RETOUR SCIENCES
► Orientaliste français
1er octobre 2016
Fils d’un libraire de Figeac, enfant précoce et surdoué, il révéla très tôt son talent hors du commun dans l’apprentissage des langues, en général et des anciennes en particulier. Qu’on en juge, initié au grec et au latin, il apprit aussi l’arabe, l’hébreu, le syriaque.
Soutenu par son frère aîné, Jacques-Joseph, qui dirigea ses études, il fut admis dans la nouvelle institution créée par Napoléon Ier, le lycée impérial de Grenoble. Poursuivant ses études de langues au Collège de France (Paris) où il apprit le sanscrit, le chinois, le persan et le copte, en 1809, il fut nommé -,à 18 ans !-, professeur-adjoint d'histoire à l'université de Grenoble.
Très proche de son frère, lui même grand admirateur de l’Orient, tous deux étaient des familiers du préfet de l’Isère, le mathématicien et physicien Joseph Fourier, qui leur parlait de l’Egypte pour laquelle Jean-François développa une réelle passion. L’Egypte, devenue très à la mode depuis l’expédition de Bonaparte.
 
En 1799, des soldats français y avaient découvert,  à Rosette, un fragment de stèle se présentant sous la forme d’une pierre noire gravée de trois textes :  l'un était en grec ancien, un autre en démotique, et le troisième en hiéroglyphes. Il s’agissait d’un décret promulgué à Memphis par le pharaon Ptolémée V en 196 av. J.-C.
En janvier 1800, battus par les Anglais et les Ottomans, les Français furent  contraints de signer un traité de paix dont l’un des termes leur imposait d’évacuer l’Egypte en remettant à la couronne britannique tous les objets archéologiques les plus importants, dont la pierre de Rosette, qui furent transportés au  British Museum de Londres, en 1802.
Si le texte en grec ancien fut assez vite traduit, il s’agissait d’un décret promulgué à Memphis par le pharaon Ptolémée V en 196 av. J.-C., il n’en alla pas de même avec le démotique et les hiéroglyphes.
Dès lors, la pierre ne cessa d’exciter la curiosité des savants. Qui réussirait à la déchiffrer ce que personne ne comprenait ? Silvestre de Sacy, qui maîtrisait de nombreuses langues orientales, s’y frotta en vain. D’autres suivirent qui se cassèrent aussi le nez.
L’Anglais Thomas Young fut le premier à déchiffrer la version démotique et à comprendre que les cartouches en hiéroglyphes contenaient les noms de divers pharaons. En 1814, sous un pseudonyme, il publia ses découvertes dans lesquelles, à côté de belles trouvailles, figuraient aussi d’énormes erreurs.
 
Tout en travaillant à différents ouvrages, au gré des troubles politiques, dus aux Cents Jours et à la chute de Napoléon Ier, Champollion avait quitté Grenoble, y était revenu avant de rejoindre Paris où, lui aussi, toujours obsédé par la pierre de Rosette,  s’acharnait à aller plus loin que Young, son grand concurrent dans l’affaire. Et il y arriva !
 
A défaut de posséder la pierre, les Français en avait une copie. Champollion, finit par observer que le texte hiéroglyphique contenait trois fois plus de signes que le texte grec ne comptait de mots. Il en déduisit que, contrairement aux théories du moment, les hiéroglyphes n’étaient pas seulement des idéogrammes mais pouvaient aussi, dans un même texte, servir de signe phonétique comme nos lettres de l'alphabet.
Le 27 septembre 1822, au terme de recherches harassantes, il découvrait enfin le secret des hiéroglyphes. Son émotion fut si grande qu’il sombra dans un état d'inconscience. Cinq jours plus tard, il révélait sa découverte dans une lettre à l'Académie des Inscriptions et des Belles Lettres. Ce fut la consécration.
Nommé conservateur chargé des collections égyptiennes au musée du Louvre (1826), il fut à l’origine de nombreuses acquisitions, dont celle de l’obélisque de Louxor qui se dresse sur la place de la Concorde.
 
