RETOUR  SECONDE GUERRE MONDIALE
RETOUR Ve RÉPUBLIQUE
BÉNOUVILLE Pierre de (1914 – 4 décembre 2001)
Cimetière de Passy, 9ème division (Paris)
CAMARET Michel de (1915 – 27 juin 1987)
MCP
MCP
D’abord militant à l’Action Française, dès sa démobilisation, en 1940, il chercha à rejoindre l’Afrique du Nord et parvint en Algérie en 1941. Arrêté par la police de Vichy, évadé et repris, il resta en détention à Alger d’où il s’évada en mai 1942. Il rejoignit Londres et intégra les Forces aériennes françaises libres (FAFL). Incorporé chez les parachutistes, dans la nuit du 7 au 8 juin 1944, il sauta en France dans le cadre d’une mission de sabotage délicat (déraillement d’un train de DCA dans un tunnel gardé par les Allemands). Rejoignant une base du maquis morbihannais, combattant acharné, il se révéla un chef et un entraîneur d’hommes de premier ordre et assura un excellent travail de sabotage et de harcèlement des troupes d’occupation. Parachuté en Hollande avec son groupe, ses attaques aussi redoutables qu’efficaces lui valurent les félicitations enthousiastes du commandement canadien.
Démobilisé, il se lança dans une carrière diplomatique qu’il termina comme ambassadeur en Birmanie (1979). En 1984, il fut élu représentant à l’Assemblée européenne sur la liste du Front national.
CASTELLANE Jehan de (1905 - 1986)
Dirigeant du MSR sous l'Occupation.
Sources principales :
- Pierre de Bénouville : Wikipedia
- Michel de Camaret : http://www.ordredelaliberation.fr/
(*) commentaire(s)
27 octobre 2012
Militant aux Camelots du Roi, organisation royaliste et mouvement de jeunesse de l’Action française, puis un temps proche de la Cagoule dont il fréquenta les chefs, en 1936, il partit en Espagne combattre aux côtés des Requetés carlistes, avec son ami Michel de Camaret.
 
Néanmoins, nationaliste intransigeant, à la signature des accords de Munich auxquels il s’opposait,  il rompit avec l’Action Française.
Mobilisé en 1939, fait prisonnier par les troupes allemandes, il s’évada en décembre 1940.
Après avoir été pétainiste, il tenta de rejoindre les Forces françaises libres en Afrique du Nord mais fut arrêté par la police du régime de Vichy. Renvoyé devant le tribunal militaire de Toulon qui l’acquitta, il rallia alors la Résistance française, d'abord le mouvement Radio-Patrie, puis s'engagea complètement à Combat où il aida son ami François Mitterrand à tisser son réseau de résistance.
Membre du comité directeur des Mouvements Unis de la Résistance (MUR), en parallèle de sa charge, il s'impliqua personnellement, sous le nom de code de Barrès, dans la mise en place des contacts entre les mouvements de Résistance intérieure et la France libre.
 
Forcé de fuir la France pour échapper à la Gestapo, en avril 1944 il rejoignit Alger puis combattit en Italie, les mois suivants. Revenu à Alger, où il dirige le bureau FFI au sein du GPRA, il fut promu général de brigade par le général de Gaulle. Fait Compagnon de la Libération, Bénouville s'engagea dès la fin de la guerre en politique aux côtés de De Gaulle.
Par la suite, ce catholique traditionaliste, fidèle de Mgr Lefebvre, ne reniera jamais ses convictions royalistes de sa jeunesse.
 
A cause de ses relations difficiles avec Jean Moulin,  un temps il fut mis en cause dans l’arrestation de ce dernier à Caluire. Le motif aurait été calcul politique. René Hardy, un de ses principaux accusateurs, se rétracta peu avant sa mort dans une lettre d'excuses.
 
Il fut membre du Conseil de Direction du RPF en 1949, député gaulliste d'Ille-et-Vilaine entre 1951 et 1956, et de 1958 à 1962, puis de l’actuelle huitième circonscription de Paris en 1988 entre 1970 et 1993.
Favorable à l'Algérie française, il fut  exclu de l'UNR et se présenta sans succès aux élections législatives à Nice sous l'étiquette CPDM, mouvement centriste d'opposition au général de Gaulle.
 
En 1970, il réintégra l’UDR comme candidat aux législatives dans le 12e arrondissement de Paris à la demande de Georges Pompidou. En 1981, à l'Assemblée Nationale il soutint la promesse du candidat socialiste d'amnistie et de réintégration des généraux rebelles de l'Algérie française et fut le principal soutien de François Mitterrand  mis en cause par deux fois pour son attitude pendant la guerre.
 
Parallèlement, il mena une carrière dans le secteur privé comme administrateur de plusieurs sociétés : les éditions Robert Laffont, les établissements Gaumont et surtout la société Dassault-Bréguet. Il fut directeur du journal Jours de France de 1954 à 1967, puis président-directeur général de la société éditrice.
 
Pierre de Bénouville fut inhumé au cimetière de Passy dans un premier caveau d’où il fut exhumé pour rejoindre celui qu’il avait fait faire spécialement pour y recevoir, outre lui-même, ses deux fidèles amis, Michel de Camaret et Jehan de Castellane, qui l’avaient précédé dans la tombe.
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
-Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 28 mai 2020
COPYRIGHT 2010 - 2020 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.