RETOUR LITTERATURE
► Poète français
MALHERBE François de (v. 1555 – 6 octobre 1628)
Eglise Saint-Germain-l’Auxerrois (Paris)
28 septembre 2012
Du petit noble natif de Caen au poète le plus en vue de la Cour, on mesure l’accomplissement d’une ambition tenace qui surmonta bien des avanies.
 
En 1577, doté d’une solide éducation d’honnête homme, il entra à dans la petite cour du duc d’Angoulême, bâtard d’Henri II, à Aix. Là, au contact de gentilshommes, d’humanistes et de poètes italiens, il développa son goût pour la littérature en s’exerçant dans des compositions poétiques. A la mort de son protecteur, puis à celle d’Henri III, il vécut une vingtaine d’années dans une relative obscurité entre Caen et Aix.
Sous l’influence d’érudits, sa vocation poétique s’affirma tout en mettant au point sa doctrine : sa première mouture de sa fameuse Consolation à M. du Périer, ainsi que ses premières grandes odes, célébrant la prise de Marseille par les troupes royales, inaugura deux formes caractéristiques de son inspiration, morale et nationale. Son Ode de bienvenue présentée à la future reine, Marie de Médicis, lui valut d’être remarqué et recommandé à Henri IV.
 
Mais le grand virage date de 1605 où, écuyer du roi et gentilhomme de sa chambre, il dut mettre, en contrepartie de ses charges, son talent au service de la monarchie. Dès lors, sa destinée, en même temps que la nature de son œuvre étaient tracées : poète officiel pensionné, il ne cessa de célébrer les grands et petits évènements de la Cour. Si l’on souligne souvent son conformisme religieux et politique on ne peut lui nier un patriotisme sincère et un solide attachement à la monarchie.
Plus que par l'abondance des poèmes, odes ou stances qu'il nous a laissés, c'est la qualité de ses vers qui l'inscrivit au nombre des grands poètes français.
 
Avec l'âge, sa façon d'écrire des vers se modifia : passant de la magnificence à la sobriété, épurant la langue et délaissant les effets pompeux, il devint le "grammairien des poètes", préférant une technique impeccable aux élans de la sensibilité. Il fut l'un des premiers en Provence à écrire ses poèmes en français et non en provençal. Il condamna les archaïsmes, les provincialismes, les mots vulgaires, les dissonances, et abandonna les allusions aux thèmes antiques que les gens simples ne pouvaient comprendre. Il rechercha avec rigueur des rimes sans défaut et bannit les licences admises par les poètes de la Pléiade comme le hiatus et l'enjambement. Il mit au point, au fil de son œuvre, toute une série de règles précises d'agencement des strophes : sizain d'alexandrins, dizain d'octosyllabes (avec ponctuation à la fin du quatrième vers), coupe à l'hémistiche des alexandrins etc…
 
"Enfin Malherbe vint, et, le premier en France,...", ainsi lui rendit hommage Boileau dans une formule devenue célèbre.
 
Reçu dans les salons de la haute société, son succès alla croissant et atteignit son apogée sous la régence de Marie de Médicis durant laquelle il exerça une sorte de royauté de littéraire. Malgré de fervents disciples, on se doute que ce comportement ne lui créa pas que des amis.
 
Lorsque la reine mère se trouva écartée du pouvoir, il tenta bien de trouver un protecteur en un Richelieu à l’ascension évidente, mais le sort lui réservait une fin de vie bien cruelle.
 
Pour avoir tué un homme en duel, le seul fils qui lui restait, Marc-Antoine fut condamné à mort puis gracié avant d’être tué dans un nouveau duel en 1627. Vainement, Malherbe supplia-t-il le roi de châtier le coupable. Brisé par le chagrin et la déception, il mourut l’année suivante. Il avait vécu sous six rois et mourait pauvre.
 
François de Malherbe fut inhumé le lendemain de son décès en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois où il ne reste aucune trace de sa tombe. Ses restes se trouvent peut-être dans l'ossuaire de l'église, sous les combles.
MCP
(*) commentaire(s)
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 18 mars 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.