RETOUR IIIe REPUBLIQUE
GAMBETTA Léon (1838 – 31 décembre 1882)
Cimetière du château de Nice (Alpes-Maritimes)
Avocat depuis 1861, ce furent surtout sa faconde et sa puissance verbale qui le sortirent de l’anonymat.
En 1868, sa plaidoirie lors du procès du journaliste Charles Delescluze fut un tel réquisitoire contre le Second Empire qu’elle le consacra chef du parti Républicain.
 
Elu député à Paris puis à Marseille, sa stature massive et son visage pesant le rendirent rapidement populaire.
Le 4 septembre 1870, trois jours après la défaite de Sedan, qui vit la chute de Napoléon III, dans une harangue enflammée à l’Hôtel de Ville, il déclara la République instaurée et devint ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de la Défense nationale.
Soucieux de la cohésion nationale, pour rendre autorité et énergie à la délégation du gouvernement réfugiée à Tours, il décida de la rejoindre en ballon (7 oct. 1870). Egalement ministre de la Guerre, il organisa la résistance et s'insurgea violemment contre le défaitisme, s'opposant ainsi à Adolphe Thiers qui souhaitait négocier la paix et qui eut le dernier mot.
 
Mis en échec, forcé de démissionner, les élections complémentaires du 2 juillet 1871 lui rendirent une place à l'Assemblée nationale qui siégeait à Versailles. Bien que les dissensions avec Thiers s’estompassent, mal à l'aise dans une chambre qui lui était en majorité hostile, il porta ses efforts surtout devant l'opinion publique. Fondateur et directeur de La République française, il se dépensa sans compter pour se faire en province « le commis voyageur » de l'idée républicaine.
 
Thiers démissionnaire et Mac-Mahon s'efforçant de faire prévaloir une politique conservatrice et de rétablir l'Ordre moral, Gambetta s'entendit avec le centre orléaniste et les républicains modérés. Appuyant l’amendement Wallon, le 30 janvier 1875, le terme de "république" était introduit dans la Constitution. De même, il contribua au vote des lois constitutionnelles de 1875.
 
Chef de l’opposition, à coups de consultations électorales les Républicains obtinrent que le président de la République ne puisse plus en appeler au pays contre l'Assemblée et que le gouvernement soit directement responsable devant les Chambres.
Après la démission de Mac-Mahon,  il contribua à l’élection de Jules Grévy et accepta la présidence de la Chambre. Pour des raisons d'antipathie personnelle, Jules Grévy s'était refusé à choisir Gambetta comme président du Conseil. Quand il se décida, les années avaient usé le tribun. C’était homme prématurément vieilli qui accédait au pouvoir en novembre 1881 et qui ne put résister à la coalition de ses opposants. Son rêve d’unité nationale avait vécu. Démissionnaire, son ministère n’avait duré que soixante-douze jours.  
 
Retiré dans sa maison, les Jardies, à Ville-d’Avray, il devait y mourir onze  mois plus tard victime probablement des suites d'une pérityphlite, jugée inopérable, et  découlant peut-être d'un cancer de l'intestin ou de l'estomac.
Bibliothèque de l'Assemblée nationale.
Le 6 janvier 1883, les funérailles parisiennes de Gambetta rassemblèrent des dizaines de milliers de curieux se pressant le long du cortège funèbre qui avait pris des airs de défilé du 14 juillet. Des petits malins louaient des chaises, des vendeurs à la sauvette proposaient des bouquets d'immortelles. Un astucieux vendait des galettes « Gambetta » ou « du croquemort ». Tous les arbres et les lampadaires étaient colonisés par les enfants.
Le bocal de l'oeil de Gambetta © MCHM
Masque mortuaire de Gambetta © MCHM
Après les obsèques nationales, Léon Gambetta fut inhumé près de sa mère au cimetière du Château de Nice, emplacement où il resta jusqu’en avril 1909 date à laquelle il déménagea dans sa nouvelle  tombe ornée d’un monument estimé digne de lui. Dans le cadre de vérification de la dépouille, on ouvrit le cercueil et là, surprise ! Sa tête, dit-on, avait disparu !
 
Son cœur, déposé par Paul Bert dans le socle du monument dédié à Gambetta aux Jardies, fut transféré le 11 novembre 1920 au Panthéon de Paris qu'il détestait. Placé dans une urne déposée dans une niche de l'escalier est, il domine la crypte où reposent Voltaire et Rousseau.
Sépulture de Gambetta au cimetière du Château de Nice © Zenith
29 janvier 2014
Qui dans cette foule pouvait imaginer qu’il manquait le cerveau, une partie du bras droit, un œil, les entrailles et le cœur à la dépouille passant devant eux !
Autant de morceaux de Gambetta emportés à titre de souvenir par les médecins préposés à l'autopsie…
 
Incroyable mais vrai, l’autopsie et l’embaument de Léon valent d’être narrés.
 
Pour la première fois dans l’histoire de la médecine, le dénommé Baudriant, à qui fut confié l’embaumement, décida d’utiliser du formol pour la conservation du corps déjà en état de décomposition. Pour injecter le produit, fallait-il encore saisir la carotide difficile à trouver à cause de l’embonpoint de leur client. Le temps passant, l’appétit venant pourquoi ne pas rejoindre les médecins qu’ils entendaient ripailler au rez-de-chaussée ? Mais ces derniers refusant la présence de l’embaumeur et de son aide, vexés, ils partirent déjeuner ailleurs en enfermant le cadavre à double tour derrière eux.
Et les médecins, une fois rassasiés, de trouver porte close ! Contraints d’attendre le bon vouloir de l’embaumeur, qui sciemment savourait son repas sans se presser, les légistes attendirent plusieurs heures avant d’entamer l’autopsie du défunt.
 
Son cerveau, dont le poids fut regardé comme celui d’un « crétin », fut mis dans une boîte déposée au musée d'anthropologie comparée du professeur Broca.
Avant de refermer le corps, les médecins s'emparent chacun d'une relique de l'homme d'État. Paul Bert s’octroya le cœur qu'il emballa dans du papier journal, un autre opta pour une partie du bras droit et un troisième ne résista pas aux entrailles. Bref, l’embaumeur récupéra un corps en lambeaux !
 
En 1867, Gambetta avait eu l’œil droit percé par un éclat d'acier et depuis était borgne. Cet œil est toujours conservé par le musée Henri Martin de Cahors, sa ville natale, qui détient aussi son maque mortuaire.
Le cortège quittant le Palais Bourbon
Merci à Michel Schreiber pour la photo
© MCP
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 20 octobre 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.