RETOUR SCIENCES
RETOUR LITTERATURE
PASCAL Blaise (1623 – 19 août 1662)
Eglise Saint-Etienne-du-Mont (Paris)
MCP
MCP
Dès l’enfance, Pascal se révéla, selon le mot de Chateaubriand, un
« effrayant génie ».
 
A onze ans, il écrivait un petit traité des sons et à douze, il retrouva seul les trente-deux premières propositions d’Euclide
Admis par son père aux entretiens qu’il avait avec des savants, à seize ans, Blaise faisait l’admiration des mathématiciens par son Essai sur les Coniques puis inventa une machine arithmétique, la première machine à calculer !
En 1646, un incident allait changer la vie de Blaise. Installé à Rouen, son père, veuf, se cassa la jambe et fut soigné par deux gentilshommes qui passèrent trois mois dans sa maison. Nouvellement convertis au jansénisme, ils firent découvrir à la famille les œuvres de Jansénius, Saint-Cyran et Antoine Arnauld. Dès lors, bouleversé par ces lectures, Blaise se persuada que le but suprême de l’homme n’était pas la vérité mais la sainteté.
 
Bien que souffrant d’une terrible maladie qui lui paralysait le bas du corps et l’obligeait à marcher avec des béquilles, dès sa conversion, il porta un cilice et endura des souffrances en remerciant Dieu de l’inviter ainsi à prendre conscience des maladies de son âme. Son ardeur gagna le reste de la famille.
 
Pour autant, Blaise n’en abandonna pas ses études scientifiques. Il fit une distinction entre les sciences d’autorité – comme la théologie – où toute vérité se trouve dans les livres sacrés, et les sciences de raisonnement où la raison et l’expérience conduisent à la connaissance. Ainsi put-il concilier sa vie religieuse et son activité scientifique en vérifiant les découvertes de Torricelli et conclure à l’existence de la pesanteur de l’air (principe du baromètre) bien avant Newton.
 
Puis, à partir de 1651, Blaise connut une période mondaine  où il découvrit auprès d’esprits brillants une autre philosophie de vie que la sienne: celle qui visait à réaliser une forme de bonheur terrestre par l’adaptation de l’individu à un idéal mondain. Semblant avoir perdu sa ferveur religieuse, il menait grand train et certains affirment qu’il songeait à se marier.
 
Mais, en 1654, progressivement, la maladie, la lassitude de cette vie mondaine, et surtout l’influence de sa sœur Jacqueline, l’entraînèrent vers Port-Royal. Echappant à un accident de voiture, il se crut marqué par la Providence avant de connaître une extase mystique le décidant à tout sacrifier à sa certitude religieuse. Il se retira à l'abbaye de Port-Royal des Champs.
 
En 1656, au cours de la polémique qui s’envenimait entre jansénistes et jésuites au sujet de l’Augustinus, Pascal fut invité à défendre la cause de ses amis. Il se lança dans la bataille avec toute l‘ironie, la passion, l’éloquence dans son oeuvre Les Provinciales. La persécution de Port-Royal, la condamnation papale et la mise à l’index des Provinciales, rien n’affaiblit son ardeur. Ecrivant pamphlet sur pamphlet, contraint de changer fréquemment de nom et de domicile, l’exaltation de sa foi était le meilleur des moteurs.
 
C’est probablement vers cette époque qu’il forma le projet d’écrire une Apologie du Christianisme. Se méfiant de sa mémoire, il jeta ses idées sur du papier dont il ne resta que des notes éparses. Ces feuilles, recueillies après sa mort, et travaillées par les jansénistes, furent éditées sous le  titre : Pensées de M. Pascal sur la Religion. Remaniées par la suite, et bien qu’il faille renoncer à reconstituer avec certitude l’ouvrage qui s’élaborait dans l’esprit de l’auteur, elles constituent sa seconde œuvre maîtresse : Les Pensées. Au 19ème siècle, Chateaubriand, réhabilita Pascal dans une page du Génie deu Christianisme et les romantiques s'enthousiasmèrent pour l'imagination et l'angoisse frémissante de cette âme passionnée.
 
Pendant qu’il polémiquait, Pascal était revenu aussi aux mathématiques et résolut le difficile problème de la « Cycloïde » mettant peut-être Leibniz sur la voie du calcul infinitésimal.
 
Mais la reprise des persécutions contre Port-Royal, l’expulsion des religieuses en 1661 et la soumission de certains trouvèrent en lui le plus intransigeant des jansénistes.
Bien qu’épuisé, il continua à mortifier ses sens et vécut ses quatre dernières années dans des souffrances ininterrompues. Sa maladie s’aggrava. Le 29 juin 1662, il se fit transporter chez sa sœur pour laisser sa maison à un enfant malade.
Deux petits mois plus tard, sur son lit de mort, il se reprochait de n’avoir pas assez fait pour les pauvres et demandait d’être transféré aux Incurables pour y mourir « en la compagnie des pauvres ».  Finalement, il décéda chez sa sœur Gilberte.
 
Blaise Pascal fut inhumé en l’église Saint-Etienne-du-Mont près d’un pilier de la chapelle de la Vierge. Sa sœur Gilberte et son beau-frère, Florin Perrier, le rejoignirent dans sa sépulture qui  a disparu. On  en ignore l’endroit précis, ce que rappelle une petite plaque.
 
Au moins vingt-cinq ans après son décès, et après la mort de Gilberte et Florin, une première épitaphe fut gravée sur sa pierre tombale qui fut rapidement effacée. Une autre fut réalisée sur une petite table de marbre blanc que l’on fixa à l’un des piliers de la chapelle de la Vierge au-dessus de sa tombe. Cette dernière fut encore remplacée par une nouvelle que l'on peut lire de nos jours accrochée à un mur.
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 12 septembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.