Représentation du Malade imaginaire à Versailles devant Louis XIV
RETOUR LITTERATURE
Comédiens de l‘Hôtel de Bourgogne -BNF-
Auteur dramatique et comédien français
Mourir sur scène comme Molière ! Le plus tard possible certes, mais combien de comédiens n’ont-ils pas exprimé ce souhait ?
 
La quatrième représentation du Malade imaginaire s’annonçait mal. Depuis quelques temps  Molière souffrait d’une méchante fluxion poitrinaire. Le 17 février, la douleur était  telle que son entourage lui recommanda de faire relâche. Il s’y refusa et à quatre heures précises il était sur scène.
MOLIÈRE Jean-Baptiste Poquelin, dit (1622 - 17 février 1673)
Cimetière Saint-Joseph (Paris) (Disparu), puis le cimetière du Père-Lachaise, 25ème division...
L’inhumation
Malgré tous ses efforts, dans le troisième et dernier acte en prononçant « juro » il fut prit d’une convulsion qu’une bonne partie du parterre remarqua. La pièce finie, souffrant le martyr, il regagna son domicile de la rue Richelieu en chaise à porteurs.
 
Dans son lit, crachant le sang, Molière se mourait. Sur sa demande à recevoir les derniers sacrements, on se précipita pour quérir un prêtre.
Deux refusèrent leur ministère et le troisième arriva trop tard. A dix heures du soir, le grand Molière avait rendu son âme. Quand Baron remonta de l’étage inférieur où il était parti chercher Armande Béjart, il était aussi trop tard. Il avait expiré dans les bras d’un dénommé Couthon en présence de deux religieuses venues à Paris quêter pour le Carême et qu’il hébergeait.
Maintenant allait se poser le grave problème de sa sépulture et, par la suite, celui de son histoire posthume.
 
Qu’on aimerait avoir l’assurance d’un Molière dans le tombeau qu’on honore au Père-Lachaise ! Hélas, l’aventure post-mortem des abattis du grand Poquelin est telle que rien n’est moins sûr. Longue parce que complexe, liée à partir de 1792 à celle des restes de La Fontaine, il faudrait bien des conditions pour que l'histoire  des restes contenus dans la sépulture du Père-Lachaise arrivât à la conclusion qu'il s'agit bien de ceux du dramaturge. La question, toujours débattue,  restera à jamais sans réponse satisfaisante.
 
Grâce au rapport qu’en fit le comédien Lagrange, son déroulement nous est connu.
 
Le curé de l'église Saint-Eustache, paroisse dont dépendait Molière, refusa l’inhumation chrétienne.
Immédiatement Armande Béjart adressa une requête à l’archevêque de Paris dont voici le texte intégral car, à lui seul, il témoigne des circonstances du décès de Molière mais aussi de l’extrême rigidité de l’Eglise vis à vis des comédiens et à quoi ces derniers étaient parfois contraints pour forcer le système inique auquel ils étaient confrontés pour obtenir une simple inhumation en terre consacrée.
Pour en faciliter sa compréhension, ce texte a été réécrit en Français actuel.
 
