RETOUR BOULEVARD DU CRIME
LAVAL Angèle (1886 - 16 novembre 1967)
Cimetière du Puy-Saint-Clair à Tulle  (Corrèze)
1917. Angèle, célibataire de trente-et-un ans, vivait seule avec sa mère. Etiquetée « vieille fille », elle désespérait de se marier pour changer ce statut social peu enviable, voire honteux, à l’époque, surtout dans une petite ville de province comme Tulle dont l’horizon, pour Angèle, se limitait aux bonnes œuvres de sa paroisse.
L’amour, ce n’était pas faute d’en rêver avec le secret espoir d’épouser Jean-Baptiste Moury, son supérieur au service comptabilité de la préfecture de Tulle, qui lui en préféra une autre, laissant une Angèle éconduite, dépitée, victime de son physique ingrat, de son insignifiance.
Merci à Eric Remond pour cette photo
Merci à Eric Remond pour cette photo
Merci à Eric Remond pour cette photo
Sources principales :
Tous mes remerciements à Eric Remond, en charge du cimetière, pour sa gentillesse,  sa disponibilité et le partage de sa connaissance du lieu.  
 
-http://www.lepopulaire.fr/tulle/faits-divers/2012/10/21/le-corbeau-de-tulle-une-affaire-criminelle-encore-inscrite-dans-la-memoire_1303715.html
-https://blogavocat.fr/space/sylvie.lore/content/la-vraie-histoire-du-corbeau_93ffebeb-6213-41c2-94ec-58081d4365d5
-http://www.greffiernoir.com/angele-laval-ou-l-invention-de-l-expression-corbeau
(*) commentaire(s)
17 février 2017
Au fil du temps, le personnel de la préfecture et le quartier du Trech, où elle habitait, se virent inonder de courriers anonymes révélant les coucheries, les rivalités, les mesquineries, les rancunes et les rancœurs tullistes. L’auteur de ces brûlots détruisait les réputations, brocardait les petits chefs et salissait les ménages en apparence immaculés. Bientôt, ces lettres composées en lettres bâtons, d’une écriture qui comblait les vides dans tous les sens de la feuille, ne se contentèrent plus d’apparaître dans les boîtes, elles se mirent à orner l’entrée des immeubles, la cave d’un restaurant, le tronc de la cathédrale, etc.
 
Le caractère pornographique le disputait aux injures fleuries. On imagine aisément l’angoisse et la panique qui régnaient. Dans les rues, les honnêtes gens ne croisaient plus que « La salope », « Le Cornard », « La trouée », « Le Sardanapale qui battait sa femme et sa fille à coup de cravache », « la vieille croque » et « l’embusqué. » Il faut dire que depuis la grande guerre, les déserteurs, les planqués et les cocus étaient partout. Et le Corbeau disait tout, du faux, mais aussi du vrai…
 
Comme d’autres, Louise Laval, la mère d’Angèle, ne fut pas épargnée par le dénonciateur-calomniateur  qui se dota, en 1921, du surnom d’« Œil de Tigre ». Il alla jusqu'à afficher sur la porte du théâtre de Tulle une liste de quatorze noms avec, en regard, les noms de leurs maîtresses et amants ! Mais porter plainte n'était pas évident. Mieux valait privilégier la discrétion, éviter des vagues supplémantaires.  
 
Et puis, il y eut la première victime de cet  oiseau de malheur, un greffier préfectoral qui préféra le suicide au scandale après une dénonciation.  Avec un mort, la machine judiciaire pouvait se mettre en marche. L’instruction fut confiée à un premier juge dont les résultats navrants le firent  remplacer par un second,  le  juge Malrieu, qui se révéla plus professionnel.
Il missionna un graphologue dont les conclusions furent confirmées par un curé de Tulle qui avait vu  une de ces lettres ordurières posée, inachevée, sur le bureau personnel de l'une de ses paroissiennes,  Angèle Laval.
 
Convoquée à la police, elle nia tout malgré les preuves. Par la suite, elle donna des explications: une vie terne  dont l'unique espoir d’en sortir s’était brisé net  avec le mariage Jean-Baptiste Moury, et son désir de se venger de tous.
Laissée en liberté, elle se réfugia chez sa mère, laquelle, affolée à l'idée de l'humiliation qui allait s'abattre sur elle et sa fille, exigea de cette dernière qu’elle se suicidât. Toutes deux allèrent se jeter dans un étang.  Seconde victime de l’affaire, Louise mourut noyée. Mais Angèle, sauvée par  des pêcheurs, survécut et affronta seule son procès qui démarra en 1922.
 
Pendant les audiences, elle était vêtue de noir, noir comme un… corbeau. C’est ainsi que les journalistes, venus en masse  couvrir  cette affaire devenue nationale,  la baptisèrent,  et que le nom resta pour la postérité.
 
Condamnée  à un mois de prison avec sursis et à 200 francs d'amende, ce verdict indulgent tenait compte de l’instabilité et du désespoir de la coupable, déesse vengeresse de pacotille,  qui n’avait jamais envisagé les conséquences dramatiques de ces actes.
 
Angèle Laval passa quelque temps en hôpital psychiatrique avant de terminer sa vie recluse  dans sa maison de Tulle.  
A sa mort, elle fut inhumée dans la tombe familiale  du cimetière du Puy-Saint-Clair, qui surplombe le quartier dont elle empoisonna l’existence,  dominé par la vieille église des Templiers.  
 
Cette affaire de folie sur fond de dépit amoureux, de frustration et de misère humaine en inspira plus d'un. Parmi eux, Jean Cocteau avec sa pièce de théâtre La machine à écrire (1941), ou Henri-Georges Clouzot avec son film Le Corbeau (1943).
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 10 juin 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.