RETOUR THÉÂTRE
RETOUR BEAUX-ARTS
FRÉDÉ, GERARD Frédéric, dit (1860 – 1938)
Cimetière de Saint-Cyr-sur-Morin (Seine-et-Marne)
Par sa mise en lumière sur un personnage lié à un endroit mythique de Paris, cet article lié aux thèmes « Théâtre » et « Beaux-arts » pourrait aussi l’être à la « Littérature », ou à aux « Variétés » tant son histoire se confond avec toutes ces formes d’art.
 
En ce dernier quart du 19ème siècle, et jusqu’en 1914, il ne fallait pas confondre le Montmartre du bas -  où se mêlaient prostitués, souteneurs, marginaux et bourgeois venus s’encanailler dans les cabarets- avec le Montmartre d’en haut qui ressemblait à un village fameux pour son air pur, ses moulins et ses logements à bas prix, qui avait attiré une population de condition sociale variée dont déjà beaucoup d’artistes.  
La place du Tertre vers 1900
Figure pittoresque de ce Montmartre là, le père Frédé, marchand ambulant de produits de quatre saisons, avait longtemps arpenté ce coin de « campagne » avec son âne « Lolo ». C’était avant d’acquérir un cabaret, Le Zut, qui fut fermé par la police en 1902 après une mémorable bagarre qui dura toute la nuit.
Frédé rejoignit amors sa compagne, Berthe Sébource, qui avait repris le cabaret, le Lapin Agile. La famille recomposée y vivait avec les enfants de Berthe, Victor et Margot (future épouse de Mac Orlan) et le fils de Frédé, Paulo.
Il y abritait aussi son arche de Noé : son singe, son corbeau, ses souris blanches, son chien et bien sûr son âne avec lequel, pour arrondir les fins de mois difficiles, il parcourait les rues, les hottes chargées de poissons
Frédé et Lolo
© MCP
© MCP
► GERARD Paul, dit Paulo (1895- 1977)
Cimetière Saint-Vincent (Paris)
En 1922, Aristide Bruant vendit le Lapin agile au fils de Frédéric Gerard, à qui il avait enseigné le chant et connu pour être le meilleur interprète de son professeur. Après la grande époque de son père, Paulo écrivit une nouvelle histoire au cabaret. Exit le folklore au profit de soirées organisées avec des artistes choisis par le patron et payés. Certains d'entre eux étaient même accueillis comme « pensionnaires ». Ainsi se passa l’entre-deux guerres avec Stello, Jack Mirois, Jean Clément, Rina Ketty qui chantait J’attendrai.
Charlie Chaplin,  y écouta pour la première fois Je cherche aprèsTitine qu’il adapta dans Les Temps modernes.
Face au Lapin Agile, le mur du cimetière Saint-Vincent.
Google Earth
© MCP
© MCP
20 février 2015
Parmi les sources consultées:
- http://www.au-lapin-agile.com/img/imgpresse/francesoir.pdf
- http://www.montmartre-secret.com/article-frede-le-lapin-agile-et-l-ane-92424120.html
(*) commentaire(s)
Un jour de 1938, une jolie chanteuse, Yvonne Darle, y entra pour une audition.Paulo, sous le charme, l‘épousa. En 1942, sous l’Occupation, ce fut Jean-Roger Caussimon, neveu d’Yvonne, qui en franchit le seuil. Il y chanta pendant une dizaine d’années. Après 1945, il redevint un lieu de rencontre et un tremplin pour les artistes en devenir : Brassens, Nougaro, Alexandre Lagoya, Ferré, …
En 1972, Paulo céda la gestion du cabaret à son beau-fils Yves Mathieu, fils d'Yvonne Darle.
Depuis, le Lapin poursuit la tradition en favorisant l’éclosion de nouveaux talents de la chanson, de l’humour, etc. devant un parterre de touristes ravi de participer…
 