« A monseigneur l’illustrissime et révérendissime archevêque de Paris.
« Supplie humblement Elisabeth-Claire-Grasinde Béjart, veuve de feu Jean-Baptiste Pocquelin Molière, vivant valet de chambre et tapissier du roi et l’un des comédiens de sa troupe, et en son absence Jean Aubry, son beau-frère ; disant que vendredi dernier, dix-septième du présent mois de février mil six cent soixante-treize, sur les neuf heures du soir, le dit feu sieur Molière s’étant trouvé mal de la maladie dont il décéda environ une heure après, il voulut dans le moment témoigner des marques de repentir de ses fautes et mourir en bon chrétien, à l’effet de quoi avec instance il demanda un prêtre pour recevoir les sacrements, et envoya par plusieurs fois son valet et servante à Saint-Eustache sa paroisse, lesquels s’adressèrent à messieurs Lenfant et Lechat, deux prêtres habitués en la dite paroisse, qui refusèrent plusieurs fois de venir ; ce qui obligea le sieur Jean d’Aubry d’y aller lui-même pour en faire venir, et de fait fit lever le nommé Paysan, aussi prêtre habitué au dit lieu ; et comme toutes ces allés et venues tardèrent plus d’une heure et demie, pendant lequel temps le dit feu Molière décéda, et le dit sieur Paysan arriva comme il venait d’expirer ; et comme le dit feu Molière est décédé sans avoir reçu le sacrement de confession dans un temps où il venait de représenter la comédie, monsieur le curé de Saint-Eustache lui refuse la sépulture, ce qui oblige la suppliante vous présenter la présente requête, pour lui être sur ce pourvu.
Ce considéré, monseigneur, et attendu ce que dessus, et que le dit défunt a demandé auparavant que de mourir un prêtre pour être confessé, qu’il est mort dans le sentiment d’un bon chrétien, ainsi qu’il a témoigné en présence de deux dames religieuses, demeurant en la même maison, d’un gentilhomme nommé M. Couthon, entre les bras de qui il est mort, et de plusieurs autres personnes. ; et que M. Bernard, prêtre habitué en l’église Saint-Germain, lui a administré les sacrements à Pâques dernier, il vous plaise de grâce spéciale accorder à la dite suppliante que son feu mari soit inhumé et enterré dans la dite église Saint-Eustache, sa paroisse, dans les voies ordinaires et accoutumées, et la dite suppliante continuera les prières à Dieu pour votre prospérité et santé, et ont signé »
 
Ainsi signé, Le Vasseur et Aubry avec paraphe
Armande ne se contenta pas de cette requête. En compagnie du curé d’Auteuil, elle se rendit à Versailles pour se jeter aux pieds du roi. Elle se plaignit de l’injure qu’on lui faisait et osa dire que « si son mari était un criminel, ses crimes avaient été autorisés par Sa Majesté même ».
Quant au curé, au lieu de témoigner des bonnes mœurs du défunt, il tenta de se justifier « d’une accusation de jansénisme dont il croyait qu’on l’avait chargé auprès de sa Majesté ». Louis XIV, exaspéré, les réexpédia brutalement vers la décision de l’archevêque.
 
Sa réponse arriva. Il autorisait la sépulture ecclésiastique de Molière dans le cimetière de la paroisse de Saint-Eustache à la condition « que sera sans aucune pompe, et avec deux prêtres seulement et hors des heures du jour, et qu’il ne se fera aucun service solennel pour lui, ni dans la dite paroisse Saint-Eustache ni ailleurs, même dans aucune église des réguliers et que notre présente permission sera sans préjudice aux règles du rituel de nôtre église, que nous voulons être observées selon leur forme et teneur. »
 
Le 21 février, vers les neuf heures du soir, le convoi funéraire se forma. Mais ces funérailles peu ordinaires occasionnèrent un rassemblement populaire qui se montra vite menaçant. Pourquoi ? Ce bon peuple de Paris, en grande partie acquit à la Ligue, avait pris l’habitude de jeter des pierres aux protestants se rendant à leurs prêches. Leurs enterrements étant assujettis à la même discrétion  imposée aux funérailles du dramaturge, les parisiens crurent qu’il s’agissait de l’inhumation d’un parpaillot.    On précisa qu’il s’agissait de Molière et, de ses fenêtres, Armande, tout en demandant des prières pour le grand homme, jeta une centaine de pistoles.  
 
Le cortège se mit enfin en marche.  Le chant de psaumes lui étant interdit, Molière s’achemina vers le cimetière Saint-Joseph en grand silence accompagné de  « quatre prestres qui ont porté le corps dans une pièce de bois couverte du poelle des tapissiers ; six enfants bleus portant six cierges dans six chandeliers d’argent, plusieurs laquais portant des flambeaux de cire allumés » et suivi par la foule.
Arrivé à destination, il fut officiellement inhumé au milieu du cimetière, au pied de la croix.
Quelques temps après, Armande y fit porter une grande pierre tombale. Deux ou trois ans plus tard, durant un hiver glacial, pour réchauffer les plus démunis, elle fit voiturer du bois dans le cimetière qu’on brûla à même la pierre qui éclata sous l’effet de la chaleur.
 
