RETOUR PERSONNALITES LIEES A HENRI III
O François d’ (1535 – 24 octobre 1594)
Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (Paris) ?
Entrailles : Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (Paris)
Dans un contexte politique épineux, Henri III, pour faire pièce à la déloyauté de la haute noblesse, s’appuya sur une moyenne noblesse qu’il attira à son service par des gratifications, des charges militaires ou domestiques dans sa maison, etc. Tel fut le cas de François d’O, dont le souvenir se rattache à sa qualité de mignon du roi, alors qu’il fut bien plus.
Gentilhomme de la Chambre de Charles IX, il gagna l’estime du futur Henri III lors du siège de La Rochelle (1572) et l’accompagna dans sa cavalcade polonaise quand il fut élu roi de Pologne l’année suivante. Jugé digne de gagner son amitié et d’entrer dans sa fidélité, il intégra le cercle privilégié des mignons à la réputation sulfureuse dont on ne voyait pas l’enjeu politique.
 
D’un esprit plus fin et plus sérieux que les autres, Henri, devenu roi, l’utilisa pour rédiger sous sa dictée sa correspondance secrète. L’ascension du favori était en marche.
Homme de cabinet, mais aussi de duels qui opposaient sur le pavé de Paris les mignons du roi à ceux du duc de Guise et du duc d’Anjou, frère cadet d’Henri III.
 
Soldat catholique, il fit les campagnes de 1575, 1577 et 1579 contre les protestants. Mais sous le mignon perçait un homme de pouvoir. Probablement conscient de ses capacités, enorgueilli par la confiance que lui portait le roi, ambitieux et désireux d’exercer une fonction prestigieuse, les gratifications royales comblèrent ses espérances.
Capitaine d’une compagnie de chevau-légers, premier gentilhomme et maître de la garde du roi, surintendant des finances du royaume (1578), fonction où il  maintint le scandaleux système de concussions et de dilapidations de son prédécesseur, Pomponne de Bellièvre, Henri III en fit aussi le bras fidèle de sa politique en province.
Nommé gouverneur de Caen, puis gouverneur et lieutenant général de Basse-Normandie -province stratégique pour la monarchie-  il s’agissait de restaurer l’autorité royale dans la voie politique et fiscale en évitant les séditions populaires dont auraient pu profiter ses ennemis. O, se montra un gouverneur efficace et énergique.
 
Point faible de la qualité de favori, la disgrâce qui peut être brutale. Celle d’O, en 1581, pour avoir tenu tête au roi, mais qu’il sut monnayer, se fit plutôt en douceur même si,  éloigné de la Cour,  il perdit sa charge prestigieuse de maître de la garde-robe et que l’élévation de deux autres mignons (1583) le rabaissa  à la charge lieutenant général.
Il avait perdu son gouvernement de Basse-Normandie, offerte à Joyeuse,  mais avait conservé la ville de Caen et son château, le plus défendable de la région. Néanmoins, redevenu simple gentilhomme provincial après avoir côtoyé  les plus grands, il avait de quoi alimenter son amertume et son insoumission.
Jouant habilement d’un intérêt pour la Ligue, puis s’ingéniant à donner des gages de bonne conduite à Henri III, il regagna la confiance de ce dernier qui n’était pas dupe. Mais ni Caen, ni la Basse-Normandie n’étaient passés aux mains de la Ligue.
En 1586, O fut nommé gouverneur de Paris et de l’Île de France, conserva un temps la gouvernance de Caen et ne trahit plus jamais.
 
Acteur essentiel de la révolution parisienne des 12 et 13 mai 1588, contraint de s’enfuir avec le roi, présent aux états-généraux  et  à  la session du Conseil qui coûta la vie  au duc de Guise, avec clairvoyance, il conseilla à Henri III de s’allier à Henri de Navarre pour combattre la Ligue.  
 
Après l’assassinat d’Henri III, il promit de reconnaître Navarre si celui-ci se convertissait et préservait les serviteurs du roi défunt dans leurs charges.
Il prit part à la bataille d’Ivry, prépara le siège de Rouen et ne cessa de sillonner l’Île de France  dont il était toujours gouverneur.
En mars 1594, il participa aux opérations qui conduisirent à la reddition de la capitale et fut chargé de prendre les mesures de pacification décidées par Henri IV et de réunir en un seul corps les Parlements loyaliste et ligueur.
 
Lui avait connu un train fastueux, malgré toutes les concussions dont on l’accusait, François d’O mourut couvert de dettes et dans le dénuement au terme d’une longue agonie due, semble-t-il, à une rétention d’urine.  Financier, on avait oublié tous les prêts qu’il avait avancés à Henri III. Les procès lancés par sa famille pour leurs remboursements ne prirent fin qu’en 1655.  
 
Les paysans, qu’il avait alourdis de fiscalité, crièrent leur joie. Peu regretté, ses créanciers et ses domestiques avaient mis son hôtel au pillage et enlevé jusqu’aux meubles de sa chambre avant même qu’il eût rendu le dernier soupir.
 
Mais où François d’O fut-il vraiment inhumé ?
 
Quelle que soit la source, on trouve qu’il le fût en l’église des Blancs-Manteaux dont il était paroissien (son hôtel, où il mourut, se situait à proximité : 46-50 rue Vieille du Temple) .
Mais sur quel élément se base-t-on ? Si internet à développé le « copier/coller », il existait bien des siècles avant sa création, sans compter les "on-dit".
 
Ainsi, dans « Table générale alphabétique et raisonnée du journal historique de Verdun sur les matières du tems (sic) depuis 1697 jusques et compris 1756 » datant de 1759, peut-on lire,  que : « suivant l’épitaphe que l’on voyait autrefois dans l’église des Blancs-Manteaux à Paris », assertion reprise dans les mêmes termes en 1822 dans le Dictionnaire historique et critique et bibliographique contenant la vie illustre,….Tome XX, etc. Bref, où que l’on se tourne, son inhumation aux Blancs-Manteaux est acquise.
 
Mais en réalité de quelle épitaphe, que les différents  auteurs n’ont manifestement jamais vue, parle-t-on ?
Il existait bien une tombe de pierre, à la bordure semée de mouchetures d’hermines,  ornée dans le bas d’un écusson entouré des colliers de l’Ordre du roi, et accompagné sur les côtés du chiffre du défunt avec deux rameaux de lauriers en sautoir.
Mais, comme l’atteste l’inscription appliquée sur une lame de cuivre placée sur cette tombe, il ne s’agit pas de son corps mais de... ses entrailles.
© MCP
Or, il était exceptionnel d’avoir des viscères inhumés au même endroit que le corps lorsqu’ils en avaient été séparés. François d’O appartint-il à ses exceptions ? Aucune autre trace de sépulture le concernant ne fut jamais retrouvée  en ce lieu. Y reposa-t-il -et dans ce cas s'il existait encore de ses cendres, elles furent déposées aux Catacombes en 1804- ou l'épitaphe de ses entrailles a-t-elle fait se perdre sa vraie tombe ?
 

Source principale: Thèse de l’Ecole des Chartes par Karine Leboucq : L'administration provinciale à l'époque des guerres de religion : Henri III, François d'O et le gouvernement de Basse-Normandie (1579-1588)
(*) commentaire(s)
21 juillet 2015
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 12 septembre 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.