RETOUR LITTÉRATURE
Merci à Jacqueline Olivier-Macé pour les photos
FLEURIOT Zénaïde (1829 - 19 décembre 1890)
Cimetière de Locmariaquer (Morbihan)
► Romancière française
Auteur de 83 romans, l’œuvre de Zénaïde Fleuriot fut principalement inspirée par l'éducation des jeunes filles et par ses séjours dans le Morbihan. Destinée à la jeunesse, il lui arrive d’être comparée à celle de son illustre contemporaine, la comtesse de Ségur, sans en avoir conservé la même célébrité.
C’est regrettable, car si le cadre de ses romans est un peu démodé, une grande partie reste vivante,   s'appuyant sur le réel -spectacle d'enfants et d'adolescents, peintures de caractères- dans un style clair, alerte et naturel qui sut capter l'attention du jeune public.
Sources principales: www.livre-sur-mer.com/zenaide/
(*) commentaire(s)
Née à Saint-Brieuc dans un milieu de vieille souche bretonne et très catholique, toute son œuvre porte l’empreinte de son éducation, de sa vie et de son époque fertile en évènements politiques et religieux. L'influence des valeurs familiales lui donna en permanence le souci de ne pas blesser la foi chrétienne et les bonnes mœurs. De ce fait, elle rencontra un grand succès auprès de la bourgeoisie catholique.
 
En 1849, la ruine puis la mort de son père qui laissait des dettes, l’amenèrent dans un premier temps à devenir préceptrice dans une famille à Château-Billy, près de Saint-Brieuc puis à écrire. Elle y resta dix-sept ans. Ces travaux littéraires, bien que faiblement rémunérés, lui permirent de soulager sa famille financièrement.  
 
Prenant de l’assurance avec les années, en 1857, Zénaïde adressa une nouvelle, La fontaine du Moine Rouge pour un concours proposé par la France littéraire dont elle remporta le 1er prix. Sous différents  pseudonymes, elle glana d’autres récompenses et, en 1859, publia son premier recueil, Souvenirs d’une Douairière, sous son véritable nom.    
 
En 1860, elle découvrait Paris, son milieu artistique et littéraire mais n’en quitta pour autant la Bretagne. D’autres séjours dans la capitale et à Rome où elle rencontra la princesse Carolyne de Sayn-Wittgenstein, écrivain catholique qui devint sa conseillère. Elle songea alors à prendre le voile.
 
En 1868, elle s’installa définitivement à Paris en marge d'une congrégation religieuse (les soeurs auxiliatrices des Ames du Purgatoire à la Barouillère), non pas pour se rapprocher du monde des lettres, mais  pour y vivre une vie religieuse, pour résoudre, dans le calme d’une retraite, la grave question de son avenir . Elle s’essaya à la contemplation, tout en se dévouant aux pauvres et à ceux qui souffrent.
 
Témoin des atrocités de la guerre de 1870, bouleversée par la mort de proches, Zénaïde n'en continua pas moins à écrire et à connaître une renommée croissante jusqu’à son couronnement par l’Académie française, en 1873,  pour son ouvrage Aigle et Colombe.
 
A partir de 1871, elle organisa puis dirigea une école professionnelle tournée vers la formation de la jeunesse ouvrière et, de  1874 à 1879 dirigea le journal la Semaine des familles.
 
D’une inépuisable charité morale pour sauver les âmes en perdition, Zénaïde attrapa froid en voulant en préserver une. Le lendemain, elle mourut à Paris d’une congestion.
 
Ses obsèques furent simples, silencieuses, respectueuses. Dans l’assistance on remarquait nombre de notabilités des lettres et des arts et beaucoup d’ecclésiastiques. En quittant l’église, le cortège se dirigea vers la gare Montparnasse. Après deux discours, Zénaïde partit pour sa chère Bretagne sous la garde de ses neveux dont elle avait financé l’éducation.
 
En 1872, elle avait découvert la charmante bourgade de Locmariaquer sur le golfe du Morbihan où elle avait fait construire un cottage rustique :  "C’est un véritable rêve pour moi que d’avoir une maisonnette devant la mer, qui me rafraîchit, me berce, me tient dans le goût de l’infini, et m’enlève aux tentations violentes des bonheurs humains, dont ma nature a été et est avide". C’est là qu’elle  avait choisi d’être inhumée
 
Huit marins la portèrent jusqu'à sa tombe au sommet du cimetière.
L’année suivante, l’aîné de ses neveux y fit déposer les cercueils de la mère de Zénaïde et de sa sœur Marie.  Il fit élever un monument qui regroupe symboliquement les trois départements de Basse-Bretagne  de l’époque qui lui rendaient hommage : le  monument est à Locmariaquer (Morbihan), le sculpteur – Hernot – de Lannion (Côtes-du-Nord) suivant les plans de l’architecte diocésain – Rapine – de Quimper (Finistère).
 
Au dessous de l’un des bras du Christ, on a sculpté dans la pierre le nom de « Zénaïde », et au dessous de l’autre, celui de « Fleuriot », dont les lettres sont disposées verticalement. Au pied du crucifix on voit un petit banc de granit, et sur ce banc, un livre ouvert et une plume abandonnée. Le bas de la pierre a été ciselé de manière à figurer un lierre grimpant, symbole d’éternité et d’attachement.  
 
Sur le Mémento au dessus de sa photographie on lisait : « Zénaïde Fleuriot décédée pieusement à Paris, le 19 décembre 1890 » - Au dessus du cadre dessiné, une croix, une plume sur un livre, une banderole avec ces paroles : Crediti propter quod locutus sum (j’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé). Au verso de l’image, étaient inscrites des sentences de saint François de Sales. Cette banderole n'existe plus aujourd'hui.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 12 juillet 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.