, amena ce dernier à se retirer un temps sur ses terres.
 
Partisan d'une monarchie très modérée qui aurait laissé une large place aux Grands, il fit preuve d'une fidélité moindre après la prise du pouvoir par Louis XIII et l'assassinat de Concini. Il cautionna ainsi l'évasion de Marie de Médicis, alors exilée à Blois, mais participa aux guerres contre les huguenots à Saint-Jean-d'Angély et Montauban, en 1621.
Commandant une armée royale en Provence (1622), puis commandant un temps la flotte lors du siège de La Rochelle, la politique navale de Louis XIII et de Richelieu le contraignit à abandonner sa charge d’Amiral des mers du Levant. Basculant lentement  dans l'opposition au cardinal, il complota contre lui.
Disgracié au lendemain de la Journée des dupes (1630), il demanda la permission de partir en pèlerinage à Notre-Dame-de-Lorette, en Italie, pour n'en jamais revenir.
Réfugié à Florence, où sa femme et ses enfants le rejoignirent, il bénéficia de la protection du grand duc de Toscane. Pendant ces longues années d'exil, il eut la douleur de perdre deux de ses fils avant de décéder lui-même à Cuna dans le siennois. Inhumé en l’église Santi Giacomo e Cristoforo de Cuna, qui conserva son cénotaphe et ses entrailles, sa dépouille fut apportée à Joinville en juillet 1641.
Charles Louis de Lorraine-Guise, duc de Joyeuse (1618 - 1637)
Fils de Charles de Guise, il mourut en Italie durant l'exil familial. Sa dépouille fut rapatriée à Joinville en même temps que celle de son père.
 
► Louis Joseph de Lorraine (1650 – 1671/1672)
Fils de Louis de Lorraine ou de Guise (1622-1654), il épousa, en 1667,  Elisabeth Marguerite d'Orléans  (1646-1696), fille de Gaston de France, duc d'Orléans, frère de Louis XIII, et de Marguerite de Lorraine. Avant dernier duc de Guise, il mourut de la petite vérole.
 
Mais aussi
 
Le cœur de Louise de Lorraine, princesse de Chimay (1520 – 1541/1542)
Fille de Claude Lorraine, épouse de Charles de Croÿe, prince de chimay et duc d’Arschot, elle mourut la même année que son mariage ou l’année suivante.  
 

Sources principales :
- Histoire et dictionnaire des Guerres de religion – Ed. Robert Laffont (1998)
- Dizionario geografico fisico storico della Toscana…Volume primo (1833)
- Wikipedia
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 23 septembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.