RETOUR RELIGION
10 septembre 2016
MARILLAC Louise de (sainte) (1591 – 15 mars 1660)
Chapelle Notre-Dame de la Médaille miraculeuse (Paris)
Issue d’une illustre famille qui donna un surintendant des finances, un garde des Sceaux et un maréchal de France, dès sa plus tendre enfance elle fut placée chez les dominicaines de Poissy où elle reçut l’éducation habituellement donnée aux jeunes filles nobles : connaître Dieu, lire, écrire et peindre. Sous la houlette d’une de ses tantes, mère Louise de Marillac (1556-1629), première du nom, elle y bénéficia également d'une solide formation humaniste.
 
A sa sortie de pension, délaissée depuis la mort de son père et attirée par un idéal de pauvreté, elle voulait entrer au couvent des Capucines de la place Vendôme ce qui lui fut refusé à cause de sa santé délicate.
En l'église Saint-Laurent © MCP
A la Révolution, une des Filles réussit à acheter le cercueil qu’elle déposa dans la cave d’une maison habitée par deux Filles. En 1797, changement de cercueil et nouveau déménagement chez la mère supérieure des Filles de la Charité. En 1802, nouveau transfert dans la maison mère de la communauté, rue du Vieux-Colombier. Enfin, en 1815, les sœurs ayant échangé cette maison contre une autre au 140 rue du Bac, les cendres de Louise y demeurèrent jusqu’en 1905, année de la reconnaissance de son corps en vue du procès de sa béatification qui aboutit en 1920. Son squelette fut alors reconstitué et placé sur un autel de la chapelle Notre-Dame de la Médaille miraculeuse**.
Canonisée en 1934, on plaça alors ses précieux restes dans une châsse en orfèvrerie avec son effigie revêtue d’habits religieux.
**Le nom de cette chapelle provient de la vision de la Vierge qu’eut sainte Catherine Labouré en 1830.
Entrée de la chapelle Notre-Dame de la Médaille miraculeuse © MCP
© MCP
© MCP
© MCP
© MCP
►NASEAU Marguerite (1594-1633)
Cimetière de l’hôpital Saint-Louis (Paris) ?
Jeune vachère de Suresnes, bien qu'illettrée, elle voulut apprendre à lire et à écrire pour être en mesure d'enseigner aux petites filles des villages environnants. Elle acheta un alphabet et, en demandant au curé, au vicaire, et à toute personne qui savait lire comment se prononçaient les lettres et les mots, elle sut lire. Les moqueries de son entourage ne faisaient que renforcer sa détermination malgré les jeûnes forcés et les longues marches dans la campagne.
Elle rencontra Vincent de Paul qui, désabusé du peu de soutien des dames nobles et fortunées de son entourage, la présenta à Louise de Marillac. Marguerite Naseau devint bientôt une proche collaboratrice de Vincent de Paul et ainsi la «première sœur de la Charité» dans la nouvelle communauté.
Dévouée corps et âme toute sa vie aux plus pauvres, elle contracta la lèpre auprès d’une malade dont elle s’occupait.
Après avoir joyeusement fait ses adieux à la communauté, elle se dirigea simplement vers l'Hôpital Saint-Louis où elle mourut laissant derrière elle de nombreuses paysannes qui prirent sa relève. Elle fut déclarée vénérable par l’église catholique. Fut-elle inhumée dans le cimetière de l’hôpital Saint-Louis ? Bien que reposer parmi les plus démunis eût été conforme à son état d’esprit, rien ne l’atteste. Ce n’est donc qu’une hypothèse qui nécessiterait d’être validée ou invalidée.
 





Sources principales :
-http://siefar.org/dictionnaire/fr/Louise_de_Marillac_(1591-1660)
-Epitaphier du vieux Paris -Tome VIII
(*) commentaire(s)
Mariée par ses oncles à un secrétaire des Commandements de la reine, Antoine Le Gras, un enfant naquit de cette union, Michel. La famille vivait paisiblement jusqu’à ce qu’Antoine, malade, devienne très irritable. Persuadée que cette maladie était la conséquence de son renoncement à la vie religieuse, elle sombra dans la dépression. Soutenue par son directeur spirituel, le théologien Jean-Pierre Camus, qui l’encouragea à rester fidèle à son devoir d’épouse, elle décida de se consacrer aux pauvres par une autre voie que la vie religieuse classique.
 
Veuve en 1625, elle quitta sa maison pour s’installer non loin de son directeur de conscience, Vincent de Paul. En 1629, ce dernier en fit sa collaboratrice et la chargea de visiter et d’animer les confréries de Charité qui connaissaient un grand succès en France, notamment auprès des Dames. En 1630, il lui fit rencontrer Marguerite Naseau, simple vachère de Suresnes qui, avec d’autres paysannes, voulait aider les Dames de la Charité pour les tâches les plus humbles auprès des malades.
 
Après une expérience de «mariage mystique» avec le Christ (1630), Louise envisagea de regrouper les filles en communauté, projet auquel adhéra Vincent de Paul. En 1633, la première compagnie des Filles de la Charité, institut féminin séculier au service des pauvres, vit ainsi le jour. Louise consacra le reste de sa vie à cette entreprise originale qui permet toujours à des filles, non contraintes à la clôture, de circuler dans le monde pour y accomplir leur mission caritative.
 
En  1642, elle fit vœu de se consacrer au service du Christ en la personne des pauvres, et poursuivit ses œuvres de charité. Elle contribua à la fondation des Enfants-Trouvés, où les Filles de la Charité étaient employées, hébergea les réfugiés lorrains fuyant la guerre de Trente Ans, secourut les malheureux pendant la Fronde, participa à la création de l’hospice du Saint-Nom-de-Jésus (1653), etc. En 1656, grâce au financement, en grande partie des Dames de la Charité,  l’hôpital général de Paris, actuelle Salpêtrière*,  voyait le jour.
*Situé sur l'emplacement du petit arsenal, où l'on fabriquait la poudre pour les munitions, que l’on surnommait la « Salpêtrière »…
 
Louise de Marillac précéda de six mois Vincent de Paul dans la tombe. Deux jours après sa mort, elle fut  inhumée dans l'ancienne chapelle Saint-Domnole (actuelle chapelle Saint-François-de-Sales) de l’église Saint-Laurent, sa paroisse,  contigüe au logis des Filles de la Charité. Vingt ans plus tard, son fils, Michel, demanda que le cercueil en bois soit remplacé par un en plomb. En 1755, ses cendres furent transférées dans une autre chapelle plus proche  des Filles de la Charité.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 août 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.