RETOUR LITTÉRATURE
22 janvier 2015
► Ecrivain, poète et essayiste français
Poète et penseur engagé de son époque, auteur important du 20ème siècle, précipité depuis sa mort dans la fosse commune de la «France moisie» réactionnaire, il ressuscite souvent comme une sorte attrape-tout où l’on revendique le poète ou le socialiste ou le patriote, voire les trois.  
Réconcilié même avec les pouvoirs officiels de l’Université et de l’Eglise, son héritage intellectuel est pourtant, aujourd’hui, souvent méconnu. A cela probablement une bonne raison : sa prose progresse par d’inlassables répétitions en forme de litanies dans un fleuve large et lent, certes chargé de richesses, mais souvent monotone.
© MCP
Son nom est inscrit en haut de la dernière colonne © MCP
© MCP
A quelques centaines de mètres, un autre monument, agrémenté d'un calvaire, rappelle que le poète mourut  "en ces champs". Situé initialement à proximité de la « Grande Tombe », il fut déplacé en 1992, afin de se trouver sur le territoire de Villeroy, à l'endroit d'où parti l'attaque du 5e bataillon du 276e régiment d'infanterie.
Une table d’orientation permet de positionner les forces françaises et allemandes. On peut aussi y lire un extrait de son poème Eve (1913) :
[...]
 
« Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles
Couchés dessus le sol à la face de Dieu
Heureux ceux qui sont morts pour leur âtre et leur feu
Et les pauvres honneurs des maisons paternelles ».
 
[....]
© MCP
© MCP
© MCP
(*) commentaire(s)
En clair, il faut admettre que son style rend difficile l’accès de sa pensée et exige une concentration optimale de la part du lecteur.
 
Issu d’une famille d’artisans modestes, orphelin de père peu après sa naissance, le garçonnet, qui aidait sa mère et sa grand-mère rempailleuses de chaises, ne perçut de cette vie laborieuse que l'allégresse, le rythme et la satisfaction du travail accompli. L'Argent (1913), témoigne de la nostalgie de cette enfance idéalisée avec le temps, regard qu’il ne porta pas toujours avec la même indulgence.
Boursier, il obtint son baccalauréat puis le concours d'entrée à l'Ecole normale supérieure pour devenir instituteur, diplôme qu’il ne décrocha pas.
 
Jeune homme ardent à la forte personnalité, ce fut l’heure de ses premiers engagements politiques avec le socialisme dont la figure de Jean Jaurès le fascinait. Il se forgea alors une vision personnelle du socialisme faite de rêve, de fraternité et de convictions tirées de sa culture chrétienne, même s’il n’avait plus la foi, bien éloignée d’une idéologie à inculquer.
 
Grâce à la dot de sa femme, il ouvrit une librairie socialiste qui périclita et où il se retrouva simple gérant appointé. L’affaire Dreyfus, dans laquelle il ne voulut voir qu’une sublime controverse de morale politique, l’éloigna de ses amis socialistes. Il reprit sa liberté à l’égard de toute consigne du parti et, en 1900, fonda les Cahiers de la Quinzaine, réalisation de son rêve d’un « journal vrai ».
 
Jusqu’alors internationaliste et pacifiste, en 1905, le « coup de tonnerre » de Tanger bouleversa ses perspectives intellectuelles et politiques en lui faisant découvrir la réalité charnelle de la patrie face à la menace allemande. Désormais, héritier à la reconquête de sa race, de sa terre  et de ses traditions, il évolua vers le nationalisme : Notre Patrie (1905).
Se méfiant du monde clérical, il glissa vers un catholicisme païen, au sens de paganus (paysan), étrange et poétique où les affaires de Dieu sont souvent confondues avec une mystique de l’héroïsme et du messianisme national français. Ainsi, son Mystère de la charité de Jeanne d’Arc (1910)  était-il une refonte de sa Jeanne d’Arc socialiste de 1897. Jeanne, qu’il  chérissait avec l’émotion d’un Villon et la familiarité d’un contemporain pour une paysanne.
 
Dans ses œuvres suivantes, il édifia un des sommets de la poésie chrétienne française avec en fond les valeurs traditionnelles de l'homme : son humble travail, sa terre, sa famille.
Dédaigné par la plupart des grands écrivains de son temps, il devint le chef d’une petite chapelle non sans influence sur une partie de la jeunesse que fréquentèrent de nombreuses grandes plumes en devenir.
 
Obsédé par la perspective d’une guerre imminente, il rêvait d’être le rassembleur de toutes les traditions françaises et  dénonçait l’esprit de capitulation incarné à ses yeux par Jaurès. Aussi est-ce avec une sorte de soulagement et d’allégresse qu’il rejoignit son affectation de lieutenant d’infanterie aux premiers jours de la Première Guerre mondiale.
 
Le 5 septembre 1914, pendant les combats de la bataille de l'Ourcq -premier acte de la bataille de la Marne- alors qu'il exhortait sa compagnie à ne pas céder un pouce de terre française à l'ennemi, il fut tué d'une balle au front.
 
Son corps et  ceux des officiers et soldats tombés en bordure du chemin menant de Villeroy à Chauconin furent inhumés les 7 et 8 septembre 1914 près de l’endroit où la mort les faucha.
 
Dans le silence qui  a remplacé le fracas de la bataille, ce cimetière ne ressemble à aucun autre. Pas d’alignements de croix,  mais un petit  enclos propret au bord de la route, plutôt ossuaire que cimetière. Le terme de Grande Tombe est bien choisi pour cette sépulture renfermant les corps de 133 soldats. Selon un témoin, Charles Péguy reposerait à l'une des extrémités de la fosse, la tête vers la route. Sur le monument, érigé en 1932,  sont gravés 99 noms, 34 corps n’ayant pu être identifiés.
Son nom est honoré au Panthéon.
PÉGUY Charles (1873 – 5 septembre 1914)
Cimetière militaire français de la Grande Tombe de Villeroy, commune de Chauconin-Neufmontiers (Seine-et-Marne)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 22 juin 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.