RETOUR THÉÂTRE
Merci à Michel Schreiber pour cette photo et la suivante
OTERO Caroline (1868 – 10 avril 1965)
Cimetière de l’Est de Nice (Alpes-Maritimes)
► Danseuse et courtisane espagnole
Marquée par une enfance et une adolescence misérables et violentes, après avoir danser dans les rues et les auberges, Caroline arriva à Paris en 1889, la veille de l’inauguration de l’Exposition universelle. Ses débuts en 1890, lui valurent de suite le qualificatif de « Belle » indissociablement lié à son nom. Le triomphe international arriva en 1891 grâce à une longue tournée aux États-Unis au succès habilement préparé par son agent – et amant –Jurgens. Quitté par la danseuse en 1895, il se suicida comme le firent d’autres amants délaissés de Caroline qui devint la « sirène des suicides ». Cette mort contribua à sa renommée de femme fatale.
 
Vedette des Folies-Bergère, dotée d’un charmant mélange de sensualité, candeur et veine comique, elle  revendiquait son statut d’artiste face aux « femmes spectacle », comme la détestée Liane de Pougy, sa grande rivale.
Merci à Sergueï Diyakonov pour cette photo
23 décembre 2013
Vouant son art à la ruine des hommes, Caroline cherchait à se venger d’un passé douloureux. Victime d’un viol impuni lorsqu’elle était enfant, qui lui avait valu d’être chassée par sa mère et de mener une vie errante en dansant et en se prostituant dans de petites auberges de province. Sa stérilité aussi, provoquée à l’adolescence par un avortement auquel l’avait forcée son amant et proxénète. Dans une société qui adorait « la Femme » sans aimer « les femmes » et qui divisait la gent féminine en trois catégories, la vierge, l’épouse et la prostituée, la Belle Otero utilisa le seul moyen qui lui était permis pour sa vengeance, la séduction. Elle atteignit son but, non seulement par sa beauté, mais aussi par la sensualité sauvage d’une véritable « panthère en chaleur » (selon Jacques Sigurd) que sa danse révélait.
Des rois, des aristocrates, des financiers, des écrivains et des ministres, tel qu'Aristide Briand, succombèrent.
 
Quadragénaire, pour laisser d’elle le souvenir d’une femme encore jeune et désirable, elle  quitta les planches et prit sa retraite à Nice où elle acquit un superbe manoir. Mais tenaillée par le démon du jeu, sa fortune fut vite engloutie par les casinos.
Elle termina ses jours dans un petit hôtel près de la gare dont le directeur du casino de Monte-Carlo, apprenant ses difficultés financières, décida  par la suite de payer son loyer et de lui verser une pension jusqu’à sa mort. Transformé en résidence, cet hôtel porte dorénavant son nom.
Oubliée et  pauvre, celle qui avait été une reine de la Belle Epoque, avait fait tourner la tête aux plus grands et avait amassé une énorme fortune  se suicida au gaz à l’âge de quatre-vingt-seize ans.  
Caroline Otero fut d’abord inhumée au cimetière de la Caucade de Nice avant de trouver une nouvelle tombe au cimetière de l’Est.
Source principale : http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=1140
(*) commentaire(s)
A une époque où la fièvre de l’exotisme parcourait l’Europe en influençant tous les arts, dont le divertissement et la danse, l’Espagne exerçait un très fort pouvoir d’attraction, notamment sous le Second Empire, grâce à  Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III et animatrice de la « fête impériale ». De nombreux artistes ibériques, en quête de célébrité, tentaient leur chance en France.
 
C’est ainsi que  Mariquita (1830-1922), danseuse espagnole et chorégraphe au Théâtre de la Gaîté, aux Folies-Bergère et à l’Opéra Comique, s’occupait de l’entraînement des danseuses et des demi-mondaines qui débutaient sur la scène parisienne. Parmi ses élèves figurèrent Liane de Pougy, Emilienne d’Alençon et la Belle Otero qui, contrairement à ses deux rivales en galanterie, possédait un véritable talent de danseuse cultivé en autodidacte dès son enfance.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 28 juillet 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.