En 1901, à Atuona, sur l'île de Hiva Oa, il lui semblait être au paradis. Il déchanta rapidement en se rendant compte des abus des autorités sur les indigènes dont il prit la défense. Affaibli, il était fatigué de lutter. Le matin du 8 mai, il fit appeler un pasteur. Malgré ses douleurs, il semblait heureux de discuter. Le pasteur le quitta.
A onze heures, l'ami de Gauguin, Tioka, plus fidèle et affectionné que ses domestiques, vint le visiter. Selon la coutume polynésienne, il annonça son arrivée en appelant : « Koke, Koke ». Ayant attendu en vain la permission d'entrer, il monta l'escalier et découvrit Gauguin étendu sur le rebord du lit, une jambe pendant à l'extérieur.
S’étant assuré de son décès, Tioka entonna alors une lamentation funèbre. Sur la table se trouvait une petite fiole vide. Gauguin a-t-il pris une dose trop forte de laudanum ? Ou s'agit-il d'une fiole vide depuis longtemps ? Nous n'en savons rien.
 
Bientôt la petite chambre fut pleine de curieux plus ou moins sincèrement affligés. L’évêque aussi était là pour s’assurer que Gauguin, catholique par le baptême, n'irait pas dans la tombe comme un païen. La réglementation en vigueur prescrivait l'inhumation dans les 24 heures. Le lendemain, on déposa sa dépouille dans un cercueil grossier fabriqué en hâte qu’on mena dans la terre rouge et volcanique du cimetière catholique sur la colline de Hueakihi, au-dessus d'Atuona. D’une façon générale Gauguin ne laissait pas un bon souvenir.
A l'exception des quatre fossoyeurs, une seule personne prit la peine de gravir la pente abrupte dans la chaleur du jour.
L’administrateur de ses biens conclut que le passif excéderait de beaucoup l’actif et que les quelques tableaux du défunt, peintre décadent, avait peu de chance de trouver amateur…
 
Peintre majeur du 19ème siècle, l'ensemble de son œuvre allait influencer l'évolution de la peinture du 20ème siècle, notamment le fauvisme et les Nabis.
► Peintre français
Il se sépara de son épouse danoise et de ses cinq enfants qu’il laissa chez ses beaux-parents à Copenhague et partit tenter l’aventure du canal de Panama. Une somme suffisante en poche, il gagna la Martinique dont la lumière et les couleurs l’enthousiasmèrent. Finalement, malade et sans un sou, il revint en France où, après un passage à Paris, il se retira à Pont-Aven où il s’était déjà inspirer de l’authenticité de l’art local. Devenu le chef de file d’un cercle de peintres d’avant-garde, l'Ecole de Pont-Aven, sa nouvelle forme d’expression fut vivement controversée.
Fortement impressionné par le cloisonnisme, un nouveau style élaboré par son ami Emile Bernard, avec cette technique,  il peignit  sa Vision après sermon ou lutte de Jacob (1888). La perspective et la notion d’espace disparaissaient au profit des effets chromatiques.
La danse des quatre bretonnes (1888) Neue Pinakothek - Munich
Vision après sermon ou lutte de Jacob (1888). National Gallery d'Edimbourg
En 1888, il partit rejoindre Vincent Van Gogh à Arles avec lequel il découvrit les estampes japonaises. Ensemble, ils peignirent la série des Alyscamps. Mais leurs conceptions étaient trop divergentes et leurs sensibilités trop exacerbées. Dépressifs, leur cohabitation tourna mal et se termina sur le fameux épisode de l'oreille coupée de Van Gogh.
De retour en Bretagne, il réalisa le portrait fascinant et bouleversant de Van Gogh peignant les tournesols (1889).
Van Gogh peignant les tournesols (1889). Rijksmuseum Vincent Van  Gogh d’Amsterdam.
Il était ruiné. Mais grâce à des articles dithyrambiques et la vente de ses toiles, il s’embarqua pour Tahiti y réaliser son rêve « d’un studio des tropiques ». Il ne revint en France qu’une seule fois.
A travers les impressions de cet univers exotique et de cette nouvelle culture, Gauguin trouva enfin son style définitif.
Son œuvre gagna en force. Il réalisa des sculptures sur bois et surtout peignit  ses plus beaux tableaux empreints de lyrisme, de sérénité et d’harmonie notamment son œuvre majeure, parfois regardée comme sa confession artistique et qu'il considérait lui-même comme son testament pictural: D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?
Mais après quelques années de bonheur, des soucis administratifs et plus personnels (mort de sa fille Aline, la préférée de ses enfants) le minèrent. Des problèmes de santé s’en mêlèrent.  Il déprimait et tenta  de se suicider. Ce fut le départ pour les îles Marquises afin de retrouver l'inspiration.
D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? (1897) Museum of Fine Arts de Boston
http://laurentmuriel.unblog.fr/
Près de la tombe, une réplique d’un bronze que l’artiste nomma « Oviri » (sauvage) symbole des valeurs qu’il était venu chercher aux Marquises.  http://laurentmuriel.unblog.fr/
http://www.hoarau.org/polynesie/hivaoa.htm
(*) commentaire(s)
6 janvier 2013
RETOUR BEAUX-ARTS
GAUGUIN Paul (1848 – 8 mai 1903)
Cimetière d'Atuona sur l'île de Hiva Oa, archipel des Marquises (Polynésie française)
Marine nationale, agent de change à la Bourse, tous les chemins peuvent mener à la postérité à condition d’avoir du talent ce dont ne manquait pas Gauguin.
 
Après avoir fait la connaissance de Camille Pissarro, il devint amateur d'art en collectionnant des tableaux,  s'essaya à la peinture et exposa plusieurs fois avec les impressionnistes.
Abandonnant ses anciens emplois, en 1882,  il se consacra alors à sa nouvelle carrière. Mais échanger une vie bourgeoise contre celle d’un artiste dont le travail ne permettait de vivre était difficile.
Chercher
THEMES 
ACCUEIL
DE A à Z 
CONTACT
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 10 décembre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.