RETOUR PERSONNALITÉS LIÉES A PHILIPPE Ier
Sans rentrer dans les détails fastidieux de l’architecture complexe du Saint-Sépulcre qui évolua avec les siècles, on sait que la sépulture de Godefroy de Bouillon était à la place d’honneur parmi les tombes de ses sept successeurs. Ils y restèrent jusqu‘au 16ème siècle. Puis, tandis que ceux de Godefroy et de Baudouin Ier restaient à l’abri de la crypte, les autres furent déplacés dans des lieux de passage.
4 décembre 2011
GODEFFROY DE BOUILLON (v. 1061- 18 juillet 1100)
Basilique du Saint-Sépulcre ou Eglise de la Résurrection à Jérusalem (Israël)
L’intérêt n’était pas que religieux. Il obéissait aussi à des considérations politiques, car les nouvelles montraient que le christianisme était en danger en Orient.
C’était aussi un bon moyen d’expédier les éléments perturbateurs se battre pour la conquête des Lieux saints sous la bannière papale. A ceux qui répondraient à son appel, le pape assurait la suspension des actions de justice intentées contre eux et la sauvegarde de leurs biens placés sous la protection de l’Eglise. D’autre part, la perspective de conquêtes territoriales attirait la noblesse et particulièrement les cadets des familles dépourvus des héritages importants réservés à leurs frères aînés.
 
Huit croisades se suivirent de 1095 à 1270.
La première : 1096 - 1099; la seconde : 1147 - 1148 ; la troisième : 1189 – 1192 ; la quatrième : 1198 – 1204 ; la cinquième : 1217 – 1221 ; la sixième : 1228 – 1229 ; la septième : 1248 – 1254 et la huitième : 1270.
 
Bien que, excepté la première, les croisades aient été des échecs, le bilan ne fut pas si négatif. Les échanges commerciaux avec l’Orient se développèrent et firent la fortune de certains ports de la Méditerranée. Et pendant que cette noblesse toujours prête à la guerre et à la révolte se ruinait, mourait et s’affaiblissait en Terre Sainte, le roi, lui, profitait de cette relative tranquillité.
 
GODEFROY DE BOUILLON ou DE BOULOGNE et duc de Basse-Lorraine de 1089 à1095
Au mois de juillet 1100, alors qu’il dirigeait des opérations du siège d’Acre, il "fut pris d'une grave maladie, incurable, qui l'amena jusqu'à la mort : son mal empira et les remèdes furent inutiles, il reçut le viatique du salut, et, dévot pénitent (...), il entra dans la voie de toute chair pour aller recevoir une rétribution centuple, et jouir de la vie éternelle au milieu des esprits bienheureux", raconte Guillaume de Tyr.
Selon certains il fut atteint par une flèche empoisonnée. Pour d’autres, il aurait mangé des fruits empoisonnés par l’émir de Césarée. D’autres encore parlent de la peste. Aujourd’hui, on envisage davantage la typhoïde. Bref, on ne sait pas.
 
Au dire de ses contemporains, il était doté d’une force herculéenne et, parmi les hommes de son temps, excellait dans le maniement des armes et dans tous les exercices de chevalerie.
Sa gloire, mêlée de légende et de vérité, était immense. Cet Atlas pouvait supporter le poids des fables et exagérations dont les romans et la poésie d’emparèrent. Il est vrai que la part de vérité le concernant était déjà si belle et si grande que les fables pouvaient bien être considérées comme des faits historiques avérés.
Si Godefroy était un prince distingué par ses qualités morales et physiques, ses bonnes mœurs, sa bravoure, son expérience, sa générosité, sa piété sans être dévot, et s'il était relativement pacifique et modéré, il n’en était pas moins, comme tous les guerriers de l’époque, capable de grands excès de violence .
 
