RETOUR LITTERATURE
La boutique du barbier...Photo MCP
► Héroïne de roman
BOVARY Emma (Delphine Delamare) (1822- 8 mars1848)
Ancien cimetière de Ry (Seine-Maritime).
La vraie ou, plus exactement, les vraies Mme Bovary.
 
Si une œuvre de Gustave Flaubert se distingue plus que toute autre dans le monde, c’est certainement Madame Bovary.
 
Madame Bovary ! C’est Barbey d’Aurevilly qui, à partir de ce roman, créa le terme de « bovarysme », synonyme d’insatisfaction romanesque engendrant une illusion sur soi-même et une tendance à se concevoir et à se vouloir autre que l’on est.
Delphine fut inhumée dans le petit cimetière qui jouxtait l’église. Elle devint célèbre au point qu’en 1896, un cantonnier vola sa pierre tombale pour la vendre à un américain.
A la création du nouveau cimetière, on effectua des translations d’ossements. Les restes de Delphine furent-ils épargnés ? Son parcours terrestre s’arrête là, à l’ombre de l’église.
A côté de la plaque commémorative rappelant sa sépulture, on peut encore voir celles d'Eugène et de sa première femme, Louise.
Emma par-ci...Photo MCP
Charme d'un bourg de province. Photo MCP
Emma par-là...Photo MCP
L'église de Ry et son magnifique porche en bois sculpté du 12ème siècle.
Flaubert omniprésent. Photo MCP
Vestiges de l'ancien cimetière. Photo MCP
Plaque à la mémoire de Delphine Delamare. Photo MCP
Tombe d'Eugène Delamare. Photo MCP
Tombe d'Eugène Delamare. Photo MCP
Une autre sépulture Delamare, celle de Louise (1807-1837), la première femme d'Eugène, miraculeusement préservée. Le nom peut-être...Photo MCP
Sources partielles: l'article de Gérard Nedellec sur http://nouvellesduboutdumonde.over-blog.com /
(*) commentaire(s)
Mais comment cela avait-il commencé ?
 
Tout partit d’un fait divers tragique : le suicide d’une jeune épouse infidèle, Delphine Delamare. Son mari, Eugène, officier de santé, avait été élève de Flaubert père, médecin réputé à l’Hôtel-Dieu de Rouen. C’est ainsi que Louis Bouilhet, conscience littéraire de Gustave Flaubert, qui faisait sa médecine au même endroit, entendit parler du drame. Trouvant dans cette histoire matière à roman, il souffla l’idée à Gustave qui en fit un chef-d’œuvre universel.
 
Pour créer le personnage d’Emma, Flaubert mit deux en femmes en une. Elle a les traits de caractère de la poétesse Louise Colet avec qui Flaubert eut une liaison passionnée. Quant à l’existence tragique de l’héroïne, il remonta le fil de l’histoire de Delphine Delamare.
 
Née dans une famille de fermiers aisés, elle fut mise au couvent pour parfaire son éducation. Quand elle en sortit à seize ans, Delphine, la tête pleine des idées de grandeurs que son père, Mr Couturier, avaient reportées sur elle, rêvait d’un amour passionné loin de la ferme familiale.
 
Plutôt jolie, tous les espoirs lui étaient permis. En l’occurrence, ils prirent l’allure d’Eugène Delamare venu soigner son père. Ni beau, ni laid, veuf et affichant dix ans de plus qu’elle, Eugène avait au moins le charme d’être un notable et amoureux.  Certes, il n'avait pas obtenu son doctorat de médecine,  mais sa situation n'en semblait pas moins confortable. A dix-sept ans, elle scella son destin.  Le couple s’installa à Ry où Delphine va profiter de son nouveau statut avec un mari qui, malgré ses ressources limitées, ne lui refusait rien.
 
Mais bientôt le bourg de province imposa ses limites. L’ennui gagna Delphine auquel la naissance d’une enfant en 1842 ne changea rien. Quelle désillusion pour cet esprit emprunt d’idéaux romantiques !  La banalité de sa vie l’étouffait quand elle rencontra Louis Campion (Rodolphe Boulanger dans le roman), un beau parleur d’accord pour la gaudriole mais pas pour s’encombrer d’une passionaria. Alors que Delphine croyait à la fuite avec son amant, celui-ci ne vint jamais au rendez-vous.  Et d’un.
 
Nouvel espoir avec un jeune clerc de notaire Narcisse Bollet (Léon Dupuis dans le roman). Aveuglée par sa quête chimérique, l’inconséquente Delphine devint sa maîtresse. Pour un jeune clerc ambitieux, cette liaison était une entrave à sa respectabilité.  Narcisse rompit brutalement. Et de deux.
 
Et le mari dans tout cela ? Désarmé, effrayé à l’idée de perdre sa femme, il fermait les yeux.
Pour Delphine, au comble du désespoir, le constat sonnait comme une évidence : elle passerait le reste de sa vie à rabâcher ses frustrations  auprès d’un mari qui lui insupportait. Autant quitter cette vie monotone, étriquée et sans issue. Elle s’empoisonna. S’obstinant à taire ce qu’elle avait ingurgité, le Dr Flaubert, appelé à son chevet, ne put la sauver. Eugène survécut un an à son malheur.
La boucle était bouclée.  En s’inspirant de cette histoire, Gustave ignorait qu’il allait immortaliser Delphine Delamare qui aurait sans doute aimé passer à la postérité pour des motifs plus glorieux.
 
Commencé en 1851, le roman paru en octobre 1856, sous forme de feuilletons, dans la Revue de Paris.  En février 1857, Flaubert, l’imprimeur et le gérant de la revue étaient jugés pour  « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ». Gustave, fut particulièrement blâmé pour « le réalisme vulgaire et souvent choquant de la peinture des caractères » mais gagna le procès qui participa ainsi à la publicité du livre.
Pour laisser cours à l’imagination du lecteur, Flaubert refusa qu’on imprimât un portrait de femme.
 
Flaubert situa son action dans le bourg imaginaire de ”Yonville l'Abbaye” qui se substitua à celui de Ry.  Aujourd’hui la commune invite les visiteurs à accomplir son pèlerinage littéraire dans un ”circuit Bovary”, proposé par le syndicat d'initiative. En y flânant, il est difficile d’échapper au souvenir d’Emma qui fleurit sur les enseignes. Le charme de certaines maisons, fait le reste…
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 août 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.