RETOUR LITTÉRATURE
Fils d’un propriétaire de vignobles dans le Bordelais où il naquit, toute son œuvre fut marquée par sa province, ses landes, ses vignes. Mais pas seulement. Façonné par le milieu de la bourgeoisie de Bordeaux, jusqu’à la fin de ses jours, il subit également l’influence persistante de l’éducation religieuse stricte que lui dispensèrent sa mère, veuve très tôt, et les marianistes du collège qu’il fréquenta.
 
Persuadé pendant  un temps, qu’il était plus doué pour la poésie que pour la prose, il publia trois recueils de poèmes : Adieu à l’adolescence (1911), Orages (1925) et Le Sang d’Atys (1940) où se révéla une contradiction, majeure dans son œuvre, entre le sens et le  péché, contradiction dont il analysa les « vertus » pour un écrivain.
MCP
MCP
MCP
LE RAY Alain (1910 – 2007)
Cimetière de Vémars (Val-d’Oise)
Passionné de montagne et d’alpinisme, il commença à grimper dès l’âge de treize et s’initia très vite aux techniques de l’escalade moderne.
Officier d’active, il se battit le 10 mai 1940 sur l’Ourcq avec le 159e Régiment d’Infanterie Alpine. Cité au combat, blessé, il fut fait prisonnier et réussit à s’évader le 11 avril 1941 de la forteresse de Coldtiz en Saxe où étaient enfermés les officiers alliés récidivistes de l’évasion.
De retour en France, il intégra l’armée d’armistice avant de rejoindre la Résistance sous les noms de « Rouvier » et de « Bastide ». Premier chef du maquis du Vercors, qu’il transforma en bastion de la Résistance et en une plate-forme de recueil des jeunes gens réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO) et de préparation à la venue de forces aéroportées alliées.
Commandant des FFI de l'Isère en 1944, il organisa la libération du département en liaison avec les forces alliées.et chef des FFI de l’Isère
Durant l’hiver 44-45 et jusqu’en avril 1945, à la tête de la 7ème demi-brigade de chasseurs alpins, il livra de violents combats en Maurienne jusque sur les hauteurs du Mont-Cenis, face aux Allemands en déroute.
En 1951, devenu lieutenant-colonel, il participa à la campagne d’Indochine (1953-1954). En Algérie, il fut chef d’état-major de la division parachutiste de 1956 à 1958, avant d’être attaché militaire et des forces armées près l’ambassadeur de France à Bonn. Nommé général de brigade en 1961 et, en 1962, commandant de la 27e division alpine en Grande Kabylie, il fut promu général de corps d’armée en 1968, avant de prendre sa retraite deux ans plus tard.
Cet homme des montagnes fut également administrateur du parc national des Écrins de 1973 à 1981.
 
Marié à Luce Mauriac, fille de l’écrivain François Mauriac, après ses obsèques aux Invalides, Alain Le Ray fut inhumé dans le caveau de sa belle-famille.
MCP
MCP
A une tombe d’intervalle de celle de François Mauriac, se situe la sépulture de membres de la famille Gay-Lussac de la belle-sœur de l’écrivain (sœur de Mme Mauriac) où repose l'écrivain :
 
GAY-LUSSAC Bruno (1918 – 1995)
Cimetière de Vémars (Val-d’Oise)
Arrière-petit-fils du célèbre chimiste Louis Joseph Gay-Lussac et neveu de François Mauriac, il fit des études de philosophie et de droit et travailla dans une compagnie de navigation maritime avant de devenir un auteur à succès de nombreux romans et récits, la plupart édités chez Gallimard.
Premier plan: tombe des Mauriac et, en second plan, sur la gauche, celle des Gay-Lussac. MCP
Photo Yvette Gauthier (Flickr)
(*) commentaire(s)
12 février 2013
Cependant si son œuvre ne se divise pas, si surgissent dans ces drames les grands thèmes du désir, de la solitude des âmes desséchées par l’absence de Dieu, ou illuminés par sa présence, c’est surtout dans ses romans qu’on trouve les meilleurs regards sur l’âme humaine.
A moins de trente ans, Mauriac se plaçait parmi les meilleurs romanciers de sa génération. A partir de 1923, son œuvre développa les ambiguïtés tragiques de l’humain avec une ampleur de plus en plis envoûtante : Genitrix (1923), Thérèse Desqueyroux (1927) et sa suite Le Nœud de vipères (1932), L’Agneau (1954), Un adolescent d’autrefois (1969), etc.
On lui doit aussi plusieurs essais par lesquels il précisait comment il vivait le christianisme et le catholicisme.
 
Créateur de personnages pris dans les filets d’une condition contre laquelle ils se débattent, on comprend qu’il se soit engagé dans des combats politiques lorsqu’à ses yeux une certaine éthique de l’homme fut remise en cause par les totalitarismes qui méprisaient la charité et la fraternité évangéliques.
Il participa aux mouvements antifascistes avant la seconde Guerre mondiale, soutint par la plume les républicains espagnols, participa à la Résistance. Dans la clandestinité,  sous le pseudonyme de Forez, il fit paraître Le Cahier noir où il exprimait son horreur du nazisme.
De même, à la Libération, il s’insurgea contre les abus de l’épuration et fit partie de ceux qui demandèrent vainement la grâce de Robert Brasillach. Il y eut d'autres cas qui lui valurent son surnom de "saint François des Assises". Dans la même veine, il lutta contre les guerres coloniales et les tortures.
 
Il consigna toutes prises de positions et ses réflexions d’abor dans son Journal puis dans ses célèbres Bloc-Notes qu'il donna à L’Express et au Figaro littéraire sous des titres différents. Il y faisait preuve d’un talent de polémiste, d’une ironie mordante et d’un humour cruel dont souvent ses adversaires eurent du mal à se relever.
Rallié à la Ve République, le vieux monsieur prit de la distance évoquant la nostalgie des amis disparus. Il savait que quand la copie est remise on ne peut plus y reprendre.Pour ceux qui l’aurait oublié, outre de récipiendaire de nombreux honneurs, il fut reçut à l’Académie française dès 1933 et fut lauréat du Prix Nobel de Littérature en 1952.
 
Mort à Paris, François Mauriac fut inhumé dans le petit cimetière de Vémars dont il avait racheté le château de La Motte (actuelle mairie) appartenant autrefois à la famille de sa femme, Jeanne Lafon et où il résidait souvent.
Avec lui reposent sa femme; sa fille, Claire Wiazemsky ; Caroline Mauriac, l’épouse de leur fils, Jean Mauriac, toujours vivant ; mais aussi sa fille Luce et son gendre le général Alain Le Ray.
 
La présence familiale ne s'arrête pas à ces deux personnalités: à une tombe d'intervalle sont inhumés des membres de la famille Gay-Lussac, dont Bruno Gay-Lussac.
► Ecrivain français
MAURIAC François (1885 – 1er septembre 1970)
Cimetière de Vémars (Val-d’Oise)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 19 octobre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.