En 1828, il réalisa enfin son rêve : partir pour une mission scientifique en Egypte où il recueillit de nombreux données et objets pour vérifier que son système hiéroglyphique fonctionnait bien.
De retour en France, en décembre 1829, il dut subir une quarantaine à Toulon dans un lazaret humide et glacé qui aggrava son état de santé.
Elu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, il obtint la chaire d'Antiquité égyptienne au Collège de France dont il ne profita guère longtemps. Il mourut prématurément couvert d’honneurs, laissant une veuve et orpheline.  
 
Son frère ayant refusé une autopsie, la cause exacte de sa mort étant inconnue, elle est  toujours sujette à hypothèses.
Selon sa volonté, Jean-François Champollion, dit Champollion le Jeune pour le distinguer de son aîné,  fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise près de son ami et protecteur, Joseph Fourier. Sur sa tombe, se dresse une stèle en forme de pyramide. Quoi de plus normal pour celui qui, dans l’Histoire, restera à jamais,  le génial déchiffreur des hiéroglyphes.
1. Hiéroglyphes (réservés aux écrits religieux et aux décrets du temple)
2. Egyptien démotique (écriture cursive et populaire)
3. Grec
© Hans Hillewaert
© MCP
© MCP
© MCP
►Rosine Blanc (1794-1871)
Cimetière de Chantilly (Oise)
En 1818, Jean-François avait épousé Rosine. Après sa mort, elle vécut à Chantilly avec leur fille unique, Zoraïde (1824-1889), qui épousa un dénommé Amédée Chéronnet. Ce qui explique leur lieu de sépulture et les deux patronymes gravés.
Merci à Michel Schreiber pour cette photo et la suivante
►Jacques-Joseph Champollion-Figeac (1778 - 1867)
Cimetière de Fontainebleau (Seine-et-Marne)
© Parisette
Douze ans séparaient Champollion l’Aîné de Champollion le Jeune. Sans atteindre la célébrité de son cadet, Jacques-Joseph bénéficia de sa petite notoriété. Grand érudit, il fut bibliothécaire à la bibliothèque municipale de Grenoble, examinateur pour les écoles militaires, professeur de littérature grecque à la faculté des lettres de Grenoble, puis doyen de la faculté des Lettres. Très apprécié de Napoléon Ier, à la demande de ce dernier, il fut rédacteur du Journal de l'Isère durant les Cent-Jours. Son lien avec l’Empereur lui valut d’être destitué de ses fonctions de bibliothécaire et de professeur, et d’être condamné à l’exil avant de revenir en grâce. Conservateur des manuscrits à la Bibliothèque royale à Paris, puis professeur de paléographie à l'École des chartes, il publia sa Paléographie universelle en 1841.
Sources principales :
-http://www.bibliotheque-dauphinoise.com/jacques-joseph_champollion-figeac.html
-http://www.museechampollion-isere.fr/1790-jacques-joseph-champollion-figeac.htm
-http://www.tresordupatrimoine.fr/content/113-pierre-de-rosette
(*) commentaire(s)
CHAMPOLLION Jean-François (1790 – 4 mars 1832)
Cimetière du Père-Lachaise, 18ème division (Paris)
Archéologue et féru d’égyptologie, ses grandes compétences sur ces sujets, et son amitié avec le mathématicien Joseph Fourier, lui valurent d’être associé aux travaux devant aboutir à la monumentale Description de l'Égypte dont la publication s’étala de 1809 à 1829.
De nouveau destitué de ses fonctions lors de la révolution de 1848, il fut toutefois nommé bibliothécaire du château de Fontainebleau à partir de l’année suivante.
Mais on retiendra surtout que c’est en grande partie grâce à son affection et sa protection indéfectibles envers Jean-François que celui-ci put atteindre les sommets. Sans jamais faillir, dans l’ombre de son cadet, il sema et fit pousser, pour une part, les graines du génie qui allait exploser.
Il fut inhumé au cimetière de Fontainebleau où sa tombe existe toujours, affichant l'habitude qu'il avait prise : accoler le nom de sa ville natale à son patronyme.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 20 octobre 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.