RETOUR  SECONDE GUERRE MONDIALE
STOCK Franz (1904 – 24 février 1948)
Eglise Saint-Jean-Baptiste de Rechèvres à Chartres (Eure-et-Loir)
Sans doute à cause circonstances volontairement discrètes qui entourèrent son entrée dans l’histoire, son nom est loin d'être connu de tout le grand public. Et pourtant.
 
Prêtre allemand,  un évènement bouleversa sa vie et en faire un prêtre franco-allemand. Attaché autant à réconcilier l’Eglise avec le monde moderne qu’à la paix entre la France et l’Allemagne, en 1926 il participa au sixième « Congrès démocratique international pour  la paix » qui se tenait en France  qu’il découvrit à l'occasion avant d’en apprendre la langue, d’y étudier, et de se familiariser avec le pays.
Non seulement porté par une très haute idée du sacerdoce et de sa mission, il était aussi un intellectuel et un artiste. Rentré en Allemagne, il fut appelé en France (1934) pour diriger la « Mission allemande de Paris ». Acteur à contre-courant et minoritaire d’une réconciliation franco-allemande, malgré les difficultés, il exerça son ministère qu’il dut quitter à la déclaration de guerre en 1939 avant de le reprendre dès la signature de l’armistice. Mais cette fois Paris était occupée par l’armée et la police allemandes.
 
Très vite, derrière des apparences de normalités et en évitant de se rendre suspect, il orienta son ministère vers la visite et le soutien aux français détenus dans diverses prisons parisiennes. Puis, un certificat de bonne conduite politique en poche, il devint « aumônier militaire à titre accessoire ». Réussissant, grâce à de puissants soutiens, à échapper à la surveillance de la Gestapo et des SS, il fut celui qui, indifférent à la nationalité, à la religion ou à la culpabilité, apporta l’ultime soutien aux condamnés à mort, les accompagna à leur exécution, et à leur mise en terre. Il fut celui qui, au péril de sa vie, porta des objets, les dernières lettres, des médailles, etc., aux familles des victimes, leur indiquant le lieu de sépulture en tentant de leur apporter un peu de consolation.
L'abbé Stock accompagnant un groupe de résistants lors de son exécution au Mont-Valérien © ECPAD, don de l'association Franz Stock
Entre le 29 janvier 1942 et le 9 août 1944, il accompagna ainsi 736 personnes, accompagnements qu’il consigna dans son fameux Journal des Fusillés (composante de son Journal de guerre), dont la lecture est aussi déroutante qu’éprouvante : déroutante par sa sécheresse, son style télégraphique et sa précision comptable ; éprouvante par son énumération souvent purement factuelle agrémentée parfois de quelques annotations sur ses sentiments.
Témoin aussi exceptionnel qu’unique de cette période dramatique, ce journal, publié en français en 2017, a apporté des informations cruciales sur des noms, des dates, des lieux de sépultures, etc.
 
A la Libération, il resta à Paris pour se mettre au service des soldats allemands intransportables et regroupés à l’hôpital de la Pitié.
Alors que fait prisonnier par les Américains, dans le but de contribuer à un renouveau spirituel de l’Allemagne et à sa dénazification, les autorités françaises envisagèrent, en 1945, la fondation d’un séminaire pour les étudiants en théologie allemands prisonniers de guerre.  Sur les conseils du nonce apostolique, Mgr Roncalli, futur pape Jean XXIII, elles confièrent à l’abbé Stock la tâche d’organiser et de diriger ce séminaire derrière les barbelés, installé à l’origine à Orléans, puis transféré au Coudray, près de Chartres. Jusqu’à sa fermeture en 1947, il fut l’organisateur et le recteur du  séminaire des Barbelés, l’un des plus importants d’Europe en nombre d’étudiants.
Le séminaire des barbelés au Coudray
La chapelle du séminaire décorée d'une fresque peinte par l'abbé
© Les amis de Franz Stock
Sa tombe d'origine au cimetière parisien de Thiais. https://franz-stock.org/index.php/de/franz-stock/ueber-franz-stock/reden-aufsaetze/607-franz-stock-tod-begraebnis-und-umbettung
En 1951, le père René Closset se promenait en vélo quand il aperçut une chapelle-baraquement en bois, surmontée d’un clocheton et d’une croix, sur le terrain militaire de l’ancien camp de prisonniers au Coudray. C’est ainsi qu’il découvrit l’histoire exceptionnelle du séminaire des Barbelés et de son directeur, Franz Stock. Trois ans auparavant, alors que tous les baraquements du camp avaient déjà été démolis, le commandant de la garnison de Chartres avait respectueusement épargné la chapelle, qu’il céda de bonne volonté au père Closset.
Aubaine pour le curé dont la paroisse du quartier de Rechèvres à Chartres, récemment créée, avait besoin d’une église. Aidé de plusieurs paroissiens, il démonta la chapelle en bois qui fut transportée à Rechèvres pièce par pièce, d’abord en bicyclette, puis en un vélomoteur, et enfin en voiture. Mais l’église, consacrée le 1er avril 1951, s’avéra bientôt trop petite.
Dix ans plus tard (1961) était inaugurée et consacrée l’église Saint-Jean-Baptiste. Alors germa l’idée que cet édifice moderne était la sépulture que méritait Franz Stock, « l’âme » du séminaire. Le bâtiment qui protège l’ancienne chapelle du séminaire est inscrit au titre de monument historique depuis 1995.
L’ancienne chapelle du séminaire des Barbelés abritée, rénovée et inscrite au titre de monument historique © LG
Eglise St-Jean-Baptiste de Rechèvres où il repose depuis 1963 © Stéphane Mahot
En juin 1963, à l’occasion d’une grande et belle cérémonie, durant laquelle tous les honneurs lui furent rendus, et en présence d’une foule nombreuse, Franz Stock revenait à Chartres. La stèle provient de sa tombe d’origine au cimetière parisien de Thiais où, dans le respect de sa mémoire, ce qui reste de sa sépulture a été conservé.
Son ancienne tombe au cimetière parisien de Thiais © MCP
© MCP
© Stéphane Mahot
© Stéphane Mahot
Sources principales :
-Journal de guerre de Franz Stock –Ed. du Cerf (2017)
-Centre international Franz stock –Chartres en ligne https://www.centre-franz-stock.org/fr/leglise-de-rechevres-a-chartres/histoire-de-leglise-de-rechevres/
-Site allemand : https://franz-stock.org/index.php/de/franz-stock/ueber-franz-stock/reden-aufsaetze/607-franz-stock-tod-begraebnis-und-umbettung
7 septembre 2018
Affaibli et malade, Franz Stock mourut quelques mois plus tard à l’hôpital Cochin (Paris). Un service funèbre fut organisé en l’église St-Jacques-du-Haut-Pas en la présence de plusieurs personnalités religieuses et civiles, dont le ministre Edmond Michelet. Sa famille n’avait, elle, pas reçu de permis d’entrer en France.
 
Inhumé au cimetière parisien de Thiais, les familles reconnaissantes des anciens prisonniers et fusillés français offrirent une pierre tombale et une stèle qui vinrent couvrir la fosse où il reposait.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 28 octobre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.