Sa mort, survenue si rapidement, posa un problème quant au lieu de son inhumation. Il fallut quatre jours pour décider d’un endroit digne de recevoir sa dépouille et l’aménager.
Le 23 juillet, le héros de la première croisade, le légendaire Godefroy de Bouillon fut "enseveli dans l'église du Sépulcre du Seigneur, au-dessous du calvaire où le Seigneur a souffert la passion".
Mort de Godefroy de Bouillon (Salles des Croisades, à Versailles)
A l’origine, simple sarcophage, le tombeau en marbre blanc fut complété au 12ème siècle, entre autres, par une épitaphe disant "Ici repose l’illustre Godefroy de Bouillon, qui conquit tout ce pays à la religion chrétienne. Que son âme repose avec le Christ. Amen". En fonction des transcriptions, l’épitaphe connut des variantes. La chapelle où il fut inhumé fut fréquemment appelée la chapelle d'Adam.
Tombeaux de Godefroy et de Baudouin Ier au 13ème siècle.
Tombeaux de Godefroy et de Baudouin Ier (2) en 1587 d'après Quaresmius
Dès 1806, il semble bien que les tombeaux étaient déjà en mauvais état.
L’incendie qui ravagea le Saint-Sépulcre le 12 octobre 1808 épargna ce qui restait du tombeau de Godefroy qui disparut peu après.
Les coupables ? Les Grecs (coptes) redoutables ennemis des couvents latins. Profitant de l’extrême pauvreté des religieux catholiques (franciscains), ils firent reconstruire l’église à leurs frais. Leur architecte transforma les tombeaux de Godefroy et de Baudouin Ier en simples matériaux noyés en partie dans de la maçonnerie.
La France chrétienne avait de son côté d’autres chats à fouetter et l’affaire se passa dans l'indifférence.
 
Dans les années qui suivirent, avant 1846, la crypte d’honneur, où reposaient les rois de Jérusalem, fut transformée en café, antichambre et réfectoire...
Après l'incendie de 1808, les tombeaux de Godefroy et de Baudouin Ier disparurent dans les trauvaux de maçonnerie qui transformèrent la chapelle d'Adam en café-réfectoire (2).
Eglise du Saint-Sépulcre. Photo www.biblelieux.com/saint_sepulcre.htm
Furent inhumés près de Godefroy de Bouillon
 
Sept rois de Jérusalem furent ensevelis près de lui qui tous étaient de sa famille
Baudouin Ier, son frère inhumé à ses côtés
Baudouin II, son cousin
Foulques, comte d'Anjou, son neveu par alliance
Baudouin III, fils de Foulques
Amaury, frère de Baudouin III
Baudouin IV , dit le Lépreux, fils de Baudouin III
Baudouin V neveu de Baudouin IV
Sources sépultures: L'excellent Description des tombeaux de Godefroy de Bouillon et des rois latins de Jérusalem par le baron de Hody (1855)
(*) commentaire(s)
Elu par ses pairs, Godefroy, au titre de "roi" de Jérusalem, préféra celui "d’avoué" du Saint Sépulcre plus humble et "plus conforme à sa grande piété": "Comprenez-le bien seigneurs; je n'aurai jamais de couronne d'or sur la tête, car celle de Jésus, lorsqu'il souffrit sa Passion, était d'épines. Jamais donc la mienne ne sera d'or, ni d'argent, ni même de laiton".
 
Maintenant que cette croisade avait atteint son but, il s’agissait non seulement de conserver cette conquête mais aussi de l’organiser en protégeant la Ville sainte et le tombeau du Christ.
Alors que Philippe Ier était interdit de croisade, Godefroy vendait ses domaines pour répondre à l'appel d'Urbain II. Le 15 août 1096, il s’était mis en route à la tête de l’armée des chevaliers de Meuse et du Rhin, une des quatre armées de cette première croisade. Il partait libérer le tombeau du Christ et allait devenir  la figure emblématique de la 1ère croisade.  
 
Le 15 juillet 1099,  Jérusalem était conquise, la grande tour livrée : "Ah Dieu ! Quelle allégresse en ce jour".
Maintenant que cette croisade avait atteint son but, il s’agissait non seulement de conserver cette conquête mais aussi de l’organiser en protégeant la Ville sainte et le tombeau du Christ. Le dimanche suivant la prise de la ville sainte, les croisés durent choisir leur chef.
Il est impossible d’évoquer Godefroi de Bouillon sans évoquer un peu Croisades.
 
Depuis le plus haut Moyen Âge des pèlerinages se rendaient à Jérusalem. Mais, en 1078, les Turcs se rendirent maîtres de la ville, massacrèrent les pèlerins et leur en interdirent l’accès.
 
En 1095, à l’appel du pape Urbain II , se fut la mobilisation générale, aussi bien chez les chevaliers que les pauvres gens, pour aller délivrer le tombeau du Christ, le défendre et secourir les chrétiens d’Orient.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 20 novembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.