RETOUR ANGLETERRE - IRLANDE - ECOSSE
VICTORIA Ière d’Angleterre (1819 – 22 janvier 1901)
Mausolée royal de Frogmore dans le parc du château de Windsor (Berkshire) (Angleterre)
Dynastie des  Hanovre
Fille d’Edouard, duc de Kent, 4ème fils de George III, orpheline très jeune de son père, sa mère, une princesse allemande, était tenue en piètre estime. Alors que rien ne la destinait à régner, deux rois, George IV et Guillaume IV, morts sans postérité en firent l’héritière présomptive du trône dès 1837. Après une difficile succession, elle fut couronnée en 1838.
Elle n’avait que dix-huit ans, mais était prête à s’affirmer et à gouverner seule aidée de Premiers ministres avec lesquels elle entretint des relations plus ou moins bonnes en fonction des choix de leur politique au cours de son long règne.
Deux après son accession au trône, elle épousa son cousin, le « bel Albert » de Saxe-Cobourg-Gotha dont elle était éperdument amoureuse. Union heureuse qui vit la naissance de neuf enfants et se fixer la personnalité de la reine : en freinant difficilement son tempérament autoritaire elle s’efforça d’être neutre entre les partis, et eut la conscience aigüe de sa fonction. Son goût de la simplicité, son austérité et la dignité de sa vie permirent aux classes moyennes de reconnaître en elle leurs idéaux. Veuve inconsolable à la disparition brutale d’Albert (1861), due à la typhoïde, elle se réfugia dans une semi-réclusion morbide dont la sortit son Premier ministre Disraeli, en la faisant impératrice des Indes (1876).
 
Pendant ce temps, l’Angleterre et l’Empire britannique affichaient une insolente réussite industrielle, une prospérité sans précédent qualifiée de « prospérité victorienne » dont les principaux bénéficiaires furent les représentants de la bourgeoisie d’affaires. Le pays pouvait se vanter d’une démographie galopante, et Londres, « Babylone moderne » alors sans rivale, fascinait par son extraordinaire développement.
Mais cet âge d'or de la révolution industrielle et du bouleversement de la société avait un revers de médaille : face à la bourgeoisie conquérante, le prolétariat avec son cortège de misère et de souffrance formé par la précarité, le chômage et les déclassés du monde moderne. La contestation sociale et la lutte pour les droits de la femme marquèrent profondément cette Angleterre socialement divisée dont il ne restait aux défavorisés que la révolte ou l’espoir démocratique.
Elle accepta le pouvoir grandissant de la chambre des Communes et l'élargissement de l'électorat en 1867 et 1884
Quant au fameux puritanisme outrancier dans sa rigidité, qui fit la réputation de la morale victorienne, il faut davantage le chercher dans la bourgeoisie, qui liait progrès et vertu en dénonçant les vices et en exaltant l’effort et le lien familial, que dans la volonté de Victoria bien qu'elle-même protestante et puritaine.
 
Le goût de gouverner revenu, forte d’un pouvoir sans pareil et soucieuse de faire jouer à son pays  un rôle de premier sur la scène internationale, elle s’immisça dans le jeu diplomatique en tentant de préserver les équilibres sans toutefois perdre de vue les intérêts britanniques.  
 
Courageuse, sentimentale -ce qui pouvait la rendre influençable-, sensible aux gloires nationales, elle sut s’identifier à son peuple et à son époque. Jamais la monarchie ne fut aussi populaire. Nonobstant les difficultés, on lui était gré d’avoir maintenu le prestige de la Couronne, d’avoir été une épouse modèle même si son long veuvage se dissipa dans une relation affectueuse avec un serviteur écossais, John Brown…On ne lui tenait pas rigueur des inconduites notoires de son fils « Berthie » prince de Galles, et de son petit-fils, Albert-Victor, que la rumeur soupçonna un temps d’être Jack l’Eventreur.
Au faîte de sa gloire, respectée de tous, dans les dernières années de son règne, et sans rien abdiquer de son autorité, la « Grand-mère » de l’Europe contemplait un monde de plus en plus déchiré.
 
Quant elle mourut  à Osborne, sur l’île de Wight, s’achevait le plus long règne de la monarchie anglaise jusqu’à ce jour : presque soixante-quatre ans. Avec elle, tout un monde disparaissait.
Un deuil sincère et profond frappa le royaume. Mais au palais, c’était la catastrophe : sa longévité faisait qu’on ne savait plus comment organiser des funérailles royales !  On se référa alors à ses dernières volontés. Du fait de son statut de chef de l'armée et de fille de soldat, elle avait demandé des funérailles militaires, ce qui impliquait la mise en place du cercueil sur une prolonge d’artillerie. Elle, qui depuis des décennies, portait du noir, souhaitait être vêtue d’une robe blanche et de son voile de mariée. Dans le cercueil, on plaça des souvenirs rappelant sa famille élargie, ses amis et ses domestiques. Un des peignoirs d'Albert fut posé à son côté avec un moulage en plâtre de sa main ; une mèche de cheveux et une photo de John Brown furent mises dans sa main gauche qu’on dissimula à la famille par un bouquet de fleurs.
 
Après dix  jours  d’exposition publique dans une chapelle ardente à Osborne House, son cercueil, drapé de blanc et or, acheminé par bateau puis par train spécial, arriva à Londres le 1er février. Dans un silence respectueux, le convoi funéraire traversa la ville, parée de pourpre et de blanc comme elle  l’avait souhaité,  pour rejoindre la gare de Paddington et, par rail, Windsor où une nouvelle exposition eut lieu dans la chapelle de l’Albert Memorial.
Catafalque gardé par les grenadiers de la Garde
Enfin, le 4 février, après un bref service religieux, un ultime cortège, que suivaient en tête le roi Edouard VII et l’empereur Guillaume II, la mena à sa dernière demeure. Elle fut inhumée près d’Albert dans le mausolée royal de Frogmore qu’elle avait fait ériger pour son cher amour dans le grand parc de Windsor.
Les gisants du tombeau sont l’œuvre du Baron Carlo Marochetti (1805-1867). Commandés en même temps, ils furent heureusement terminés  avant la mort du sculpteur.  
L’ultime cortège http://www.thamesweb.co.uk/windsor/frogmore/frogmore.html
https://www.standard.co.uk/news/royal-mausoleum-faces-10-year-closure-6428917.html
Mausolée royal de Frogmore http://www.royal-windsor.com/frogmore.htm
© Jacqueline Banerjee
Find a Grave /Scott Michaels
Sources principales :
-Chronique de l’Angleterre –Ed. Chronique (1995)
-Ils ont fait l’histoire –Tome 8 –Ed. Larousse (2001)
-http://www.thamesweb.co.uk/windsor/frogmore/frogmore.html
(*) commentaire(s)
13 octobre 2017
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 20 octobre 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.