RETOUR PERSONNALITES LIEES A CHARLES X
RETOUR LOUIS-PHILIPPE
PÉRIER Casimir (1777 - 16 mai 1832)
Cimetière du Père-Lachaise, carrefour du Grand rond (Paris)
9 septembre 2012
Malgré son imposant monument au Père-Lachaise, le rôle de Casimir Périer s’est effacé pour au moins trois raisons :
 
- Fils et membre d’une dynastie bourgeoise, la marque personnelle de l’homme d’affaires parisien reste noyée au profit de la branche  grenobloise.
- Sa mémoire souffre aussi d’une regrettable confusion entre les trois Casimir Périer (lui-même, son fils, Auguste et son petit-fils, Jean Casimir-Périer)
- Enfin, la responsabilité de cet oubli en incombe moins à la brièveté de son ministère compensée par l’extrême densité des évènements qui la marquèrent qu’à la défense d’un régime, la monarchie constitutionnelle à l’anglaise, qui se brisa sur les barricades parisiennes en février 1848. Comme d’autres, il subit aussi le discrédit jeté sur la monarchie de Juillet.
MCP
Merci à Marie-Thérèse Simoutre pour la photo
Parmi les sources: Casimir Perier un prince financier au temps du romantisme de Madeleine Bourset. Publications de la Sorbonne (1994)
(*) commentaire(s)
MCP
Après avoir envisagé une carrière militaire, la disparition subite de son père en 1801 changea sa destinée. A Paris, la mutation décisive de l’économie française était en route. L’heure était venue de recueillir les fruits de la Révolution et de se lancer dans les affaires.
En siégeant simultanément à la Banque de France et au Corps législatif, Claude Périer, son père,  avait entrouvert les portes des deux pouvoirs confiés aux Notables : la politique et la haute finance.
 
Associé à son frère, Scipion, Casimir démontra avec brio son goût de la spéculation et l’intuition des bons placements dans l’immobilier en un temps où Paris regorgeait de terrains à lotir. Les mines d’Anzin, joyau de l’empire Périer, et son mariage avec une riche héritière asseyaient sa fortune.
 
Tenté par la politique, il entra à la Chambre des députés en 1817 et choisit de s’asseoir avec le petit groupe des libéraux de la Gauche unis par la haine de l’Ancien Régime, l’hostilité aux Ultras et la volonté de compléter la Charte de 1814 par des mesures libérales.
Brillant orateur, dont on appréciait la limpidité de pensée, sa carrière était lancée : de 1817 et jusqu’à sa mort quatre principes relièrent sa carrière de député : le loyalisme monarchique, le scrupuleux respect de la légalité, la limpidité du langage et des actes et le patriotisme.
Rien ne put entamer son dévouement aux Bourbons jusqu’aux fatales Ordonnances de juillet 1830 à l’origine des Trois Glorieuses, de l’exil de Charles X et de la prise du pouvoir par Louis-Philippe.
 
Cette « dictature libérale », respectueuse du Parlement et du roi, répondait à une situation de crise qu’il fallait absolument conjurer. Ce fut donc naturellement que Louis-Philippe fit appel, le 13 mars 1831, à cette figure du parti de la Résistance en remplacement de Jacques Laffitte.
 
Président du Conseil et ministre de l’Intérieur, il s’activa à rétablir l’ordre. La répression de la première révolte des Canuts lyonnais en novembre 1831 entacha Casimir Périer d'une réputation sulfureuse, noircie par l'historiographie républicaine.
 
Homme providentiel d’une monarchie en danger, il fit du régime parlementaire une vérité. De haute taille, le regard ardent, le geste énergique, parfois sec, froid, cassant, doué pour le commandement et aimant l'exercer, Casimir Perier était doté d'un charisme et d'une autorité naturelle que soulignèrent tous ses contemporains.
 
Victime un an plus tard de l’épidémie de choléra qui sévissait à Paris, on ne saura jamais si l’homme aurait pu infléchir l’Histoire à sa volonté.
 
Au lendemain de sa mort, Rémusat affirmait que « depuis Napoléon, aucune personnalité n’a tenu autant de place dans le gouvernement et l’opinion ».
 
Sa disparition donna aussi lieu à de singuliers retournements parmi ses plus rudes adversaires, dont celui de Carrel qui se fendit d’un : « Il y a des grandeurs qui s’imposent ».
 
Le 19 mai, après sept discours lus sur sa tombe, Casimir Périer fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise au milieu d’un tertre gazonné vers lequel mène de nos jours une allée qui porte son nom.
 
Des cérémonies eurent lieu en province dans les villes qu’il connaissait bien, mais la plus émouvante se déroula à Pont-sur-Seine, le 18 juin, où 700 à 800 personnes se rassemblèrent dans la petite église autour de l’urne contenant le cœur de leur châtelain. Car, si très occupé, il ne venait pas si souvent, Casimir était néanmoins très attaché à cette commune où sa famille possédait un château.
L'urne fut déposée dans la chapelle familiale du cimetière de Pont-sur-Seine.
 
Grâce à une souscription publique,  en 1837, la patrie reconnaissante lui éleva un imposant mausolée sculpté par Borto, Courtot et Crozatier .
 
Sur trois faces, le socle est orné de statues allégoriques : la Fermeté (la Force), l’Eloquence et la Justice. Mais au-delà de ce vocabulaire antique, ce qui frappe c’est l’imposante statue en pied qui se dresse sur le support. Vêtu d’une toge de magistrat que recouvre une redingote à col officié galonné, Casimir Périer, le bras tendu, semble s’avancer vers quelque action inspirée par sa Loi, la Charte de 1830, gravée sur une table de pierre que tient l’autre main.
Urne du coeur à Pont-sur-Seine. Merci à Marie-Thérèse Simoutre pour la photo
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 18 octobre 2019
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2019 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.