RETOUR SCIENCES
Intelligent et ambitieux, il fréquenta les cercles scientifiques, se lia d'amitié avec Voltaire et se fit introduire dans plusieurs salons prestigieux. Remarqué par son mémoire sur le calcul de probabilités, il fut élu à l'Académie des sciences (1734). Après six ans d’étude de la botanique, de recherches en sylviculture, de travaux de mathématiques et de physique, etc., avant de se découvrir un intérêt pour la chimie et la biologie.
 
En 1739, mourait Du Fay, premier intendant du Jardin du roi. Pour Buffon c’était la chance de sa vie ! Faisant valoir ses mérites, il obtint la succession de Du Fay au Jardin du roi. Toute sa vie, il ne cessa d’élargir et d’améliorer cet ensemble scientifique unique au monde qu’avait réalisé son prédécesseur. N’abandonnant pas pour autant les sciences exactes, outre diverses traductions, dont les Théorie des fluxions de Newton, et la rédaction de plusieurs mémoires, il continua des expériences dans différents domaines, telle la mise au point de la « lentille à échelons » utilisée dans les phares (1748), etc.
 
Mais au-delà de tous ces travaux, le grand œuvre de Buffon est son Histoire naturelle générale et particulière, en 44 volumes dont le premier fut publié en 1749 et le dernier en 1804, bien après sa mort. S’inscrivant dans le mouvement encyclopédiste des Lumières, -il collabora aussi à LEncyclopédie- ce monument était sans précédent et resta unique en matière de vulgarisation scientifique.
Magnifiquement illustré, pluridisciplinaire, des personnalités comme Daubenton, Lacepède, António Nunes Ribeiro Sanches, etc., participèrent de façon plus ou moins importante à cet ouvrage dont le succès fut de suite immense. Pourtant les critiques ne manquèrent pas. Il est vrai que la rédaction définitive étant entièrement de la main du maître, et si le style en était admirable on lui reprochait d'être d'une veine plus poétique que scientifique. Bref, de la science personnalisée à la sauce Buffon,  dont il s’expliqua lors de son  discours de réception à l'Académie française (1753).
 
Installé une bonne partie de l’année dans la propriété familiale de Montbard, dont il était seigneur, entre travail et délassement, il s’adonnait à des expérimentations zoologiques,  fit construire une grande forge, véritable ensemble sidérurgique modèle, toujours visible.
 
S’il est parfois ambigu de qualifier  Buffon de savant, il  fut un vulgarisateur hors pair faisant connaître et aimer la science et, à sa façon,  ouvrit la voie  à la révolution scientifique, ce qui  ne peut que s’inscrire à sa gloire.
 
Mort à Paris dans la maison qu'il habitait au Jardin du roi, après  de somptueuses funérailles en l'église Saint-Médard,  Buffon fut ramené à Montbard pour être inhumé dans la tombe familiale en la chapelle  seigneuriale  attenante  l’église Sainte-Urse.
 
En 1794, la crypte des Buffon fut profanée. Cependant, une fois les cercueils en plomb récupérés, les profanateurs laissèrent en place, sans ouvrir la bière en bois du naturaliste.  
 
En 1927, des fouilles dans la crypte, organisées par la Société archéologique,  révélèrent un amas d’ossements mélangés car tombés des cercueils en bois qui avaient pourri. Parmi les débris, on dégagea, entre autres, un crâne en deux parties parfaitement conservées et correspondant exactement à la découpe chirurgicale des autopsies. Nul doute qu’il s’agissait du crâne de Buffon. Puis, l’ensemble des ossements furent placés dans un nouveau cercueil avant  de sceller le caveau.  
 
Lors de l’autopsie, le fils de Buffon remit le cerveau de son père à M. Faujas de Saint-Fonds, meilleur ami du défunt à la fin de sa vie, précieuse relique que conserva pieusement la famille jusqu’à ce qu’elle soit déposée, le 18 octobre  1870, dans le piédestal  de la statue en marbre de Pajou,  commandée, en 1776, par Louis XVI en l’honneur de Buffon qui est  représenté debout.
 
Quant à son cœur, qui avait été confié à Suzanne Necker, il finit par disparaître.
Chapelle des Buffon, à droite  © Pline
Statue de Pajou dans laquelle se trouve le cerveau de Buffon. www.notre-planete.inf
Source fouilles 1927 : Bulletins & mémoires de la Société d’anthropologie de Paris -VII° Série. Tome 9 fascicules 1-3, 1928.
(*) commentaire(s)
4 novembre 2015
Le bâtiment où mourut Buffon © MCP
© MCP
Eveillé au goût des mathématiques et de la physique, mais conscient qu’il ne possédait pas les qualités nécessaires pour devenir un grand mathématicien, il se tourna vers les sciences naturelles.
 
Alors qu’il était s'inscrit à la faculté de médecine, où l'on enseignait aussi la botanique et la zoologie, il tua en duel un jeune Anglais, et dut fuir à Dijon où l'affaire ne s'était pas ébruitée. Après huit mois de voyage et de découverte de la nature en compagnie d’un jeune aristocrate anglais et de son gouverneur, passionné de botanique, Buffon s’installa à Paris en 1732.
► Naturaliste, mathématicien, biologiste, etc., et  écrivain français
BUFFON Georges Louis Leclerc, comte de (1707- 16 avril 1788)
Eglise Sainte-Urse de Montbard (Côte-d’Or)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 16 mai 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.