RETOUR ANGLETERRE - IRLANDE - ECOSSE
Moine cistercien apparu pour la première fois en 1475 dans Robin des Bois et le Sheriff, son personnage fut peut-être inspiré par Robert Stafford, un chapelain qui se fit voleur. Au 19ème siècle, il prit des allures rabelaisiennes fort sympathiques.
Il serait inhumé auprès de la dépouille de Robin.
Archétype du héros moyenâgeux Robin, le mythe du défenseur de l’opprimé contre le tyran, prenant aux riches pour redistribuer aux pauvres, a encore de beaux jours devant lui…
 
Quel chemin parcouru depuis 1228 où l’on trouve, dans un document judicaire, la première mention d’un Robehod ou Hobbehod, mis en prison pour non paiement d'une dette ou d'une amende.
Entre 1261 et 1300, pas moins de huit Rabunhod apparaissent dans des documents. Suffisamment connu dans la tradition orale, la littérature se saisit du personnage dès 1377 avec Pierre le laboureur de William Langland.
Quant à l’origine du nom, elle n’aurait rien à voir avec les bois puisque rob in hood signifie littéralement
« dérobe encagoulé », et non pas « Robin des Bois ». L’évolution de la langue anglaise et des sens donnés aux mots ont aussi participé à celle du personnage.
 
Nées de plusieurs compilations de poèmes, dès le début du 15ème siècle, les ballades populaires s’étoffèrent et célébraient les aventures de Robin des Bois, hors-la-loi au grand cœur, affrontant un système corrompu avec son arc long, dont le shérif de Nottingham figure emblématique du « méchant ».
 
Avec le temps, de nouveaux personnages apparurent comme Marianne dont la présence fut inspirée d’une pastourelle : Le Jeu de Robin et Marion (v. 1283) du poète  Adam de la Halle.
 

Mais ce fut à fin du 16ème siècle que l'histoire de Robin des Bois recula dans le temps pour se situer vers les années 1190 au moment où Richard Cœur de Lion partait en croisade, soit trente-huit ans avant la première notification de 1228 (Richard lui, étant mort en 1199).
Qu’importait les incohérences historiques que ce décalage entraîna : les exploits de  Robin des Bois restèrent fixés dans cette période.
 
Au 19ème siècle, grâce à  la plume de Walter Scott,  qui le plaça son roman Ivanhoé (1819), Robin des Bois fut mondialement popularisé. L'idée que Robin était un rebelle saxon combattant les seigneurs normands date de cette époque.
 
Depuis 1912, pas moins de 25 films, contant les aventures du héros légendaire,  furent diffusés en France auxquelles se rajoutent les versions télévisées, les pièces de théâtre, les comédies musicales  avec, de temps à autres, quelques belles manipulations idéologiques en fonction des époques.
 
Le personnage n’a pas existé et pourtant.  Comme on cherche à se rendre au  221B Baker Street à Londres, adresse de Sherlock Holmes… on se rend aussi sur la tombe de Robin des Bois.
Au prieuré de Kirklees, Robin, blessé et sentant sa mort venir prit son arc, tira une flèche : là où elle se planterait serait sa tombe. On s'en doute, jusqu'à ce jour, les meilleurs archers mondiaux n'ont jamais réussi à égaliser le tir extraordinaire du moribond...qui est tout simplement impossible.
 
La première localisation de sa sépulture date de 1569 dans les Chroniques de  Grafton. Les  experts discutent encore de ce très sérieux sujet aux yeux de nombreux Anglais…
 
Elle est officiellement située à  Kirklees Park, un domaine privé, dont la propriétaire refusa toujours  l’accès aux visiteurs  malgré les efforts de la très sérieuse Société Robin des Bois du Yorkshire. Depuis 2008, année de la mort de la propriétaire, des jours de visite ont été aménagé.
 
Entourée d’un muret on peut voir la tombe de Robin des Bois qui se résume à une grosse pierre, mais pas n’importe laquelle : elle a la réputation de soigner les maux de dents si on lui jette des pièces.  Pour la protéger, on  surmonta le muret  d’une grille. Gravée dans  le muret on peut aussi lire cette épitaphe :
Vestiges du  prieuré cistercien  de Kirklees (12ème siècle). La maison des pensionnaires, où mourut Robin, se trouvait plus loin. Wikipedia
Là où arrivera la flèche, sera la tombe de Robin.
"Here underneath dis laitl stean
Laz robert earl of Huntintun
Ne'er arcir ver as hie sa geud
An pipl kauld im robin heud
Sick utlawz as his as iz men
Vil england nivr si agen"
Obiit 24 Kal. Dekembris 1247
"Sous cette petite pierre
Repose Robert comte d’Huntingdon
Jamais archer ne fut aussi bon qu’il ne fût
Et le peuple le nomma Robin des Bois
De tels hors-la-loi comme lui et ses hommes
L’Angleterre de reverra jamais"
24 calendes de décembre 1247
Bien que difficile à dater avec précision, au regard des incohérences de date et d’écriture, cette épitaphe , est bien plus récente qu’on ne veut bien le dire, ce dont le commerce local se fiche pas mal.
Photo : P. Coates
Photo : John Nigel
Petit Jean
Cimetière de l'église St Michael d'Hathersage (Angleterre)
Le personnage de Petit Jean  est étroitement lié à celui de Robin des Bois. Chef des hors-la-loi de la forêt avant l'arrivée de Robin, c'est lui qui imposa à notre héros le duel au bâton à pour passer la rivière.
 
Petit Jean est un personnage clef de la période calendaire des 12 jours de Noël (de Noël - 25 décembre - à l'épiphanie - 6 janvier), période d'inversion temporelle où les plus jeunes sont les plus sages, les plus pauvres sont les dirigeants, etc. (fête des innocents, fête des enfants, fête des fous, fête des femmes, toutes situées dans cette période)
 
C'est à cette période qu'avait lieu en Irlande la chasse rituelle du roitelet, le plus petit et plus faible des animaux, dont le nom néanmoins fait de lui le roi des animaux (roitelet, littéralement « le petit roi »). Il était alors considéré comme l'oiseau le plus lourd et le plus gros du pays.
Situé à environ 13 kilomètres du village de Loxley, qui revendique l'origine de Robin, le très ancien cimetière de l'église d'Hathergate revendique lui, la tombe de Petit Jean marquée par des pierres.
En 1780, un dénommé James Shuttleworth affirma y avoir exhumé un fémur mesurant 72.39 cm de long ce qui donnerait à Petit Jean une taille de 8.08 pieds, soit 2,46 mètres.  .
Parmi les plus proches et incontournables amis de Robin qui partagèrent ses aventures :
Frère Tuck
Domaine privé de Kirklees, Yorkshire (Angleterre)
Wikipedia
26 décembre 2011
ROBIN DES BOIS
Domaine privé de Kirklees, Yorkshire (Angleterre)
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 28 mai 2020
COPYRIGHT 2010 - 2020 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.