RETOUR SCIENCES
JOLIOT-CURIE Frédéric (1900 - 14 août 1958) et JOLIOT-CURIE Irène (1897 - 17 mars 1956)
Cimetière de Sceaux (Hauts-de-Seine)
Ingénieur, grâce à son professeur Paul Langevin, Frédéric devint préparateur particulier de Marie Curie à l'Institut du radium. En 1926, IL épousa sa fille aînée, Irène, jeune femme réservée et avare de paroles alors qu’il était charmeur, impulsif et bouillonnant. Mais tous deux partageaient une passion commune : la recherche scientifique en général et les mystères de l’atome en particulier.
 
A force de travaux sur la structure de l’atome et de découvertes, la plus importante de celles-ci  fut la radioactivité artificielle pour laquelle, chacun des deux reçut le prix Nobel de chimie en 1935. Cette célébrité attira auprès d’eux de jeunes et brillants chercheurs.
En 1936, nommée membre du gouvernement du Front populaire en tant que sous-secrétaire d'État à la Recherche scientifique, Irène fit partie des trois premières femmes à siéger dans un gouvernement français.
 
Frédéric, nommé professeur au Collège de France y fit construire le premier cyclotron (accélérateur de particules). Après la découverte de la fissure de l’uranium, il apporta une preuve physique du phénomène et étudia les conditions de réalisation de la pile atomique à uranium et eau lourde.
En 1940, face à l’avancée de l’armée allemande, il réussit, heureusement, à faire passer en Angleterre les documents et les matériaux relatifs à ses recherches avant que son laboratoire et ses équipes ne se retrouvent  dépendants de la Wehrmacht.
Membre du parti communiste et président du mouvement de Résistance Front national à Paris, il participa à l’insurrection de la capitale où les « cocktails » de son invention firent des ravages sur les chars allemands.
 
Bien que, grâce à nos deux savants, le programme nucléaire militaire français ait été le plus avancé de l'avant-guerre, ce furent les Américains, avec le projet Manhattan, qui aboutirent, le 16 juillet 1945, à l'explosion de la première bombe atomique dans le désert du Nouveau-Mexique.
 
Après la guerre, la reconstruction exigeait une énergie abondante et bon marché tout en préservant l’indépendance énergétique de la France. C’est ainsi, qu’en octobre 1945, naquit le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) dont Charles de Gaulle confia la direction à Frédéric, alors directeur du CNRS. A lui de diriger la construction du premier réacteur nucléaire à Fontenay-aux-Roses (1948).  Irène, avec d’autres proches collaborateurs, fut nommée au Conseil scientifique de l’organisme.
 
Mais en 1950, pour des raisons politiques -probablement en raison de sa forte implication dans la diffusion de « l’Appel de Stockholm », pétition contre l'armement nucléaire lancée par le Conseil mondial de la paix dont il était le président- Frédéric fut relevé de ses fonctions. Irène,  qui parallèlement était maître de conférences, professeur à la chaire de physique générale et radioactivité à la Sorbonne depuis 1946, partageait les mêmes idéaux pacifistes de son mari. A ce titre, elle s'éleva contre les usages militaires de l'énergie nucléaire.  Elle obtint le prix international de la paix du Conseil mondial de la paix en 1950 et signa, elle aussi, « l’Appel de Stockholm » ce qui lui valut également d’être révoquée.
 
Comme pour sa mère, la porte machiste de l’Académie des Sciences lui resta fermée…
 
En 1956, Irène, victime, comme Marie,  d’une leucémie due à la  surexposition aux rayonnements radioactifs au cours de ses recherches, mourait prématurément. Après les hommages, elle fut inhumée près de ses parents au cimetière de Sceaux.
Irène et Frédéric dans leur "laboratoire". © Fonds Curie et Joliot-Curie
© Getty Images / Philippe Le Tellier
Frédéric reprit la chaire de physique nucléaire qu’elle occupait à la Sorbonne, ainsi que la direction de l'Institut du Radium tout en conservant son poste au Collège de France.
Président de l’Union rationaliste et de la Fédération mondiale des travailleurs scientifiques, il fut élu membre de l’Académie des Sciences en 1958. Peu après, rongé lui aussi par la maladie, il mourait.
 
Après des obsèques nationales, où son cercueil fut exposé à la Sorbonne, il rejoignit Irène dans la tombe.
Dans leur sépulture repose :
 
LANGEVIN Michel  (1926-1985)
Petit-fils de Paul Langevin, brillant physicien nucléaire, il épousa Hélène (née en 1927), fille d’Irène et de Frédéric Joliot-Curie, elle-même chercheuse en physique nucléaire fondamentale au CNRS et aujourd'hui directrice de recherche émérite de cet organisme.
Bref, comme Pierre et Marie Curie, Irène et Frédéric Joliot-Curie, engendrèrent une génération de scientifiques remarquables. Car, outre leur fille Hélène, leur fils Pierre (né en 1932), chercheur en biologie, professeur au Collège de France, est membre de l’Académie des sciences de France et des États-Unis.
Un des deux enfants d’Hélène et de Michel Langevin-Joliot, Yves (né en 1951), est astrophysicien….
© MCP
25 avril 2015
Sur le même modèle que la tombe d'origine de Pierre et Marie Curie qui leur fait face, celle d'Irène et de Frédéric Joliot-Curie est un exemple de sobriété où n'apparait aucune mention des prestigieuses récompenses qui leur furent décernées, ni la moindre évocation de leurs hautes fonctions.  
© MCP
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 11 septembre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.