Molière était-il toujours dans cette tombe ?
 
L’histoire de la double sépulture de Molière
 
L’histoire posthume de la sépulture de Molière pourrait s’arrêter ici pour ne reprendre qu’au moment de son exhumation de 1792. Ce ne fut  pas le cas.
Source principale: Cet article fut l'un des premiers du site et j' ai commis l'erreur d'imprimer 50 pages d'un ouvrage sans indiquer le nom de l'auteur et dont je na'rrive pas aujourd'hui à retrouver la trace !  Les fidèles de ce site connaissent pourtant bien ma rigueur, victime pour ce coup d'une méchante négligence dont je suis sincèrement désolée.
(*) commentaire(s)
Molière et La Fontaine côte à côte pour l'éternité ?...© MCP
© MCP
© MCP
L’affaire commença quand, en 1732, Titon du Tillet, grand ami des lettres et érudit, publia son Parnasse français dans lequel il racontait la chose suivante: vers 1712, il avait rencontré un ancien chapelain de Saint-Joseph qui avait assisté à l’enterrement de Molière. Or, selon ce chapelain, Molière n’était pas sous sa tombe officielle « mais dans un endroit plus éloigné attenant à la maison du chapelain ».
Bien que d’abord récusé par certains, ce témoignage, enrichi de nombreuses réflexions sur les conditions de l’inhumation, finit par faire son chemin et en convaincre d’autres.
 
Que se serait-il passé?
 
Pour bien comprendre ce qui aujourd’hui nous parait invraisemblable, il faut rappeler qu’à l’époque, cette loi, qui condamnait les comédiens à être enterrés dans un lieu non consacré s’ils n’étaient pas revenus dans la Religion en se confessant et en recevant les derniers sacrements, n’était pas un simple caprice de l’Eglise mais relevait d’une loi d’Etat ; loi dont furent victimes par la suite Rosimond, Adrienne Lecouvreur et Mlle Raucourt.
 
Dans le cas Molière, deux possibilités existent qui expliquent la complexité de l’affaire :
Soit  l'Eglise et/ou le clergé de Saint-Eustache, contraints et forcés, ont accepté de déroger à cette loi implacable et ils conservèrent à l’excommunié Molière sa place privilégiée dans le cimetière.    
Soit,  l’ayant saumâtre d’être obligés de déroger à cette loi pour l’infâme auteur de Tartuffe, ils firent en sorte de l’exhumer pour le ré-inhumer dans la partie non consacrée du cimetière réservée aux suicidés et aux enfants mort-nés. Cela  expliquerait aussi cette strophe d’un sonnet écrit par un dénommé Les Isles Le Bas qui détestait Molière :
« ….
O le lugubre sort d’un homme abandonné !
Molière baptisé, perd l’effet du baptême,
Et dans sa sépulture il devient un mort-né »
 
Cet arrangement diplomatique post mortem avait même le grand avantage de préserver les susceptibilités de tous.  
 
Alors ? Sans rentrer dans l’analyse fastidieuse du peu de documents existants sur l’inhumation de Molière, beaucoup en sont arrivés à la conclusion que le comédien avait eu une double sépulture : l’officielle dont il fut immédiatement retiré pour être enterré dans l’officieuse.
 

Molière au Père-Lachaise ?
 
Sauf à chipoter, l’éventuelle double sépulture n’aurait soulevé aucune question si on n’avait pas cherché à l’exhumer. Quel que soit son emplacement  dans le cimetière Saint-Joseph, il aurait disparu  avec celui-ci. C’eut été très regrettable, mais de nombreuses illustres personnalités connurent ce sort.  
Mais la Révolution, dans sa volonté de bien faire, allait rendre l’affaire quasi inextricable. Voici pourquoi : Attention, il faut suivre !
 
En 1792, la Révolution décida de réparer l’injustice faite à Molière et à La Fontaine au moment de leurs inhumations et de leur élever des monuments dignes de leur génie.
Le 6 juillet, Fleury, vicaire de Saint-Eustache, mandaté par la section armée Molière et La Fontaine qui avait son siège dans la chapelle du cimetière Saint-Joseph, se dirigea d’un pas décidé vers les sépultures de Molière et de La Fontaine dans ledit cimetière. Première erreur: La Fontaine n'a jamais été enterré au cimetière Saint-Joseph mais à celui des Innocents !
 
