RETOUR LITTERATURE
► Romancier français
CÉLINE Louis Ferdinand (1894 – 1er juillet 1961)
Cimetière des Longs-Réages de Meudon (Hauts-de-Seine)
Bien des qualificatifs définissent tour à tour Louis Ferdinand Destouches qui choisit le prénom de sa grand-mère comme nom d’auteur : provocateur, nihiliste, génial, lâche, écrivain au style révolutionnaire, antinationaliste, pacifiste, antisémite, anticolonialiste…
 
Médecin apprécié de la clientèle populaire de Clichy puis de Meudon mais surtout romancier controversé, il n’en demeure pas moins l’un des écrivains majeurs du 20ème siècle siècle qui nous a légué une œuvre d’un intérêt considérable, véritable révolution dans la littérature française autant par sa liberté de parole que par son style où il bouscule la syntaxe traditionnelle infusant ainsi à la langue française un lyrisme volcanique qui se transmue parfois en musique.
http://www.zcorrecteurs.fr/
(*) commentaire(s)
1er novembre 2013
En 1932, son chef-d’œuvre, Voyage au bout de la nuit, fit l’effet d’une bombe d’enthousiasme à droite comme à gauche.Mort à crédit (1936) était encore plus désespéré, plus burlesque.
 
Anarchiste de tempérament, ses charges anticolonialistes, antimilitaristes et un vibrant hommage à Emile Zola avaient largement contribué à le faire passer pour un écrivain de gauche. Mea Culpa (1936), vint désillusionner ceux qui le croyaient ainsi et révéler un choix politique nettement orienté à droite.
 
A partir de 1937, il délaissa le roman pour s’adonner à la rédaction de pamphlets responsables de ses futurs malheurs : Bagatelles pour un massacre (1937), L’Ecole des cadavres (1938) et Les Beaux draps (1941) dans lesquels, en des termes violents, si ce n’est orduriers, il se mit à pourfendre ses confrères en littérature et les juifs qu’il semble tenir responsables de tous les malheurs du monde. L’outrance verbale était telle que même  les antisémites les plus acharnés se désolidarisèrent de leur auteur.
 
Encore aujourd’hui, nombreux sont ceux qui tentent de décortiquer le personnage pour comprendre les dérives de l’écrivain vers cette descente antisémite virulente qui, par ailleurs, resta toujours littéraire et verbale et avec laquelle il passait pêle-mêle à la moulinette le régime soviétique, l'actualité, la guerre, le système éducatif, les Etats-Unis, mais avec haine, rage, et sans aucune mesure.
 
Après avoir réendossé sa blouse de médecin en 1940, il chercha à rejoindre le gouvernement de Vichy en exil à Sigmaringen (1944) afin de tenter de gagner le Danemark. Suspect aux yeux des Allemands qui virent en lui un dangereux collaborateur, emprisonné trois mois à Sigmaringen, à sa sortie, il traversa l’Allemagne en feu avec sa compagne, la danseuse Lucette Almanzor, l’acteur Le Vigan et… son chat. Au terme d’aventures rocambolesques, il arriva à Copenhague en mars 1945 pour être aussitôt jeté en prison dont il sortit en février 1947 pour raison de santé.
Il vivait au Danemark pratiquement dénué de tout lorsqu’il apprit que, cible de la haine tenace de littérateurs, les tribunaux français l’avaient condamné à l’indignité nationale et à la confiscation de ses biens. Amnistié l’année suivante, il rentra en France et résida à Meudon vivant surtout de son travail de médecin.
 
Il se remit à écrire, mais ces nouveaux ouvrages passèrent inaperçus auprès du public, excepté Nord (1960) qui lui valut un regain de notoriété. On commençait à s’émouvoir sur son sort quand il mourut alors qu’il rédigeait son dernier roman, Rigodon, publié à titre posthume.
Même s’il n’a jamais renié ses écrits, à l'exception de Mea Culpa, Céline s’opposa toujours à la réédition de ses pamphlets, volonté que respectèrent ses ayant-droits.
 
Céline aurait aimé être inhumé auprès de ses parents au cimetière du Père-Lachaise. Mais jugé sans doute comme résident un peu encombrant, on lui préféra le cimetière de Meudon.
Trois jours après sa mort, sous une pluie fine, en présence, entres autres, de Marcel Aymé et de Claude Gallimard, le cercueil de Céline passa directement de son domicile à la tombe : pas d’église, pas de discours; juste quelques fleurs et c’était fini. Comme une invitation au voyage, un voilier gravé.
 
Sur sa pierre tombale, on remarque un nom et une date incomplète. : 19..
C’est que Lucette  Almanzor (Lucie Georgette Almansor), née en 1912,  n’avait pas prévu d’être plus que centenaire.  
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 11 janvier 2018
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.