RETOUR IIIe REPUBLIQUE
BOULANGER Georges (1837- 30 septembre 1891)
Cimetière d’Ixelles de Bruxelles (Belgique)
13 septembre 2012
La guerre franco-allemande de 1870 s’était terminée par la défaite française et l’exil de Napoléon III en Angleterre.
 
N’importe où qu’elle s’inscrive, une humiliation nationale est parfois l’occasion de voir surgir sur la scène politique un homme qu’on espère providentiel.
C’est ainsi que le général Boulanger rentra dans l’histoire.
Sans être brillante, sa carrière était bien remplie: campagnes coloniales en Algérie et en Indochine, un comportement valeureux pendant la guerre de 1870 et une part active à la répression de la Commune, des fonctions administratives au ministère de la Guerre comme directeur de l'infanterie où il se tissa un réseau de relations politiques relations politiques.
Les républicains modérés, alors au pouvoir, appréciaient sa souplesse et son habileté. Général de division en 1884, Boulanger alla commander l'armée française en Tunisie où il réussit à se mettre en vedette.
 
Soutenu par Georges Clemenceau , il obtint le ministère de la Guerre en juin 1886. Améliorant le sort des hommes de troupe, adoptant du matériel moderne, il acquit rapidement une grande popularité qui se transforma en enthousiasme. Au grand plaisir des anticléricaux, n’avait-il pas voulu imposer le service militaire au clergé qui en était alors exempt ? « Sac au dos les curés ! ».
 
Le 14 juillet 1886, à la revue passée à Longchamp, ce fut un tonnerre d’applaudissements.
En parcourant la France pour des inaugurations, des discours, etc., son idée de politique offensive au lieu d’être défensive, ses rodomontades vis-à-vis de l'Allemagne rythmées par des provocations, il ne tarda pas à représenter l'image du « Général Revanche » qui séduisit les nationalistes. Fort de sa popularité croissante, Boulanger proposait aussi la suppression du Sénat…Le monde politique républicain comprit  le danger qu’il représentait.
Le 17 mai 1887, le général était évincé du ministère de la Guerre et mis à la retraite.
 
N’étant plus officier d’active Boulanger devenait éligible et pouvait débuter une carrière politique à la tête du mouvement boulangiste dans lequel s’engouffra une coalition hétéroclite composée  des nationalistes avides d'une guerre de revanche contre l'Allemagne, des radicaux hostiles au parlementarisme, des socialistes déçus par l’absence de politique sociale et de lutte contre le chômage des « opportunistes » au pouvoir, des bonapartistes et des monarchistes  désireux de renverser la République.
 
Profitant du  scandale qui amena à la démission du président de la République Jules Grévy,  il exposa son programme politique sommaire: « Dissolution, Révision, Constituante».
En janvier 1889, porté triomphalement par les urnes comme député de Paris, l’Elysée lui tendait les bras. Mais  le coup d’Etat que réclamaient ses partisans n’eut pas lieu. Le « général beau-parleur » hésita et renonça.  Il ne serait pas  le président à vie d’une république nationaliste dont rêvaient ses supporters …Amère déception ! Pas pour tout le monde.
 
De suite, ses adversaires s’activèrent à sa chute en le manipulant avec astuce. Prévenu de sa prochaine arrestation, Boulanger s’enfuit fort maladroitement à Bruxelles avec sa maîtresse, Marguerite de Bonnemains (1855 - 1891) dont il ne voulait pas être séparé.
Le 14 août 1889, il était condamné à la « déportation dans une enceinte fortifiée » par contumace pour complot contre la sûreté de l'État, détournement des deniers publics, corruption et prévarication.  Abandonnés de tous, le général et le boulangisme s’écroulèrent.
 
Bruxelles, l' Angleterre puis l'île de Jersey dont le climat ne convenait pas à Marguerite qui ne se remettait pas  d’une mauvaise grippe. De retour seule à Paris, son état de santé s’aggrava. Quand les deux amants se retrouvèrent à Bruxelles,  elle était au dernier degré de la tuberculose.
Elle mourut dans les bras de Georges le 16 juillet 1891. Ecrasé par la douleur, il se rendait chaque jour au cimetière où sur la pierre tombale de son grand amour était gravé comme un appel :" A bientôt !" . Le 30 septembre, c’est là qu’il choisit de se donner la mort en se tirant une balle en pleine tête.
 
Georges Boulanger partage la sépulture de sa « bonne amie » dans le cimetière d’Ixelles avec le rare privilège d’être inhumé là où il mourut.  Sur leur pierre tombale discrète, pas de patronyme: juste deux prénoms : Georges et Marguerite.
Photo Marie-Hélène Cingal (Flickr)
Marguerite de Bonnemains
Photo Marie-Hélène Cingal (Flickr)
Sources principales: article très inspiré par celui de Nicolas Andrieux: http://mapage.noos.fr/nicolas.andrieux/boulanger.htm
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 17 avril 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.