RETOUR LITTÉRATURE
FLAUBERT Gustave (1821- 8 mai 1880)
Cimetière Monumental de Rouen, carré M (Seine-Maritime)
► Ecrivain français
Gustave avait grandi dans le cadre mélancolique de l’Hôtel-Dieu de Rouen où son père était médecin-chef : dès l’enfance il y a puisé un fond de tristesse et de pessimisme et sans doute aussi le goût de la science, de l’observation méticuleuse et objective que l’on retrouve tout au long de son œuvre : Madame Bovary (1857), Salammbô (1862), l'Éducation sentimentale (1869), le recueil de nouvelles Trois Contes (1877), etc.
Le petit enclos des Flaubert. La sépulture de Gustave est à gauche. Photo MCP
Photo MCP
Élisa Schlesinger (1810-1852)
La passion de toute sa vie
Flaubert avait rencontré Elisa en 1836 à Trouville. Elle était la femme de Maurice Schlesinger († 1871) un éditeur de musique qui avait créé une maison d’édition musicale à Paris. Les quelques paroles qu’ils avaient échangées troublèrent son jeune cœur : ce fut le début d’une passion muette qui se transforma chez l’homme mûr en adoration discrète et quasi-mythique.
Il ne lui écrivit sa première lettre d’amour que…35 ans plus tard lorsqu’elle était veuve.
Emma Bovary
Le drame de Delphine Delamare immortalisé
(*) commentaire(s)
Elisa fut l’inspiratrice des Mémoires de feu (1838), de Novembre (1842) et de la première Education sentimentale (1845), avant de reparaitre sous les traits de Marie Arnoux dans la seconde Education sentimentale de 1869.
A cette époque, Elisa avait définitivement quitté la France depuis 1852 pour Baden-Baden. Elle mourut dans un asile d’aliénés à Illenau près de Baden.
Retiré dans sa propriété de Croisset, près de Rouen, la mort de son père et de sa sœur en 1846 l’avait rendu encore plus pessimiste. Renonçant à la vie mondaine, il se consacra à sa mère et à une nièce orpheline, à ses amis et à sa liaison avec Louise Colet. Il se plongea avec acharnement dans l’écriture. Il mit cinq ans pour mener à terme son projet, trois fois abandonné, de retracé le douloureux roman de sa passion pour Elisa Schlésinger : l’Education sentimentale, parue en 1869, dont l’échec à sa sortie lui causa une immense déception.
Vint une série de deuils qui assombrit ses dernières années : Louis Bouilhet (1869), Jules de Goncourt (1870), sa mère (1872) et George Sand (1876). L’insuccès de la Tentation d’Antoine (1874) n’arrangea pas son moral.
Il déversa alors toute son amertume dans Bouvard et Pécuchet qui lui imposa d’écrasantes recherches et qu’il laissa inachevé.
Heureusement, la parution de son recueil Trois contes en 1877, salué unanimement comme un chef-d’œuvre, vint adoucir sa fin de vie.
 
Flaubert vivait à Croisset en célibataire servi simplement par une domestique. Sujet à des crises nerveuses depuis 1843, il tombait alors en syncope et restait écrasé de lourds sommeils. Lorsqu’il fut victime de la crise d’apoplexie qui l’emporta, on crut à l’un de ses états léthargiques. Le soir de sa mort Guy de Maupassant était accouru et l’avait trouvé encore sur le divan de son cabinet. Maupassant prévint Emile Zola que la nouvelle assomma. Il se rendit aux obsèques où étaient présents Edmond de Goncourt, Alphonse Daudet, etc.. Croisset était alors  un simple groupe de maisons, bâties au bord de la Seine, et qui dépendaient de la paroisse de Canteleu où eut lieu le service funèbre. Puis, il fallut gagner le cimetière Monumental de Rouen distant de sept kilomètres.
 

Bien tristes funérailles que les siennes.
Beaucoup de parisiens, dont la présence aurait compté étaient absents. Mais ce qui choqua profondément Zola : «  ce qui est inexplicable, ce qui est impardonnable, c'est que Rouen, Rouen tout entier n'ait pas suivi le corps d'un de ses enfants les plus illustres. On nous a répondu que les Rouennais, tous commerçants, se moquaient de la littérature. . Cependant, il doit y avoir dans cette grande ville des professeurs, des avocats, des médecins, enfin une population libérale qui lit des livres, qui connaît au moins Madame Bovary ; il doit y avoir des collèges, des jeunes gens, des amoureux, des femmes intelligentes, enfin des esprits cultivés qui avaient appris par les journaux la perte que venait de faire la littérature française. Eh bien ! Personne n'a bougé ; on n'aurait peut-être pas compté deux cents Rouennais dans le maigre cortège, au lieu de la foule énorme, de la queue de monde que nous espérions. Jusqu'aux portes de la ville, nous nous sommes imaginés que Rouen attendait là, pour se mettre derrière le corps. »
 
Au cimetière, selon la volonté de Flaubert, il n’y eut pas de discours. Au moment de descendre le cercueil dans le caveau, celui-ci se révéla trop petit et le cercueil resta bloqué la tête en bas. Malgré les efforts des fossoyeurs, rien n’y fit. Devant se spectacle affligeant, des voix s’élevèrent de l’assemblée bouleversée pour dire « Assez, assez, attendez plus tard.»
« Nous sommes partis, abandonnant là notre «vieux», entré de biais dans la terre. Mon cœur éclatait. » Emile Zola.
 
Gustave Flaubert repose auprès de sa mère, son père et sa sœur Caroline. A côté de la sépulture familiale, se trouve la tombe du poète Louis Bouilhet, ami d’enfance du romancier.  
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 21 juillet 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.