Blason de Boileau
Texte de la plaque de cuivre fixée à son cercueil
Dans la chapelle du cimetière de Sainte-Chapelle, reposaient auprès de lui :
 
BOILEAU Gilles (1584/1588 - 1657) son père, greffier du conseil de la Grand’Chambre.
BOILEAU Jérôme (vers 1608 - 1679) son frère aîné.
BOILEAU Pierre († 1683) un autre de ses frères.
 
DONGOIS (Gilles) (1636-1708)
Fils d’Anne Boileau, une des sœurs de Nicolas, Gilles Dongois était donc un neveu de notre écrivain. Conseiller et aumônier du roi, il fut aussi chanoine à la Sainte-Chapelle. Chapelain de la chapelle du cimetière, qu’il avait fait réunir à la chapelle basse de la Sainte-Chapelle, il y fut inhumé selon ses vœux.
 
DONGOIS Jean, beau-frère de Nicolas Boileau et père de Gilles Dongois, il fut procureur au Parlement, greffier de la Chambre de l’Edit.
Des membres familiaux collatéraux
 


Sources principales : Lagarde et Michard (XVIIe siècle) - Les 200 cimetières du Vieux Paris de J. Hillairet - Epitaphier du vieux Paris (Tome II)
(*) commentaire(s)
Photo MCP
Photo MCP
Issu d'une longue lignée de juristes, le jeune Boileau-Despréaux (ce nom lui venait d'une terre qui appartenait à sa famille) ne se sentait pourtant aucun goût pour suivre les traces familiales.
 
Dès 1653, il avait écrit des vers et, grâce à son frère Gilles Boileau, avait été introduit dans des cercles mondains et distingués où il put faire ses premières armes en littérature.
En 1657, la mort de son père lui permit, grâce au revenu que lui procura sa part d'héritage, de se sentir à l'abri du besoin: il décida alors de se consacrer à la poésie.
► Ecrivain, poète et critique français
RETOUR LITTERATURE
BOILEAU Nicolas (1636 – 13 mars 1711)
Chapelle basse de la  Sainte-Chapelle puis l’église Saint-Germain-des-Prés (Paris)
Il commença par s’illustrer brillamment avec ses Satires (livres I à VII, publiés en 1666 et VIII/IX en 1668) dans lesquelles il s'attaquait en particulier aux auteurs de son temps en sapant les réputations usurpées auprès du public. Quelques belles inimitiés en naquirent… Mais homme sincère, honnête et dévoué envers ses amis, il comptait parmi eux Racine, Furetière, Molière, etc.
 
Cependant, dès 1669,  tout en conservant sa verve, il renonça à  ce genre littéraire pour travailler à la composition d'un Art poétique (1674).
1674. Grande année pour Boileau qui publia aussi les Épîtres (I à IV), le Lutrin (chants I à IV), poème héroïcomique parodiant la tragédie et l'épopée, et le Traité du Sublime, traduction d'un ouvrage de rhétorique attribué à Longin.
 
Ces années d'intense production furent couronnées par la reconnaissance officielle: en 1677,  en même temps que Racine, il reçut la charge honorifique et très lucrative d'historiographe du roi.
En 1684, il fut élu à l’Académie française. Entre-temps, il avait publié les Épîtres VI à IX (1683), et les chants V et VI du Lutrin (1683).
 
Parvenu au faîte des honneurs, Boileau retrouva son ardeur polémique en devenant le chef de file des Anciens dans la célèbre querelle des Anciens et des Modernes qui l'opposa au Moderne Charles Perrault. Finalement les deux se réconcilièrent grâce à Antoine Arnauld, chef charismatique des jansénistes, mouvement qui inspira Boileau, particulièrement  pour sa dernière Épître (1698)  contre les Jésuites.
 
Son rôle de critique fut considérable. Boileau avait la dent dure et aucun des écrivains de son temps qu’il condamna ne  fut vraiment réhabilité ; mais le méritaient-ils ?    L’ensemble de son œuvre en fit  le grand théoricien de l’art classique au 17ème siècle.
 
L’âge venant, outre les faiblesses dues à la vieillesse, il devint infirme. Alors, il ne s’occupa plus guère que de cultiver son jardin (dans lequel on planta l’un des premiers marronniers qui furent importés des Indes au 17ème siècle), de jouer aux quilles et de recevoir quelques amis. Il mourut au cloître Notre-Dame chez le chanoine Lenoir, son confesseur.  Après les vêpres des morts chantées en sa paroisse de St-Jean-Le –Rond.
 
Nicolas Boileau fut d’abord inhumé dans la "chapelle du cimetière" de la Sainte-Chapelle où reposaient différents membres de sa famille. Le hasard plaça sa dépouille juste au-dessous du lutrin qu’il avait chanté dans des œuvres citées ci-dessus et bien sûr le Lutrin. Sur une longue pierre étaient gravés  en latin les noms, qualités et dates de décès des différentes personnes qui reposaient là.  Pas de tombeau, mais un cercueil de plomb avec une plaque de cuivre pour l'identifier, telle était sa sépulture.
A l’entrée de la chapelle on pouvait y voir les armoiries familiales.
Ses restes furent exhumés le 4 février 1800 et portés par Alexandre Lenoir au musée des Monuments français. Son cercueil de plomb étant en très mauvais état, Lenoir les déposa lui-même dans un coffre en bois de chêne qui fut scellé en sa présence et sur lequel on fixa la plaque de cuivre détachée de l’ancien cercueil.
 
En 1819, en même temps que ceux de dom Mabillon, dom Montfaucon et Descartes, ses restes furent transférés dans sa dernière demeure par le Préfet de la Seine qui était l’un de ses descendants. Le coffre se trouve au pied de la plaque funéraire qui rappelle son transfert.
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 16 mai 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.