RETOUR MUSIQUE
Dessin de Gaignières
► Musicien et compositeur français d’origine italienne
 
A écouter : Te Deum
Le Te Deum est la composition que Lully répétait quand survint l'incident qui entraîna sa mort
24 janvier 2012
Issu d’une dynastie florentine de meuniers, les hasards d’une rencontre allaient faire de Giovanni Battista Lulli l’un des plus célèbres musiciens français.
 
Pour satisfaire la duchesse de Montpensier, qui cherchait à améliorer son italien, en 1646, le duc de Guise ramena dans ses bagages le jeune homme. Attaché au service de la Grande Mademoiselle, Lulli en profita pour parfaire sa formation musicale.
MCP
MCP
Epitaphe:
 
« Ici repose Jean-Baptiste de Lully, écuyer, conseiller, secrétaire du roi, maison et couronne de France et de ses finances, surintendant de la musique de la Chambre de Sa Majesté, célèbre par le haut degré de perfection où il a porté les beaux chants et la symphonie, qui lui ont fait mériter la bienveillance de Louis le Grand et les applaudissements de toute l’Europe. Dieu, qui l’avait doué de ces talents par-dessus tous les hommes de son siècle, lui donna pour récompense de ces cantiques inimitables qu’il a composés à sa louange, une patience vraiment chrétienne dans les douleurs aiguës de la maladie, dont il est mort le XXII mars MDCLXXXVII (1687) dans la LIVe année de son âge, après avoir reçu tous les sacrements avec une résignation et une piété édifiantes. »
(*) commentaire(s)
MCP
Buste de Lully au dos du catafalque. MCP
A l’âge de vingt ans, il se fit admettre à la Cour de Louis XIV comme danseur où il se fit  apprécier.
Habile courtisan et intrigant, ses dons de musicien lui valurent de recevoir la charge de compositeur de la musique instrumentale dès 1653.
Peu à peu, son influence contribua à faire évoluer le style des danses à la Cour..
 
Bientôt, il s’imposa comme l'un des principaux promoteurs du développement de plusieurs formes de musique qu'il organisa ou conçut : la tragédie en musique, le grand motet, et l'ouverture à la française.
En 1661, il reçut la charge de surintendant de la Musique et était naturalisé.
L’année suivante, il mit fin à une vie privée scandaleuse et se mariant avec Madeleine Lambert, fille d’un musicien de renom. Ce qui ne l’empêcha pas de collectionner des maîtresses mais aussi d’être un bon père de famille avec ses six enfants.
 
En collaboration avec Molière, il écrivit des comédies-ballets puis inaugura, en même temps que son Académie royale de musique, sa première tragédie en musique : Cadmus et Hermione (1673) souvent considérée comme le premier opéra français digne de ce nom.
 
Son talent prodigieux permit à ses œuvres de s’imposer malgré les nombreuses cabales ourdies contre lui par ses rivaux qu’il sut éliminer de façon implacable. Rien ni personne ne devait entraver sa gloire et sa relation avec le roi.
 
On ne saurait oublier le rôle de Louis XIV qui ne fut pas son simple mécène, mais qui sut stimuler le génie du compositeur par ses exigences et ses indications judicieuses. De son côté, Lully n'a-t-il pas un peu participé à en faire le roi soleil ?
 
Si l’on aime son œuvre on appréciera particulièrement ses opéras qui, contrairement aux comédies-ballets subordonnées à un texte, présentent une unité parfaire de conception où la musique prédomine en soumettant le texte.
Quant à sa musique religieuse, elle mérite mieux que les simples mentions musicologiques qui lui sont accordées : Misere composé pour les funérailles du chancelier Séguier, etc.
Son influence sur toute la musique européenne de son époque fut grande et, par la suite, de nombreux compositeurs, parmi les plus doués, s'en inspirèrent.
 
Lorsque le roi, tombé malade en 1686, se rétablit, Lully fit chanter, le 8 janvier 1687, un Te Deum de sa composition. Dans le feu de l’action, il se frappa violemment le pied du bout de la longue cane qui lui servait à battre la mesure. En dépit des efforts des médecins, une plaie à l’orteil s’envenima. Sentant sa fin venir, il fit une pénitence pour le moins théâtrale, se faisant déposer sur de la cendre, la corde au cou…Il mourut après une semaine d’agonie.
 
Jean-Baptiste Lully fut inhumé en la basilique Notre-Dame des Victoires, près de laquelle il habitait et où le rejoignirent  sa femme († 1720), sa fille Catherine († 1703), ses trois frères Jean-Louis († 1688),
Louis  († 1734) et Jean-Baptiste († 1743) - son petit-fils († 1735) ainsi que son beau père le musicien Michel Lambert († 1696).
 
Le tombeau de Lully de marbre noir, signé Cotton, fut profané à la Révolution et transféré au musée des Monuments Français en 1796 avant de réintégrer l’église en 1817 où on le replaça dans la chapelle Saint Jean, acquise par Madeleine Lully en 1688. Il  y resta jusqu’à la Commune de Paris en 1871.
Dès le début de l’insurrection, le curé de la paroisse cacha toutes les valeurs et le trésor dans la sépulture du compositeur. Quand ils l’apprirent, les Fédérés la pillèrent.  
 
Aujourd’hui, non un certain étonnement, en passant de la  chapelle Saint-Jean à la chapelle de l’Enfant Jésus, on découvre,  au-dessus du cintre de la travée, dans l’entablement, le sarcophage de Lully surmonté de son buste en bronze modelé par Coysevox et accosté de deux pleureurs, sculptés par Cotton. Au-dessous du buste, deux génies : la Musique profane et la Musique sacrée.
 
Le film Le roi danse de Gérard Corbiau (2000) retrace assez bien le parcours du compositeur.
LULLY ou LULLI Jean-Baptiste (1632 - 22 mars 1687)
Basilique Notre-Dame des Victoires (Paris)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 20 octobre 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.