► Marionnettiste français  
Si notre enfance nous a appris que Geppetto était le papa de Pinocchio, qui se souvient vraiment du nom du père de Guignol ?
 
Célébré à  Lyon, sa ville natale, ou encore à Vienne où il vécut aussi et mourut, la renommée de sa création a depuis longtemps dépassé le souvenir du nom de son géniteur dans la mémoire des Français.  
Né dans une famille de canuts (ouvriers tisserands en soierie) à une époque où le métier rencontrait les pires difficultés pour nourrir les siens, Laurent, victime comme tant d’autres de la violence révolutionnaire qui s’abattit sur  Lyon, abandonna le tissage pour exercer d’autres gagne-pains dont celui d’arracheurs de dents (1798). Comme il était de coutume chez les colporteurs, il attirait le client par une animation notamment un spectacle de marionnettes inspiré du théâtre italien.
 
Plus intéressé par le théâtre que par l’art dentaire, la révélation vint en 1804 à l’occasion d’un pique-nique bien arrosé. Un marionnettiste italien, Signor Flavio, lui emprunta ses marionnettes qu’il fit vivre en racontant des histoires drôles. Laurent admirait celui qu’on appelait Jean, ou Chignol parce qu’il venait de la ville de Chignolo.  
 
Exit la tenaille pour se consacrer exclusivement à ses poupées animées. Il s’installa dans un castelet rudimentaire où il improvisait une partie du spectacle à partir de l’actualité et le reste à partir de thèmes de la Commedia de l’Arte. Avec Polichinelle,  l’esprit frondeur et satirique de Guignol était né bien avant la création du personnage lui-même.
 
S’inspirant de son adjoint et complice, Lambert Grégoire Ladré, dit le père Thomas, comédien, amuseur public, expert en calembours et railleries à la voix de stentor, Laurent créa son premier personnage : Gnafron (du lyonnais gnafre : cordonnier ) plein de faconde, de gaîté et de truculence dont le nez rouge boursouflé témoignait de l’ amour immodéré pour le Beaujolais de sa « muse ».
Entre 1805 et 1808, il inventa son propre personnage, Guignol, dont les comportements ressemblaient si bien à ceux des canuts et qu’il habillait comme eux en le coiffant d'un catogan tressé qui empêchait les cheveux de se prendre dans les fils du métier à tisser.
Contestataire, héros des petites gens clamant l'injustice sociale, égratignant de sa gouaille intarissable les bourgeois comme les autorités régionales ou nationales, son savoureux accent, son esprit frondeur, son impertinence et sa fougue bon enfant le rendirent rapidement attachant et populaire. Ce n'est que bien plus tard que le personnage fut détourné pour s'adresser aux enfants.
Puis Mourguet ajouta une femme (sa "fenotte") à Guignol : Madelon.Vinrent ensuite Toinon, la femme de Gnafron ; Cadet et le gendarme.
Après avoir renoué avec la tradition ambulante dans toute la région lyonnaise avec sa famille et fait jouer à Guignol les Jocrisse, Mourguet changea de registre en ouvrant son premier « théâtre de Guignol » en 1810. Sa première véritable troupe de marionnettistes date de 1820. Avec les années, le répertoire de Guignol s’étoffa agrémenté d’improvisations.
 
Installé à Vienne, où il jouait de plus en plus souvent, il y prit sa retraite en 1840 laissant à deux de ses dix enfants le soin de reprendre flambeau qui continua à se transmettre sur plusieurs générations notamment avec Jean-Guy Mourguet (1929-2012) dont les cendres reposent au cimetière de Brindas (Rhône) près d’autres familles de marionnettistes : les Neichthauser, les Josserand, les Fouard, etc...
 
