RETOUR LITTERATURE
RETOUR SCIENCES
RENAUDOT Théophraste (1586 - 25 octobre 1653)
Eglise Saint-Germain-l’Auxerrois (Paris)
19 septembre 2012
► Journaliste, médecin et philanthrope français
Etonnant et remarquable parcours pour cet honnête homme qui, à défaut d’en être l’inventeur, contribua largement à l’essor de la presse périodique, instaura les premiers monts-de-piété en France, innova en médecine, etc.
 
En 1612, médecin diplômé de la faculté de Montpellier, il vint à Paris pour y pratiquer son art. Grâce à la protection de Richelieu, il fut nommé médecin et secrétaire de Louis XIII.
Très vite il conçut le projet de fondre un établissement en faveur des pauvres dont le premier ne fut pourtant ouvert qu’en 1630. Son institution se développa rapidement avec des succursales en province. Calquant le modèle italien, il créa des bureaux de « ventes à grâce » où il prêtait sur toutes sortes d’objets à taux très bas. Enfin, dans son office parisienne, il ouvrit un bureau de consultations gratuites et monta un laboratoire de chimie destiné aux élèves de faculté, ce qui ne manqua pas de lui attirer l'animosité virulente des Docteurs Régents.
 
A partir de 1631, il publia un journal hebdomadaire, La Gazette, qui accordait priorité aux nouvelles de l’étranger et qui, dès ses débuts, utilisa le système publicitaire. Par la suite, on y trouva également des comptes rendus de conférences scientifiques tenues à son domicile.
MCP
MCP
Sources principales: Dictionnaire encyclopédique de la littérature française. Ed. Robert Laffont (1999)
(*) commentaire(s)
En 1635, Renaudot prit la rédaction du Mercure français et obtint le privilège royal lui permettant d’interdire à ses concurrents la diffusion de nouvelles. En contrepartie, il fit preuve d’une excessive loyauté à l’égard du pouvoir en ne publiant que des récits conformes aux vues de Richelieu qui, par ailleurs, participait aussi à la rédaction d’articles de façon anonyme.
 
Alors qu’il était au sommet de son activité et de sa célébrité, la faculté de médecine de Paris, qui ne tolérait pas sur sa place des diplômées de province, l’assigna devant la justice avec ses collaborateurs. Le motif ? Exercice illégal de la médecine, croyance en l’efficacité de remèdes chimiques et en la circulation du sang…
 
Sauvé une première fois par la protection de Richelieu, puis par celle de Mazarin, il suivit la Cour à Saint-Germain-en-Laye lors de la première Fronde (1648). On lui supprima sa pension de Commissaire général des pauvres, on ne lui transmettait plus les informations officielles de la France et de l'étranger.
 
Lors de la deuxième Fronde, il refusa la charge de Directeur des Imprimeries et resta à Paris en continuant à défendre le roi. Malgré le retour à l’ordre, la Fronde avait engendré la parution de multiples périodiques privant La Gazette de son exclusivité.
 
On le remercia de sa fidélité avec le poste d’« historiographe du roi » et un logement au Louvre. Frappé à plusieurs reprises d' hémiplégie, pauvre, c’est là qu’il mourut après avoir abandonné la religion protestante pour se convertir au catholicisme.
Sa femme, Marthe Renaudot († 1639), fut  inhumée au cimetière protestant des Saints-Pères.
 
Il avait consacré sa vie à faciliter les relations humaines, à développer l’information, à répandre une nouvelle thérapeutique fondée sur la médication chimique et pourtant ses innovations ne devaient connaître un grand essor qu’en des temps où les structures sociales rendirent à la fois nécessaires et exploitables les institutions qu’il avait créées.
 
En 1926, un hommage lui était rendu en donnant son nom à un prix littéraire fondé par des journalistes et critiques littéraires : le très honorifique et très vendeur prix Théophraste Renaudot.
 
Théophraste Renaudot fut inhumé en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois qui a miraculeusement conservé  sa pierre tombale avec son épitaphe. Ses restes se trouvent peut-être dans l’ossuaire sous les combles de l’église.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 août 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.