RETOUR LITTÉRATURE
► Ecrivain français
MAC ORLAN Pierre (Pierre Dumarchey), dit (1882 - 27 juin 1970)
Cimetière de Saint-Cyr-sur-Morin (Seine-et-Marne)
Malgré quelques découvertes, il est bien difficile d’évoquer sa jeunesse et sa famille, tant il s’ingénia à tisser une toile de secrets autour d’elles qu’il teinta d’un flou pittoresque assez tragique.
Quant à son pseudonyme, entre une prétendue grand-mère écossaise et le fait d’avoir été élevé à Orléans par un oncle maternel, allez savoir ce qui l’a vraiment inspiré. Résultat, le lecteur se trouve face à une vie imaginaire. Ses deux premiers romans signés de son pseudo, La Maison du retour écœurant (1912) et Le Rire jaune (1913), ne dissipèrent pas les mystères de sa biographie.
A défaut, il ne semble pas que des ouvrages aussi drôles, alertes et à la fois désespérés et aussi librement étrangers à l’art aient été publiés à l’époque.
 
Bonnes études, goût du sport, voilà qui est certain, et peut-être, pire que la bohème, de la misère selon ses  dires.  
On sait aussi qu’il publia ses premiers articles dans des feuilles anarchistes, qu’il fut l’auteur de quelques écrits érotiques et qu’il fréquentait alors un cabaretier original, Frédé, tenancier du Lapin agile à Montmartre, dont il épousa la belle-fille, Marguerite.
 
Puis surgit le vrai cataclysme, la guerre dans laquelle il vit comme un long sursis, une sorte de délivrance de sa condition : enfin il allait être habillé gratis et nourri au frais de l’Etat !
De ce drame, il rapporta des descriptions extraordinaires et un goût bouleversant pour la camaraderie des tranchées.
 
Après le conflit, il devint correspondant auprès des armées d’occupation et vécut de longues années dans sa maison de Saint-Cyr-sur-Morin où il devait finir ses jours. C’est là que, coiffé d’un béret écossais à pompon et fumant une de ses pipes, il composa son œuvre lucide et hallucinée où il mêla sa vie antérieure et le souvenir de ses auteurs de prédilection, Schwob, Villon, Nerval ou encore Kipling  et Stevenson. Ce furent les étapes d’une songerie sous forme de romans fantastiques et d’aventures, d’essais et de poèmes, et qui, toujours reprise, finit par composer le documentaire allusif des temps vécus  par leur auteur. Ainsi forgea-il,  la notion de « fantastique social » pour définir ce qui lui apparaissait comme étant l'envers trouble et mystérieux de son époque.
 
Outre ses activités d'écrivain et de reporter, il fut également  éditeur. Il publia ses textes, mais aussi ceux de ses amis comme,  Roland Dorgelès, Francis Carco, etc., ou des œuvres classiques comme celles de Nerval.
 
Malgré sa réputation grandissante et son influence littéraire, la reconnaissance de ses pairs tardait. Il lui fallut attendre La Cavalière Elsa (1921), portée sur scène,  pour obtenir  le prix de la Renaissance (1922), sorte de trilogie qui avait pour « tâche de refléter l'inquiétude européenne depuis 1910 jusqu'à nos jours » , et qui comprit par la suite, La Vénus internationale (1923), ainsi que Le Quai des brumes (1927),porté à l’écran par Marcel Carné.
 
À l'instar d'un Blaise Cendrars, il introduisit dans sa poésie le vocabulaire de la modernité technique, évoquant la publicité, le phonographe, la T.S.F, etc. Cette fascination pour les nouveaux médias le conduisit à s'intéresser au cinéma ainsi qu'à participer à l'une des premières émissions de la station Radiola qui deviendra Radio Paris.
Touche à tout de cette modernité,  il fut le plus prolifique des théoriciens français de la photographie de sa génération et prophétisa le développement du « cinéma d’appartement », la télévision.
 
Après avoir abondamment pratiqué l'écriture romanesque, il abandonna ce genre littéraire après la Seconde Guerre mondiale pour se consacrer à la publication de recueils d'articles et d'essais écrits avant la guerre.
En 1950, son élection à l'unanimité comme membre de l'Académie Goncourt marquait enfin la vraie reconnaissance du monde littéraire.
 
Installé définitivement dans sa campagne briarde en 1961, les échos de la vie culturelle parisienne lui parvenaient par ses visiteurs et familiers.
Après cinquante ans de mariage, sa chère Marguerite (1886-1963) le fit veuf. Il la rejoignit dans la tombe sept ans plus tard.
Avec eux, repose Berthe Serbource (1854 -1933), la mère de Marguerite, qui fut la compagne du fameux Frédé du Lapin agile, inhumé dans le même cimetière.  
 
Dans le respect de ses dernières volontés, le Prix Mac Orlan est attribué à « un écrivain de valeur, de préférence âgé et en difficulté avec la vie ou un artiste peintre offrant une situation semblable ». Depuis 2005,  il est décerné par le Comité Mac Orlan, présidé par Pierre Bergé.
© MCP
© MCP
(*) commentaire(s)
© MCP
24 février 2015
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 12 juillet 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.