RETOUR SECONDE GUERRE MONDIALE
RETOUR Ve RÉPUBLIQUE
MICHELET Edmond (1899 - 9 octobre 1970)
Chapelle Notre-Dame-de-la-Paix, hameau de Marcillac, Brive-La Gaillarde (Corrèze)
Photo MCP
Photo MCP
Photo MCP
Photo MCP
Sépulture de Marie Michelet. Photo MCP
Photo MCP
Photo MCP
Photo MCP
« Un homme d’Etat ne peut dissocier sa vie privée et sa vie politique : il faut vivre comme on pense » et il le fit.  
 
L’une des raisons d’être de ce site est de ressusciter dans les mémoires des personnalités injustement oubliées du grand public et dont certaines furent des hommes ou des femmes d’exception. Edmond Michelet en est un bel exemple.
 
A moins de se lancer dans une biographie complète, il n’est pas possible de retracer ce qu’il accomplit au travers de ses différents mandats et nominations avec toujours un maître mot : humaniser, qui fut le fil conducteur de toute la vie de cet homme de foi et de morale qui n’eut jamais d’ambitions personnelles.
Sources principales : http://www.agoravox.
(*) commentaire(s)
Il se porta volontaire en 1918 pour combattre durant toute la guerre. En 1925, il s’investit dans la jeunesse catholique et , en 1931, lança les équipes sociales » et anima les « nouvelles équipes française » dans le sillage de Marc Sangnier.
 
Père de famille nombreuse, il ne fut pas mobilisé en 1939 mais réussit à organiser l’aide aux réfugiés et le secours national. Eclatant en sanglots à l’occupation de Paris par les Allemands, Michelet refusa la capitulation. Le 17 juin 1940, soit la veille de l’appel de Charles de Gaulle, il distribuait avec quelques amis des tracts dans les boîtes aux lettres. Ainsi Michelet est-il considéré comme le premier résistant de France.
 
Déjà dans les années 1930, il avait organisé une série de conférences sur : « Les dangers qui menacent notre civilisation » dont « l’antisémitisme », « le racisme », « l’Etat totalitaire » et « Comment défendre la personne humaine en danger ». On ne sera donc pas surpris de son engagement précoce dans la seconde Guerre mondiale.
 
Ayant pris la tête du mouvement « Combat » dans le Limousin sous le pseudonyme de Duval, il fut arrêté par la Gestapo à Brive le 25 février 1943. De la prison de Fresnes, il fut déporté à Dachau le 15 septembre.
Pendant vingt mois, Michelet eut un comportement exemplaire de générosité et de courage. Il réussit à réunir toutes les tendances politiques au sein du camp afin d’aider leurs camarades.
Le 29 avril 1945, le camp était libéré et Michelet aussi. Atteint du typhus, il fut l’un des derniers à regagner la France où son sens moral le désigna pour présider le Comité patriotique français de Dachau.
 
De son côté, De Gaulle cherchait un ministre des Armées. Il lui fallait un homme capable de coopérer avec le communiste Charles Tillon, nommé Ministre de l’Armement, mais de résister aux pressions du parti. Bien que non militaire, Michelet ayant fait preuve de cette capacité comme résistant, il devint l’homme de la situation. Il resta à son poste durant les deux gouvernements provisoires de 1946.
 
Membre et député du MRP (Mouvement des Républicains Populaires), il en fut exclu en 1947 pour avoir souhaité et prédit le retour de De Gaulle. Il rejoignit naturellement le RPF du général, puis le groupe des républicains sociaux à l’instar de Jacques Chaban-Delmas.
 
En 1950, en signe de pardon et d’apaisement, il déposa un amendement pour la libération de Philippe Pétain qui fut rejeté.
Elu sénateur RPF en 1952 puis président de la commission sur les affaires d’Indochine (1955) et vice-président du Conseil de la République (1957), Michelet ne cessa de combattre pour la paix et l’amnistie.
 
Après la crise de 1958, De gaulle le rappela et le nomma ministre des anciens combattants et Victimes de guerre, puis ministre de la Justice en 1959. C’est à ce poste qu’il eut les moyens d’agir en homme de foi en cherchant à humaniser et à moderniser la justice en adoucissant la condition carcérale, en réformant le régime des sociétés, les régimes matrimoniaux et le statut de la famille.
 
En 1961, désireux d’humaniser le sort des prisonniers du FLN, qui deviendraient des interlocuteurs de la France à l’indépendance de l’Algérie, Michelet s’opposa à Michel Debré, alors Premier Ministre mais aussi son ami, et démissionna.
Jacques Chaban-Delmas en profita pour le nommer au Conseil Constitutionnel où il resta jusqu’à son retour dans le gouvernement de Georges Pompidou, en 1967, comme Ministre d’Etat chargé de la Fonction publique, mission qu’il quitta le 31 mai 1968.
 
L’échec du référendum de 1969, qui fit tomber De Gaulle, le secoua profondément et il mit toutes ses forces dans le soutien à Pompidou. Ce dernier le rappela pour succéder à André Malraux au Ministère des Affaires culturelles. Malraux qui parla de lui comme « l’aumônier de France ».
Sans remettre en cause la politique de son prédécesseur, Michelet se focalisa sur la défense du patrimoine avec une loi sur les monuments nationaux le 17 juin 1970 venant compléter celle du 13 décembre 1913.
 
Epuisé, souffrant d’insuffisances respiratoires, il prononça l’éloge funèbre de François Mauriac mort le 1er septembre 1970. Edmond Michelet le suivit dans la tombe quelques semaines plus tard le lendemain de son 71ème anniversaire.
 
Il fut inhumé dans sa tenue de prisonnier de Dachau dans la petite chapelle, édifiée en 1958,  du hameau de Marcillac où il résidait. Bien que rattaché à Brive, le hameau, perché sur une colline, en est éloigné de quelques kilomètres.
 
Dans la chapelle, d’une grande sobriété, une simple croix marque l’emplacement de sa tombe, celle de son épouse, Marie, lui faisant face.
Au-dessus, accrochée au mur, une petite plaque où s’inscrit une citation de saint Jean-Vianney, curé d’Ars : « Il nous demandera si nous avons employé nos forces à rendre service à notre prochain ».
 
A l’extérieur, un monument en pierre orné d’un médaillon et d’une croix de Lorraine à ses pieds rappelle modestement sa présence.
 
Rescapé de l’enfer, un ancien déporté de Dachau disait : « Je suis athée, mais pour nous tous, Michelet, c’est l’image que nous pouvons nous faire d’un saint ». Depuis 1976, l’Eglise catholique instruit un dossier en vue de sa béatification.
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
Chercher
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 11 septembre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.