RETOUR BOULEVARD DU CRIME
Conférence « Apaches » tenue en véritable argot parisien : « Pour baluchonner une piaule, refroidir un pante, lui faire le coup du père François. Et terminer le boniment en s’enfilant une petite purée, une absinthe. »
CASQUE D'OR Amélie Hélie, dite (1878 - 16 avril 1933)
MANDA Joseph Pleigneur, dit (1876 - 1936)  
LECA Dominique, dit le Corse (1874 - ?)
A l’époque des faits, il était souteneur notoire et chef de la redoutable bande de Popincourt qui terrorisait Belleville, Montmartre et Ménilmontant.
Joseph Pleigneur, dit Manda (1876 - 1936)
Cimetière de Cayenne (Guyane française)
Racket, cambriolages et prostitution,  telles étaient les principales mamelles nourricières du jeune voyou quand Amélie se mit en ménage avec lui.
Amélie Hélie, dite Casque d’or (1878 - 16 avril 1933)
Cimetière de Bagnolet, tombe disparue,  (Seine-Saint-Denis)
Une vingtaine d’apaches montmartrois tend une embuscade à une voiture cellulaire afin de libérer un détenu (7 juillet 1907)
1902. Si cette histoire n’avait pas été magistralement immortalisée par Simone Signoret et Serge Regianni dans film de Jacques Becker Casque d’or (1952),  qui se souviendrait de cette rousse, reine de la bande des « Apaches » pour qui se qui se battirent quelques mauvais garçons de Paris ?
 
Qui se souviendrait de cette histoire somme toute très banale au sein de la bande des Apaches, mauvais garçons des faubourgs, qui tenaient le haut du pavé de Belleville à Montmartre ? Casquette de travers, favoris, rouflaquettes ou « pattes de lapin », le foulard noué autour du cou, l’invective au bord des lèvres, le surin à la main, leur violence rappelait celle des gars du Far West.
Far West qui inspira la plume de Victor Moris dans le journal Le Matin qui leur donna leur nom de guerre historique : les Apaches.
Les protagonistes
Venue d'Orléans, sur le trottoir parisien  dès ses quatorze ans, Amélie s'adapta au Paris de la nuit et au monde des voyous au service des souteneurs dont le sien, le dénommé Bouchon qui, peu satisfait de la rentabilité de sa « gagneuse » la cogna au point qu’elle s’enfuit. Son parcours la conduisit à la contrescarpe de La Bastille, où elle rencontra Joseph Pleigneur, dit Manda, un chef de bande de vingt deux ans qui la connaissait. Devenue sa régulière, Amélie ne changea pas d’activité mais, jalouse, supportait de moins en moins ses absences et ses infidélités.  
Selon Emile Chautard, elle était une vulgaire prostituée « puant de la gueule à quinze pas »…
Dominique Leca, dit le Corse (1874 -?)
Forêt vierge (en Guyanne?)
L'histoire
 
En quittant Manda pour Leca, Amélie déclencha les hostilités entre les deux hommes et leurs bandes respectives. Après avoir porté un coup de couteau à son rival, Manda fut arrêté, mais sa victime, refusant de le reconnaître devant la police, il fut libéré et en profita pour attaquer l'hôtel où résidaient les deux amants, sans que personne ne soit blessé. La guerre étant déclarée, une bataille rangée eut lieu une semaine plus tard entre les deux bandes, dont Leca sortit avec deux avec deux balles de revolver dans le bras et la cuisse. A l’hôpital Tenon, où il était soigné, la police vint l’interroger mais il observa la même loi du silence. Il se dit que c’est là que naquit le surnom de Casque d’or pour Amélie, quand une infirmière lui demanda, suite à deux visites de femmes, s’il préférait la brune ou la blonde comme un casque d’or.
« Casque d’or » aurait-il répondu.
 
Mais, à sa sortie de l’hôpital, la bande de Manda l’agressa de nouveau à coups de couteau dans le fiacre qui le transportait à son domicile. Il retourna à l'hôpital. Cette fois, la presse s’empara de l’affaire. Un journaliste du Petit Journal, Arthur Dupin, s'indigna :
« Ce sont là des mœurs d’Apaches, du Far West, indignes de notre civilisation. Pendant une demi-heure, en plein Paris, en plein après-midi, deux bandes rivales se sont battues pour une fille des fortifs, une blonde au haut chignon, coiffée à la chien ! »
Si  Leca, une fois de plus, se mura dans le silence, son père, épuisé par les incessantes agressions contre son fils, finit par livrer le nom de Manda qui prit alors la fuite.
Après une semaine à Londres, l’handicap de la langue lui paraissant insurmontable, il retourna à Alfortville où, reconnu et dénoncé, il fut arrêté par un détachement d'une cinquantaine de policiers.
Les faits ne passèrent pas inaperçus. La presse se rua sur l’affaire et sur le procès qui s’en suivit accompagné de son cortège de chansons, de pièces de théâtre et d’écrits divers qui s’en inspirèrent.
Il faut dire que la part belle fut réservée à Amélie qui fascinait et émoustillait le bourgeois venu assister avec délectation aux débats de la Cour. « Médiatisée », photographiée, reine du moment, elle se voyait déjà au firmament d’une nouvelle vie due à sa célébrité qui lui procurait des revenus inattendus. Elle déchanta.
 
En 1902, à l’issue de son procès, Manda fut condamné au bagne à perpétuité. Le temps passa et sa peine fut commuée  en vingt ans de réclusion. Libéré, mais frappé d’une peine de relégation, il ne pouvait rentrer en France. Resté à Cayenne, il y mourut usé par le climat et les fièvres. Il fut inhumé au cimetière de Cayenne où sa tombe a disparu  depuis des lustres.
 
Leca, rattrapé à son tour par la justice à Bruxelles où il s'était réfugié, paya sa dette de mauvais garçon en se voyant, lui aussi, offrir un aller simple pour la Guyane. Libéré après huit ans de bagne, mais également relégué, il tenta de s’échapper de Guyane mais fut assassiné en pleine forêt vierge par des chercheurs d’or.
 
Quant à Casque d’Or, l’affaire dont elle fut la vedette, et qui n’était pas celle du siècle, finit par être oubliée. Après avoir lassé le monde, elle devint dompteuse dans un cirque. Mais son destin de fille de mauvaise vie la poursuivant elle se trouva un jour en face d’un ancien lieutenant de Manda qui, voulant venger son chef, lui planta un couteau dans le corps. Le coup n’était pas mortel mais handicapa Amélie qui n’était plus bonne à rien. Les projecteurs s’étaient éteints depuis longtemps. Elle se maria en 1917 avec un dénommé Nardin, fit commerce d’étoffes et de bonneterie sur les marchés de Montreuil et des Lilas.
Personne ne fit attention à elle quand elle mourut prématurément vieillie à seulement cinquante-cinq ans. Sa concession n’ayant pas été renouvelée, ses restes reposent au milieu des anonymes de la fosse commune.
 
Evidemment, cette fin réelle est moins émouvante que la tête de Serge Reggiani coupée à l’aube sous le regard embuée d’une Simone Signoret transie d’amour.
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 août 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.