RETOUR LITTERATURE
BEAUMARCHAIS Pierre Augustin Caron de (1732 – 18 mai 1799)
Cimetière du Père-Lachaise, 28ème division (Paris)
► Ecrivain, musicien, homme d’affaires, etc.,  français
La vie du personnage fut si mouvementée et sa personnalité si riche que ni l’une ni l’autre ne se laisse facilement circonscrire.
 
Horloger, professeur de musique, financier, courtisan, politicien, agent d’affaires, spéculateur, négrier, plaideur et juge-mage, démarcheur, agent double, détective, maître-chanteur, patriote, libertin, etc., et presque ministre de l’Intérieur, voilà un cursus dans lequel son imagination fertile va pouvoir puiser.
Beau, prodigieusement doué intellectuellement et manuellement, son ascension sociale le mena à fréquenter Mesdames, filles de Louis XV, à faire fortune et s’acheter un titre de noblesse. Mais certains se souviendront toujours qu’il n’était que le fils d’un horloger et Beaumarchais souffrit toute sa vie de cette « disconvenance sociale ».
Alors que, homme d’affaires, par son négoce il appartenait à cette classe qui participait à la prospérité du pays, il souffrit, là encore, de ne pas être reconnu à sa juste valeur.
En revanche, sa carrière d’écrivain commençait à être prometteuse grâce à un drame joué à la Comédie française : Eugénie (1767).
 
Puis s’enchainèrent les vrais drames de la vie : la mort de sa femme, de deux fils (il aura par la suite d'autres enfants) et du financier dont il était le protégé. Années de procès et de disgrâce avant de regagner les faveurs du pouvoir avec le tout nouveau règne de Louis XVI. Grâce à Beaumarchais la France put venir au secours des Insurgents d’Amérique en livrant des navires de ravitaillement et d’armes quand ils n’étaient pas coulés par les Anglais.
 
En 1775, il livra la première partie d’une trilogie qui allait lui assurer un triomphe et de passer à la
postérité : Le Barbier de Séville ou la Précaution inutile. Le second volet, La folle journée ou le mariage de Figaro, était terminé en 1778. Mais, la critique sociale y étant trop hardie et le roi l’estimant trop dangereuse, la pièce ne fut représentée qu’en 1784 amenant à son auteur un second triomphe.
 
Comme d’autres de ses contemporains, Beaumarchais se fit surprendre par la Révolution à laquelle il se rallia bien que sa richesse peu discrète, le fasse suspecter. Il se défendit et, en 1792, livra, sans trop de succès, le dernier volet de sa trilogie, L'Autre Tartuffe ou la Mère coupable dont la reprise, en 1797 fut en revanche magnifique.  
 
Toujours soucieux d’aider son pays, il s’efforça de fournir les armes qui manquaient à la jeune République en les achetant en Hollande. Moins chanceux qu’autrefois, il se trouva pris dans un véritable imbroglio politico-financier  qui le mena presque à la ruine et le rendit de nouveau suspect. Emprisonné à l’Abbaye en 1792, il échappa de peu aux massacres de Septembre, réussit à s’enfuir, revint pour se disculper, requitta la France pour se réfugier en Allemagne où il connut la misère et un exil pénible.
 
A son retour en 1795, c’était un homme oublié, âgé et atteint de surdité. Il passa les quatre années qui lui restaient à vivre à écrire et à refaire un peu de sa fortune.
On lui doit aussi de savoureuses Mémoires dans lesquelles il décrit ses nombreuses démêlées judiciaires.
 
Souvent confondu avec Figaro, son personnage le plus populaire, comme lui il était vaniteux, aimait l’argent et l’intrigue. Mais il fut aussi un homme généreux, un ami sûr, un frère et un père dévoués et aimant, même si libertin. Il défendit les femmes, dont la condition lui semblait humiliante. Il dénonça ses fameuses « disconvenances sociales » dont il s’estima victime. C’est sans doute la conscience de toutes ces injustices qui donna un sens à sa vie et l’unité de son œuvre. Il reste encore beaucoup à découvrir sur cette figure emblématique du siècle des Lumières.
 
Beaumarchais mourut paisiblement d’une attaque d’apoplexie dans son sommeil.
Avide de jouir de l’aisance, en 1787, il s’était fait construire une somptueuse folie sur un boulevard arboré qu’on appelait « le Cours ». Depuis 1831, cet ancien boulevard-promenade porte le nom de son célèbre résident.
En présence de son fidèle Godin de La Brenellerie et du dramaturge Collin d’Harville, Beaumarchais fut inhumé dans les jardins de sa propriété qui, de nos jours,  se situerait du 2 au 20 bd Beaumarchais.
La future propriété de Beaumarchais. Plan Turgot
De nos jours, la propriété serait là. Google Earth
La folie...
et ses jardins où Beaumarchais fut inhumé.
Google Earth
En 1818, la Ville racheta l’ensemble à ses héritiers. Ses restes furent transférés au Père-Lachaise en 1822 avant que ne soit détruit, en 1826, le témoin de son passé fortuné.
Depuis, plusieurs générations reposent dans cette tombe familiale.
 
Compte tenu de ses différentes activités « commerciales » avec l’Angleterre et les Etats-Unis, son héritage fut d’une telle complexité à régler qu’on en reparlait encore en…1920 !
MCP
MCP
(*) commentaire(s)
Retour liste personnalités liées à Louis XVI
27 décembre 2012
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 17 avril 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.