RETOUR THÉÂTRE 
► Danseuse américaine
21 octobre 2012
DUNCAN Isadora (1877 – 14 septembre 1927)
Columbarium du Père-Lachaise, case 6796  (Paris)
Aphrodite et Terpsichore semblaient s’être penchées sur le berceau de la jeune fille.
 
Belle, sculpturale et d’une grâce infinie, elle ressemblait à une de ces statues grecques nées de la main des meilleurs artistes. D’ailleurs, n’est-ce pas, sous l’influence de son frère Raymond Duncan, qu’elle s’inspira de la mythologie helléniste par un retour au modèle des figures antiques grecques et qu’elle révolutionna la pratique de la danse ? Par le culte du corps, elle voulut redonner toute sa place à son harmonie, à sa beauté. Elle fit bien mieux.
Rejetant les règles strictes et les codifications du ballet classique qu’elle trouvait « laid et contre nature », elle privilégia l'improvisation, la spontanéité, le naturel, l'émotion, l’harmonie du corps osant s'exhiber presque nue, dissimulée seulement de quelques voiles tout en accordant une place particulière à la spiritualité dans ses chorégraphies. Que lui importait les mœurs et règles de la moralité traditionnelle et les scandales qu’elle provoqua. Par sa grande liberté d'expression, elle apporta les premières bases de la danse moderne européenne, à l'origine de la danse contemporaine.
Mais il n’y a pas de Panthéon sans dieux avides de prendre leur revanche sur le genre humain. Tapis dans l’ombre d’Isadora, ils attendaient leur heure. Si l’on connait bien les circonstances tragiques de sa mort, on oublie souvent le drame qui la frappa en 1913.
Hors mariage, elle avait eut deux enfants : Deirdre (1906 – 19013), née de sa relation avec le décorateur de théâtre Gordon Craig, et Patrick, (19010 – 1913) avec Paris Singer, l'un des fils Isaac Merritt Singer.
A Paris, de retour d’une excursion avec leur nourrice, les enfants étaient en voiture lorsque celle-ci cala après un écart pour éviter une collision. Sorti pour la redémarrer avec la manivelle, le chauffeur oublia de mettre le frein à main. La voiture traversa le boulevard Bourdon pour finir dans la Seine. Les enfants et la nourrice périrent noyés. Trois jours plus tard, les obsèques des deux enfants, célébrées au cimetière du Père-Lachaise, furent bouleversantes. Paris tout entier pleura avec Isadora.
Isadora et ses enfants
MCP
MCP
ESSENINE Sergueï (1895 – 28 décembre 1925)
Cimetière Vagankovo de Moscou (Fédération de Russie)
Ce poète russe qui marqua le 20ème siècle, fit paraître son premier recueil Radounitsa en 1916.
Durant le premier conflit mondial, plus enclin à la poésie qu'à la guerre, il déserta au printemps de 1917 d'une armée en perdition après le déclenchement de la Révolution et l'abdication du tsar Nicolas II. Et c'est débordant d'enthousiasme qu'il prit parti pour la révolution, participant activement à des meetings, écrivant dans les journaux.
Photo A.Savin
Elle se recroquevilla sur sa douleur. Elle entretint plusieurs relations amoureuses longues ou brèves.
 
Reconnue sur le plan international, faisant de nombreux adeptes à sa philosophie, elle fonda plusieurs écoles de danse aux États-Unis et en Europe, notamment en Russie où la conduisit son idéal révolutionnaire. C’est ainsi qu’en 1922, elle épousa le poète Sergueï Essenine, objet d’une passion destructrice, qui la quitta l’année suivante avant de se suicider en 1925.
 
A peine deux ans plus tard, Isadora trouvait la mort dans des conditions qui frappèrent les esprits. Lors de sa dernière tournée, elle avait pris l’habitude de porter une écharpe rouge qu’elle agitait pour saluer son public et les journalistes. Alors qu’elle roulait au volant d’une décapotable sur les routes escarpées de Nice, son écharpe se prit dans les rayons de la roue de l’automobile et l’étrangla en quelques instants.
Devenue mythique, elle reste une femme de roman qui bouleversa le langage classique de la danse pour inventer une nouvelle grammaire du geste.
 
Isadora Duncan fut crématisée et ses cendres déposées au columbarium du Père-Lachaise. Le regard absorbé par les petits objets et les fleurs déposés par les admirateurs devant sa case ou par les messages écrits qui l’entourent, le visiteur ne regarde pas un peu au-dessus. A côté l’un de l’autre, près de leur mère, reposent les cendres des deux enfants.
Sources principales pour Sergueï Essenine : Wikipedia
(*) commentaire(s)
Installé à Petrograd lors de la Révolution d'Octobre, il écrivit deux longs poèmes : Transfiguration et Inonia où s'exprimait son rêve mystique et révolutionnaire d'une autre Russie. Après avoir fondé avec d’autres auteurs le mouvement imaginiste en 1918, il demanda à adhérer au parti communiste bolchévique, mais il fut refusé pour son manque de discipline et son individualisme.
 
Voyageant dans toute la Russie, il se fit remarquer par ses beuveries générant rixes et scandales. Exclu de l'Union panrusse des poètes en 1920, trois recueils parurent cette année-là : Treridnitsa, Triptyque, Transfiguration ; un quatrième, Confession d'un voyou, en janvier 1921, et son grand poème dramatique, Pougatchev, en décembre.
 
En octobre 1921, il rencontra Isadora Duncan, de dix-huit ans son aînée, invitée par le gouvernement soviétique. Il l'épousa le 2 mai 1922, avant de partir avec elle pour l'Europe et l'Amérique où l'impresario d'Isadora lui avait aménagé une tournée.
 
Victime d’une sérieuse dépression nerveuse, sa santé physique et mentale déclina et il commença à parler de suicide. Lors de son séjour à Paris, sujet à une grave crise due à l’alcool, il fut admis dans un hôpital psychiatrique. Il quitta Isadora en 1923 et s’en retourna à Moscou. La même année, il publia Poèmes d’un faiseur de scandales.
 
Écœuré de tout et très déprimé, souffrant d’hallucinations et miné par l’alcoolisme, il ne put trouver aucun secours dans la religion. Bientôt, il ressentit de plus en plus une incapacité à écrire comme un vrai poète : « Je n’écris plus de poésie, je ne fais que des vers ».
Après un mois d’une cure de désintoxication en 1925, il se remit à boire, partit pour Léningrad où il se pendit dans la chambre d’un hôtel.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 20 octobre 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.