RETOUR LITTÉRATURE
PROUST Marcel (1871 -18 novembre 1922)
Cimetière du Père-Lachaise, 85ème division (Paris)
► Ecrivain français
Marcel Proust sur son lit de mort par Dunoyer de Segonzac
Marcel Proust sur son lit de mort photographié par Man Ray  
Le 21 novembre, après des funérailles en l’église Saint-Pierre-de-Chaillot, le Tout-Paris, le monde des romanciers et le monde tout court mena la dépouille de celui qu’on qualifierait de génie jusqu’au cimetière du Père-Lachaise où reposaient ses parents. Peu de discours, beaucoup de fleurs. Sur le cercueil ses livres préférés.
Plus tard, se serait tenu une autre cérémonie plus intime avec Céleste Albaret, sa gouvernante dévouée, et son mari.
 

Reposent dans la même tombe :
 
► PROUST Jeanne, sa mère (1849 – 1905)
Née dans une famille juive de la haute bourgeoisie parisienne, Marcel établit avec sa mère une relation unique et exigeante, chacun vivant l’un pour l’autre, elle obsédée par la santé de son fils. Veuve, Marcel vécut avec elle jusqu’à sa mort.
PROUST Adrien, son père (1834 – 1903)
Médecin et hygiéniste, inspecteur général des services sanitaires internationaux de 1874 à 1903, année de sa mort, il a défendu et propagé durant trente ans, les multiples aspects de l'hygiène, une nouveauté à l'époque. Bien que comprenant mal l'hypersensibilité de Marcel, il fut néanmoins un père respectueux et discret, à défaut d'être tendre. Sa figure imposante, autoritaire, et ses absences, dues à ses liaisons extraconjugales autant qu'à son intense activité professionnelle, semblent avoir joué un rôle important dans la formation psychologique du romancier.
Personnalité importante de son temps, ses obsèques furent presque nationales.
► PROUST Robert (1873 – 1935)
Emboîtant la carrière médicale à la suite de son père, Robert fut un brillant chirurgien. Assistant du professeur Samuel Pozzi à l'hôpital Broca, où il y réussit la première opération à cœur ouvert en 1910.
A la mort de son frère aîné, il prit en charge la publication des volumes de La Recherche qui n'étaient pas encore parus et dont il établira le texte, avec l'aide de Jacques Rivière et de Jean Paulhan, à partir des dactylographies et des cahiers laissés par Marcel.
© MCP
© MCP
© MCP
© MCP
(*) commentaire(s)
12 juillet 2014
Né débile au point qu’on ne le pensait pas viable, entouré de soins attentifs, Marcel n’en donna pas moins les signes d’une sensibilité et d’une intelligence précoces tout en conservant une santé délicate.
Passionnément exclusif envers sa mère, Jeanne, il appartenait à une famille aisée et cultivée, cette « famille magnifique et lamentable des nerveux » dont il dira qu’elle est le sel de la terre.
 
Après avoir songé à une carrière diplomatique, il décida de se consacrer entièrement aux lettres. Comptant parmi les fondateurs de la revue Le Banquet (1892),  il collabora plus tard à La Revue blanche.  
Malgré le plaisir qu’il avait à fréquenter les salons grands-bourgeois et aristocratiques de son époque, où il retrouvait de grands noms de la littérature et des arts, et les succès qui le couronnaient, Marcel n’était pas satisfait. Il lui fallait une inépuisable félicité que seuls l’art et le travail pouvaient procurer à ses yeux.
 
La critique et le public ignorèrent son premier ouvrage, Les Plaisirs et les Jours (1896). De 1895 à 1905 environ, il s’attela à un grand ouvrage qui devait retracer l’histoire de son itinéraire spirituel qu’il n’acheva pas, insatisfait.
Il fallut attendre 1913 pour que soit publié Du côté de chez Swann premier volet de son premier chef-d’œuvre, A la recherche du temps perdu, commencé en 1907. À l'ombre des jeunes filles en fleurs (La Fugitive) (1919) qui obtint le prix Goncourt, Le Côté de Guermantes (1921/1922), Sodome et Gomorrhe (1921/1922), La Prisonnière (1923), Albertine disparue (1925) et Le Temps retrouvé (1927) viendront compléter cette œuvre magistrale dont les trois derniers tomes furent publiés à titre posthume. Une véritable comédie humaine à dimension psychologique et introspective mais qui analyse aussi, d'une manière souvent impitoyable, la société de son temps.
 
La mort de sa mère en 1905, l’avait plongé dans la solitude, l’affranchissement de tout lien familial et le détachement absolu. Seul le souci de son œuvre le soutint après la perte de « son seul but, sa seule douceur, son seul amour, sa seule consolation ». La vie, ses souffrances, ses amertumes, ses désillusions, puis l’expérience de la guerre –dont il fut, quoique éloigné du front par la maladie, si profondément bouleversé -, devaient donner à son travail une richesse, une intonation et des résonnances neuves. S’il est vrai qu’une grande vie est une pensée de jeunesse accomplie dans l’âge mûr, nulle existence n’aura plus que celle de Proust mérité cette épithète.
 
Victime d’un refroidissement en septembre 1922, il se fût sans doute rétabli s’il ne s’était surmené  à la correction d’Albertine disparue. En dépit d’une fièvre épuisante, refusant de suivre les prescriptions de son médecin, il ne s’accorda aucun répit, souffrant de suffocation à cause de son asthme chronique hérité de son enfance. Conscient de sa mort prochaine et obsédé par la volonté de finir, il en avait des hallucinations comme cette « grosse femme noire » qu’il voyait rôder, la Mort.
Dunoyer de Segonzac, qui le vit sur son lit de mort,  le peignit comme un sombre Christ espagnol.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 11 septembre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.