Fils de Casimir Perier, il fut député de l'Aube de 1849 à 1851, puis de 1871 à 1875 ainsi que ministre de l'Intérieur du 11 octobre 1871 au 6 février 1872 et du 18 au 24 mai 1873 dans le  gouvernement Jules Dufaure. Il fut aussi sénateur inamovible de 1875 à 1876.
Siégeant au Centre Gauche, il fut l'auteur de la proposition dite "proposition Casimir-Périer" relative à l'organisation des pouvoirs publics du 23 juillet 1874, tendant au maintien de la République. Elle fut repoussée ce même jour par une majorité conservatrice.
Il fut élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1867.
8 septembre 2012
Merci à Marie-Thérèse Simoutre pour la photo
Merci à Marie-Thérèse Simoutre pour la photo
Merci à Marie-Thérèse Simoutre pour la photo
Dans la grande chapelle reposent, entre autres :
 
Auguste Casimir-Périer (1811 - 6 juillet 1876)
Outre les épouses de Jean et Auguste Casimir-Périer, y a aussi sa sépulture Marie Cécile Laurence Loyer (1788 - 1861) la femme de Casimir Périer inhumé au Père-Lachaise mais dont le coeur est conservé dans la chapelle.
 
Plusieurs plaques funéraires rappellent la mémoire d'autres membres de la famille inhumés ailleurs. Parmi elles,  celle de la soeur du président Jean Casimir-Périer , Henriette, inhumée au cimetière de Montmartre auprès de son époux le comte Louis-Philippe-Charles de Ségur.
MCP
MCP
D’amblée une petite clarification patronymique….
 
Son grand-père était le célèbre Casimir Périer. Le fils de ce dernier, Auguste Périer, et père de Jean,  avait obtenu l’autorisation (1874) de rajouter à son patronyme  le prénom de son père (Casimir), d’où le nouveau patronyme de Casimir-Périer.
 
Issu d’une lignée d’industriels et d’hommes politiques originaires du dauphinois, Jean entra dans la vie publique comme secrétaire de son père, alors ministre de l'Intérieur dans le ministère d'Adolphe Thiers.
6ème président de la République française de juin 1894 à janvier 1895
- Succède à Sadi Carnot
- Suivi de Félix Faure
RETOUR IIIe REPUBLIQUE
CASIMIR-PÉRIER Jean (1847 – 11 mars 1907)
Cimetière de Pont-sur-Seine (Aube)
Elu conseiller général de l'Aube en 1874, il fut envoyé par ce département à la chambre des députés lors des élections générales de 1876. Réélu jusqu’en 1894, tour à tour sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique, aux Cultes et aux Beaux-arts (1877), sous-secrétaire d’État à la guerre (1883), etc., Sadi Carnot appela cet excellent orateur à la présidence du Conseil le 3 décembre 1893.
La victoire des « progressistes » aux élections législatives venait de lui dégager la route vers le pouvoir. Pourtant, il se fit prier. Désireux d'écarter du pouvoir les radicaux comme les monarchistes, il décida de gouverner au centre-droit, dans une majorité ouverte aux ralliés. Il forma un gouvernement constitué de républicains modérés traditionnels, et prit pour lui-même le portefeuille des Affaires étrangères.
 
Le 9 décembre 1893,  Auguste Vaillant commettait un attentat  à la Chambre des députés. En réaction à la vague anarchiste le gouvernement vota les « Lois scélérates » destinées à mettre en place une sévère répression de l'anarchisme en France.
Quelques mois plus tard, Eugène Spuller, ministre de l'Instruction publique, des Beaux-arts et des Cultes, lançait un pavé dans la mare des anticléricaux en appelant à la tolérance dans les affaires religieuses. Et Casimir-Périer de se voir accusé de pactiser avec l’ennemi sous prétexte de vouloir plaire aux catholiques ralliés.
 
Déjà fragilisé, le cabinet dut faire face au refus du  ministre des Travaux publics d'accorder la liberté syndicale aux employés des chemins de fer.  La Chambre refusant de voter l'ordre du jour, Casimir-Périer remit sa démission le 23 mai 1894.
 
Le 25 juin, Caserio assassinait Sadi Carnot qui considérait Casimir-Périer comme son héritier. Conscient du rôle de « potiche » politique qu’il allait interpréter, il se montra très réticent à poser sa candidature avant d’accepter.  
 
Elu grâce au soutien de la droite, considéré par la gauche comme le  « président de la réaction », il devint rapidement la cible de l’opposition qui l'exécrait pour son appartenance à la haute bourgeoisie. Propriétaire de la majeure partie des actions des mines d’Anzin, surnommé « Casimir d'Anzin »,  les campagnes de presse hostiles se multiplièrent. Très touché par ses attaques, tenu à l’écart par ses ministres, ne pouvant intervenir dans la politique du gouvernement, il démissionna au bout de six mois de mandat.
 
Se consacrant dorénavant à ses affaires et à des œuvres sociales, en 1899, on le vit au procès d’Alfred Dreyfus à Rennes où il apporta un témoignage favorable à l’accusé.
Il mourut  des suites d'une angine de poitrine après avoir refusé qu'on lui organise des obsèques nationales.
 
Jean Casimir-Périer fut inhumé dans la chapelle familiale du cimetière de Pont-sur-Seine où son père l’avait précédé. La famille y possédait un château qu’elle avait fait construire, de façon beaucoup plus modeste, en remplacement d’un autre entièrement brûlé par les Prussiens pendant la campagne de France.
 
Pont-sur-Seine: une commune pas si tranquille...
Car si aujourd’hui la commune de Pont-sur-Seine coule des jours paisibles à l’écart d’une vie publique agitée, ce ne fut pas toujours le cas. Les Casimir-Périer furent les derniers à amener cette animation singulière avant de reposer au calme dans leur tombe. Enfin, presque, car en 1961, c’est bien à Pont-sur-Seine qu’eut lieu un attentat raté contre le général de Gaulle
 
Charlemagne y avait envoyé son ministre Alcuin pour faire un hospice ;  au 17ème siècle Claude Bouthillier de Chavigny, surintendant des finances de Louis XIII, et sa femme Marie de Bragelogne s’y firent  construire là un immense château, l'une des plus belles demeures de France dont la Grande Mademoiselle garda un souvenir extasié.
Les artistes Philippe de Champaigne et Eustache Lesueur peignirent entièrement l'église. Le Prince de Saxe acheta le château que Napoléon Ier offrit par la suite à sa mère  qui y résida une dizaine d'années. C’est ce château qui disparut dans un incendie et que remplaça la famille Casimir- Périer. La demeure existe toujours  mais est en piteux état.
Tous mes remerciements à Mme Marie-Thérèse Simoutre qui, outre les photos, a si gentiment partagé un peu de la riche histoire de sa commune que j'ai rapidement résumée en forme de clin d'oeil amical...
 
Sources principales :
- http://www.assemblee-nationale.fr
- Wikipedia
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 30 juillet 2019
COPYRIGHT 2010 - 2019 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.