RETOUR IIIe REPUBLIQUE ET Première Guerre mondiale 
FOCH Ferdinand (1851 – 20 mars 1929)
Eglise du Dôme des Invalides (Paris)
Maréchal de France
« Eh ! Bien, allons-y ! » seraient ces dernières paroles, comme s’il pénétrait avec courage sur son ultime champ de bataille.
Dès la nouvelle connue de son décès, la Chambre s’associa à un émouvant hommage : « La France perd en lui un grand soldat et un grand citoyen », « Un morceau de France qui s’en va ». Doumergue, Clemenceau, Pétain, etc., tout le monde commenta, même les Américains qui le qualifièrent de « plus grand homme de l’histoire » et les Anglais qui précisèrent « le maréchal Foch sera pleuré comme un héros national ». Le monde entier lui rendait hommage par voie de presse et/ou par des délégations de qualité.
De nos jours, on a bien du mal à réaliser qu’un militaire puisse être l’objet de tant d’éloges et de funérailles dignes d’un souverain. Plus de guerre, plus de héros fédérateurs et la pompe nationale n’est plus ce qu’elle était. Mais en 1929, les choses étaient autrement. La Première Guerre mondiale était encore bien ancrée dans les mémoires et la reconnaissance du pays s’étalait aux pieds de ceux qui s’y étaient distingués et avaient permis la victoire.
 
Foch étaient de ceux-là. Malgré des échecs, il avait contribué de manière décisive à la victoire de la Marne et avait coordonné les efforts des armées françaises, britanniques et belges dans les opérations de « course à la mer ». Envoyé en Italie, il avait redressé la situation après le désastre de Caporetto (1917).
De retour en France, président du Conseil suprême de guerre interallié, il fit admettre l’idée d’un commandement unique. En 1918, nommé généralissime après la puissante offensive allemande (mars), la contre-offensive qu’il déclencha en Champagne (juillet), prélude à l’offensive générale, mena à la capitulation de l’Allemagne et à l’armistice du 11 novembre qu’il signa. Son bâton de maréchal entre les mains depuis le mois d’août, il n’avait plus laissé une minute de répit à l’ennemi.
Elevé également à la dignité de maréchal en Grande-Bretagne, la Pologne lui déclara lui devoir son existence. Tout n’était pas sans reproches, mais le résultat était là.
 
Durant le traité de paix, la France ayant supporté le poids principal de la guerre, Foch pensait que les négociateurs français devaient parler plus haut. Vite en désaccord avec le pouvoir politique, notamment sur le statut militaire de l’Allemagne et la question de la frontière du Rhin, ses conseils ne furent pas suivis. Conscient de l’iniquité du traité, il dira :  « Ce n'est pas une paix, c'est un armistice de vingt ans ». Il en dura dix.
Se refusant à toute polémique, élu, en 1918, à l’Académie française et à l’Académie des Sciences, il devint président du Conseil supérieur de la guerre. Il mourut à l'hôtel de Noirmoutier (138 rue de Grenelle à Paris) qui lui avait été affecté.
Le Petit Journal (mars 1929)
La foule rue de Grenelle. Le Petit Journal (mars 1929)
8h 30. Le convoi se dirigea vers l’Arc de Triomphe où il resta exposé jusque 23heures avant de prendre le chemin de Notre-Dame de Paris où il fut accueilli par une sonnerie de clairons. Le lendemain matin, les portes s’ouvrirent pour laisser entrer un flot humain continu.
Le cercueil couvert du drapeau tricolore (à droite) sous l'Arc de Triomphe.
Le Petit journal (mars 1929)
Après l’office, le cortège se rendit jusqu’à l’église du Dôme des Invalides. En attendant l’aménagement de la chapelle Saint-Ambroise, la dépouille du maréchal resta dans le caveau des gouverneurs de la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides.
Caveau des Gouverneurs © MCP
Chapelle Saint-Ambroise encore vide. Le Petit journal (mars 1929)
Son tombeau en bronze, œuvre de Paul Landowski (1875 – 1961), s’inspira d’une maquette d’un
« Monument au soldat » réalisée par le sculpteur en 1920 et représentant le mort porté par le peuple. Il fut livré en 1937.
© MCP
© MCP
(*) commentaire(s)
12 novembre 2013
Véritable union dans la douleur, le 24 mars, jour des obsèques, fut décrété deuil national.
Dès 7h30, la rue de Grenelle était noire de monde pour former un pieux défilé devant le catafalque entouré d’une garde d’honneur d’officiers supérieurs et recouvert du drapeau français. Pendant ce temps, une foule patiente attendait déjà aux Invalides où la dépouille n’arriva que le lendemain.
Car le maréchal n'allait pas modestement reposer dans la tombe de ses parents et de l'un de ses fils au cimetière de Valentine (Haute-Garonne).
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 28 octobre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.