Il décéda au 43 de la rue des Clercs, petit immeuble où son souvenir est rappelé par une plaque commémorative. Sur le registre de décès son épouse, Jeanne Esterle, fit inscrire « Laurent Mourguet, Saltimbanque ». Elle le rejoignit dans la tombe l'année suivante († 1845).
http://castelbou.free.fr/texte/traceguignol.htm
© http://danielle38.tumblr.com/post/12466034303/laurent-mourguet-papa-de-guignol-et-gnafron-a
Il n’y a aucune certitude quant au lieu de sépulture de Laurent Mourguet. Néanmoins, une sérieuse piste existe et qui reste la plus probable s’il fut bien inhumé à Vienne.
Jouxtant l’ancienne abbaye de Saint-André-le-Haut, il existait un cimetière, « Le Clos », qui couvrait une partie de la colline Sainte-Blandine. Après la Révolution, la vente du domaine et la disparition des petits cimetières paroissiaux, la municipalité décida d’étendre ce cimetière sur toute la colline. Il devint le cimetière de Pipet qui existait donc à la mort de Mourguet. Bien évidemment, depuis 1844, le lieu a subi de nombreuses transformations et relèves.
Lambert Grégoire Ladré, dit le Père Thomas (1770 -1835)
Ecole de Médecine de Lyon (Rhône)
© 2012 Castelbou www.castelbou.net
Originaire de Givet dans les Ardennes, il avait débuté sa carrière armé d'une trompette et d'un violon. Il chantait des chansons populaires qu'il réadaptait le plus souvent à sa sauce, et dans lesquelles il glissait des dialogues de bonnes femmes. Il s'était rendu très célèbre avec une chanson, La Bourbonnaise, que le populaire avait tourné contre la Du Barry. On ignore les raisons de sa venue à Lyon où il exerçait ses talents de comédien, grimacier, de violoniste, d’amuseur public, etc.
Tout le monde connaissait le Père Thomas, sa bonhommie et ses plaisanteries. Devenu l’ami et le complice de Mourguet, il jouait et chantait pour attirer les clients et donnait la réplique à la marionnette de Polichinelle avant la création de Guignol.
Inspirateur de Gnafron, Léon Boitel dans son Lyon vu de Fourvière (1833) écrit : « C’est le Molière des ouvriers et des cuisinières, des conscrits et des bonnes d’enfants. Il représente le peuple à lui tout seul, il le résume en sa personne [...].
Mais à cause de son penchant prononcé pour le Beaujolais, la cohabitation entre les deux hommes se compliqua.
 
Durant l'hiver glacial de 1835, les derniers jours de Thomas furent douloureux. Les émeutes de 1831 et 1834 avaient renforcé considérablement les forces de police. Bateleurs, forains, camelots et saltimbanques n'avaient plus le même droit de cité sur la voie publique.
Néanmoins, en raison de sa notoriété et de son âge, on accorda au Père Thomas une sorte de passe-droit : un théâtre, place Le Viste, qui tenait plus de la baraque foraine. Mais ce mois de décembre était frigorifique. Atteint d’un catarrhe pulmonaire, Thomas prit une bronchite chronique et mourut quasiment dans la rue. On le porta les pieds gelés à l'Hôtel Dieu où il mourut le jour (ou la veille ?) de Noël.  
Personne ne vint réclamer sa dépouille. Son corps fut remis à l’école de médecine mais son crâne fut récupéré, non pas en raison de l'identité du propriétaire mais en raison d'une pathologie bien particulière observée lors de la dissection.
En 2012, à l’occasion d’un inventaire et d’une restauration des crânes inscrits dans l'inventaire des collections de la Société de Médecine de Lyon, le crâne de Gnafron refit surface et est dorénavant exposé au musée d'Anatomie, Université Lyon I.
© 2012 Castelbou www.castelbou.net
26 septembre 2014
© musée d'Anatomie, Université Lyon I
Acte de décès de Laurent Mourguet. Merci à Fred Descharles pour ce document
Sources
- Service du patrimoine de Vienne
- http://www.vieux-lyon.org/laurent-mourguet_f01410.htm
- http://lesapn.forumactif.fr/t5883-mourguet-laurent-createur-de-guignol-lyon
- http://castelbou.free.fr/texte/traceguignol.htm
- http://www.parigones.net/spip.php?article647
(*) commentaire(s)
RETOUR THÉÂTRE 
MOURGUET Laurent, le père de Guignol (1769 - 30 décembre 1844)
Cimetière de Pipet à Vienne (Isère) fort probable mais sans certitude
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 20 octobre 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.