Or, le vicaire Fleury, se mettant en contradiction avec la version officielle de l’Eglise, ne se dirigea pas ses recherches vers la première sépulture de Molière mais vers la seconde. Le souvenir de la double sépulture s’était donc bien perpétué parmi les chapelains de Saint-Joseph. Ce même jour, les restes supposés de Molière furent exhumés, déposés dans une caisse de sapin et entreposés dans la cave de la chapelle Saint-Joseph. Ceux présumés de La Fontaine le furent le 21 novembre.
 
La chapelle fut démolie pour être remplacée par un corps de garde. La caisse de Molière, rejointe depuis par celle contenant les restes de La Fontaine, fut déposée dans une pièce du nouveau corps de garde où la vigilance se relâcha. Moyennant quoi, pour satisfaire la curiosité de quelques amateurs,  les caisses furent ouvertes et victimes de quelques prélèvements. Et une relique de Molière par-ci et une relique de La Fontaine par-là ! Leur parcours, pour intéressant qu’il soit, n’apportant rien à notre affaire notons simplement l’ahurissant projet qu’eut la Convention.
 
Les toquades révolutionnaires n’étant plus à une extravagance près, avec ces fragments prélevés et mélangés à ceux émanant d’autres personnages illustres, parmi lesquels Héloïse et Abélard, le chimiste Darcet voulait en tirer du phosphate de chaux qui devait « être employé pour la fabrication d’une belle coupe en porcelaine de Sèvres où l’on aurait bu patriotiquement à la République » !    
 
Enfin, plusieurs éléments concordent pour penser qu’à un moment les deux squelettes sortis de leurs caisses  les ont réintégrer dans le désordre. Et Molière de se retrouver dans la caisse étiquetée La Fontaine et vice-versa ! Tout cela laisse pantois de perplexité.
 
1799. L’administration centrale du département de la Seine décidant « que le respect pour les grands hommes est une des vertus d’un peuple libre et éclairé et les honneurs qu’on leur rend après leur mort sont le plus sûr moyen d’exciter une noble émulation »  arrêta d’exhumer tous les hommes célèbres reposant  dans les églises, édifices nationaux ou cimetières.  En conséquence de quoi les restes de Molière devaient être transférés à l’école centrale du Panthéon. Cela ne se fit pas et, le 7 mai 1799, Alexandre Lenoir prit possession des caisses «Molière» et «La Fontaine»  qu’il installa dans son fameux musée des Monuments français.
 
Les restes présumés des deux génies trouvaient enfin un peu de repos dans des sarcophages dignes d’eux.
 
1817. Depuis son ouverture en 1804, les défunts boudaient le Père-Lachaise. Alors, pour le rendre fréquentable, on eut l’idée d'un bon coup publicitaire en faisant venir quelques résidents de prestige. Ce projet arrangeait d’autant mieux son monde que le musée des Monuments français était supprimé.
C’est ainsi que le 6 mars, les cercueils présumés de Molière et La Fontaine après avoir été conduits à l’église Saint-Germain-des-Prés où fut célébrée une messe, firent leur entrée solennelle dans ce cimetière.
 

En conclusion
 
Si la double sépulture existait bien et que le vicaire Fleury a fait ouvrir la bonne, alors il y a une chance infime pour que Molière repose effectivement au Père-Lachaise mais peut-être dans le cercueil de La Fontaine.
 
Si la double sépulture n’a jamais existé, le vicaire Fleury ayant cherché au mauvais endroit, Molière ne peut en aucun cas reposer au Père-Lachaise sauf, si par un hasard extraordinaire, en cherchant les restes de La Fontaine on déterra les siens.  Dans ce cas, il serait effectivement bien dans son cercueil.
 
Si aucune de ces hypothèses n'étaient exactes, les restes de Jean-Baptiste Poquelin, toujours enfouis au pied de la croix du cimetière Saint-Joseph y demeurèrent jusqu’à la disparition du cimetière. Acta est fabula...
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 août 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.