RETOUR BOULEVARD DU CRIME
GRANDIER Urbain (v.1590 – 18 août 1634)
Cendres dispersées aux quatre vents à Loudun (Vienne)
19 février 2017
Coupable d'avoir cherché avec trop d'arrogance l'élévation que lui promettaient ses talents, d'avoir trop aimé les femmes de ses paroissiens, et surtout d’avoir provoqué l’hostilité de Richelieu, Urbain Grandier rentra dramatiquement dans l’histoire avec la célèbre affaire des possédées de Loudun.
 
Parachuté, après son noviciat, curé de l’Église Saint-Pierre-du-Marché et chanoine de l’Église Sainte-Croix de Loudun, l’arrivée de cet étranger à la région suscita de suite des jalousies que son comportement allait exacerber.
Peu diplomate, hautain, mais très cultivé et d’une éloquence remarquable, ses sermons, marqués par sa liberté de penser et de ton, déplaçaient les foules mais faisaient aussi de nombreux mécontents lorsqu’il attaquait les privilèges des Carmes de la ville. Sa franchise ne plaisait pas.
D’une beauté certaine et gracieux dans ses manières, il faisait se pâmer les dames et avait séduit au point d’engrosser une jeune fille et de parler mariage à une autre. Son libertinage éhonté ne plaisait pas davantage.
 
Cette conduite suspecte pour un ecclésiastique lui valut une condamnation au jeûne tous les vendredis pendant trois mois et à une interdiction de cinq ans dans le diocèse et pour toujours à Loudun. C’était mal connaître Grandier qui, après avoir gagné en appel de cette décision, revint à Loudun, plus fier que jamais, une branche de laurier à la main (1631).
 
Peu après, il déclina le poste de confesseur de la communauté des Ursulines que lui proposait la mère supérieure qui porta alors son choix sur le chanoine Mignon, ennemi juré de Grandier et qui réprouvait sa haut et fort conduite.  Pendant dix ans, le père Mignon et des notables de Loudun menèrent une cabale contre le prêtre, enchaînant les procédures judiciaires pour « mauvaise vie, impiété ».
 
L’arrogance et le libertinage qu’on lui reprochait étaient certes peu conformes à son sacerdoce, mais pas de quoi être mené au bûcher. Mais, un  brin provocateur et peut-être trop sûr de lui,  sa franchise au bout de la plume, il s’était officiellement  opposé au célibat des prêtres, ce dont on se souviendra par la suite. De même, il s’opposa ouvertement à la volonté de Richelieu de détruire le château-fort de Loudun, petite « capitale » protestante où catholiques et huguenots cohabitaient avec des fortes tensions depuis des années. Enfin, dans le même temps, on l’accusait d’être l’auteur d’une satire, La Cordonnière de la Reine Mère, mettant à mal le cardinal.
Arrêté fin novembre 1633, les preuves de ses « crimes » apparaissant bien minces, on fut contraint de le libérer. Il fallait trouver autre chose. Et l’on trouva sans peine. Fort à propos, on se rappela les accusations de sorcellerie à son encontre dont il avait été acquitté par un tribunal ecclésiastique. La célèbre affaire des possédées de Loudun allait rentrer dans l’histoire.
 
En 1632, après que Loudun eut été victime d’une épidémie de peste, une véritable hystérie collective avait saisi les religieuses du couvent des Ursulines. La supérieure, Jeanne des Anges, qu’on suppose être tombée follement amoureuse de Grandier en  l’apercevant de loin et d’avoir fantasmé sur la réputation sulfureuse du personnage, s’était mise  à souffrir de convulsions, d'hallucinations, de catalepsie.  Elle développa une grossesse nerveuse…Rapidement, d'autres sœurs se plaignirent des mêmes maux, et se dirent importunées par des spectres. La nuit, elles erraient dans le couvent, grimpant même sur les toits. En quinze jours, plus d'une vingtaine d'ursulines présentaient les mêmes « symptômes ». Non seulement, aucun des nombreux ne mit un terme à cette érotomanie en série, mais les exorcistes eux-mêmes, et des jeunes filles séculières,  se virent contaminés ! A cette folie contagieuse sur fond d’obsessions érotiques qui ne pouvait que relever  du diable, il fallait un coupable. Grandier avait le profil idéal pour être accusé de sorcellerie par les nonnes.
 
De de nouveau arrêté, mais dans l’impossibilité de faire appel au Parlement de Paris, torturé, bien que les religieuses n’aient pas réitéré leurs accusations, les preuves fabriquées contre lui -comme des pactes signés avec plusieurs démons- et divers témoignages, pendant sept mois Grandier fit face à son procès dont l’issue était écrite depuis longtemps.
 
Le 18 août 1634 au matin, il tenta encore vainement de se défendre. Mais déclaré « atteint des crimes de magie, maléfice et possession arrivée par son fait […] », il fut condamné au bûcher le jour même.
Porté jusqu’à la place de son supplice, livide, sommé d’embrasser un crucifix rougi au fer dont, évidemment, il s’éloigna, on ne lui adoucit pas son sort en l’étranglant préalablement. Couché sur le bûcher, sa robe enduite de souffre, Urbain Grandier disparut dans les flammes malgré la pluie qui tombait et le peuple qui tentait de la sauver. Pas de tombe pour le sorcier dont la mort n'eut aucun effet sur les symptômes des possédées. Ses cendres furent dispersées aux quatre vents.  
Les démons de Jeanne des Anges -Jeanne de Belcier (1602-1655)- furent expulsés un à un jusqu'à sa guérison, en 1638, qui entraîna celle des autres nonnes. La possédée, devenue miraculée, fit alors une tournée dans le royaume de France…
Ses écrits autobiographiques, et une abondante littérature consacrée à sa personnalité, permirent de conclure qu'elle souffrait de névroses, et de faire de son histoire clinique un cas d'école de « Grande Hystérie ».
 
Trois siècles plus tard, avec la non moins célèbre affaire Marie Besnard, Loudun devait de nouveau céder aux sirènes de la rumeur.  
 



Sources principales :
-Le Monde/Sciences : Erotomanie en série chez les ursulines : article de Sandrine Cabut du 29 juillet 2014
-L’Affaire des possédées de Loudun d’après Histoire de la magie en France depuis le commencement de la monarchie jusqu’à nos jours de Jules Garinet (1818)
(*) commentaire(s)
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 10 juin 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.