Paulo n’eut qu’à traverser la rue des Saules pour se faire inhumer à côté de son Lapin. Avec lui repose sa femme, Yvonne Darle (1902-1994).
Le plus vieux cabaret de Paris, existant encore, fut construit en 1795. Rebaptisé plusieurs fois, en 1879/1880, le propriétaire des lieux confia au caricaturiste André Gill le soin de lui confectionner une enseigne. Celui-ci peignit un lapin vêtu d'une redingote verte (à l'origine) et d'une écharpe rouge s'échappant de la marmite qui lui était destinée. Et le cabaret du Lapin à Gill de se transformer en Lapin agile.
Il n’empêche. Sous son impulsion, le Lapin agile devint rapidement « une véritable institution culturelle », un lieu incontournable pour tous les bohèmes de tous poils de Montmartre. Déclamations de vers, chansons de régiments, pinceaux en goguette, discutions enflammées entre peintres avant-gardistes et traditionalistes, ivresse ronflante sur ou dessous la table, telle était l’ambiance hallucinante du lieu sur laquelle veillait un énorme Christ en plâtre au regard placide.
 
Tant bien que mal, Frédé essayait de protéger sa clientèle d’artistes des voyous indésirables. Furieux d’être rejetés, les incidents violents ne manquaient pas jusqu’au drame, en 1910 : Victor, le fils de Berthe, fut abattu d’une balle dans la tête derrière le bar.
 
Aristide Bruant, client régulier du cabaret, s’était lié d'amitié à Frédé. Lorsque le bâtiment fut promis à la démolition en 1913, il le racheta et laissa notre bonhomme en assurer  la gérance. Un an plus tard, la Première Guerre mondiale éclatait mettant fin à la grande époque du Lapin agile. A la fin du conflit, le centre de gravité de la création s’était  déplacé à Montparnasse.
 
En 1922, Aristide Bruant revendit le cabaret à « Paulo », le fils de Frédéric. Le temps des « veillées » informelles et de l’improvisation était révolu. Il n’en restait que leurs ombres et leurs fantômes.
Frédé vit peu à peu disparaître le vieux Montmartre et pousser les immeubles sur les cabanes du Maquis. Sa santé se dégradait et Lolo gravissait plus difficilement les rues en pente.
Il s'exila dans une fermette aux Armenats, hameau de Saint-Cyr-sur-Morin, village de Mac Orlan,
 
Et Lolo ?  Sans doute trop habitué à Montmartre et aux hommages que lui rendaient chaque jour les fêtards,  la campagne ennuyeuse et humide le déprimait.  Un jour, on le retrouva  noyé dans le petit ruisseau qui court en bas du champ.
 
Frédé mourut peu après. Cette figure hors du commun, qui inspira le personnage de Frédéric du Quai des Brumes de Mac Orlan et porté au cinéma par Marcel Carné, repose loin de sa butte.  Il fut inhumé dans le cimetière de Saint-Cyr-sur-Morin. Sur sa tombe, qu’on ne peut plus simple, un cliché l’immortalisant avec son éternelle bouffarde.
Avec « sa tenue qui tenait de Robinson Crusoé, du trappeur de l'Alaska et du bandit calabrais », il en avait de l’allure le Frédé ! Et puis, il fallait l’entendre chanter des romances sentimentales ou des chansons réalistes en s'accompagnant au violoncelle ou à la guitare, dont il jouait avec un talent qui ne faisait pas l'unanimité. Surtout, en échange d'une chanson, d'un tableau ou d'un poème, il n'hésitait pas à offrir des repas et des boissons aux artistes désargentés.Berthe, elle, confectionnait des tartines de pâté qui empêchèrent une génération d’artistes de mourir de faim en attendant fortune et gloire : Picasso, Dorgelès, Apollinaire, Verlaine, Mac Orlan, Utrillo, Charles Dullin, Max Jacob et tant d’autres.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.