RETOUR DIRECTOIRE, CONSULAT ET EMPIRE
► Maréchal de France
LEFEBVRE François-Joseph (1755 – 14 septembre 1820)
Cimetière du Père-Lachaise, 28ème division (Paris)
Lassé des charmes peu exaltants du métier de clerc de procureur, il s’engagea comme soldat à dix-huit ans. Sergent des gardes françaises (1788), il sauva la vie de plusieurs de ses officiers molestés le 14 juillet 1789, puis, après le licenciement des Gardes françaises, il entra dans le bataillon des Filles-Saint-Thomas où à la tête d'un détachement de ce bataillon, il fut blessé par deux fois en défendant la famille royale et en tentant de la protéger lors de son retour aux Tuileries. Il favorisa également la fuite vers Rome de Mesdames, Adélaïde et Victoire de France, tantes de Louis XVI et, en 1792, sauva la caisse d'escompte du pillage.
Le courage dont il fit preuve dans l’aventure qui commençait allait le porter au-delà de ses espérances. Présent et se distinguant dans toutes les batailles importantes dans le Nord et sur le Rhin de 1793 à 1799, cueillant de nouvelles palmes au fur et à mesure de ses exploits, il fut nommé gouverneur de la forteresse de Mayence (1798). Mais, gravement blessé à Pfullendorf le 21 mars 1799, il quitta l’armée et, la même année, devint gouverneur militaire de Paris. Désigné par le Conseil des Cinq-Cents comme candidat au Directoire, il ne fut pas élu. Rallié à Bonaparte, il joua un rôle important durant le coup d’Etat de Brumaire. Fait de suite sénateur, créé maréchal de France honoraire (1804), son âge, son expérience et sa parfaite connaissance des règlements d’infanterie firent que Napoléon préféra l’employer à l’arrière.
Lefebvre retrouva les champs de bataille en 1806.Présent à Iéna, assiégeant Dantzig et devenant duc de Dantzig à la capitulation de la ville (1808), malgré l’âge et les infirmités physiques, ce remarquable meneur d’hommes fut envoyé en Espagne. Victorieux à Durango, il prit Bilbao et Santiago, battit les Anglais à Guesnes et à Valmaceda, et prit Ségovie. Revenu en Allemagne pour la campagne contre l’Autriche, il fut mis à la tête des Bavarois, puis à celle de l’armée du Tyrol avec laquelle il ne put, néanmoins, venir à bout de la guerilla menée par Andreas Hofer (1767-1810).
Pendant la retraite, marchant à pieds au milieu de ses hommes, il les galvanisait par son exemple.
Epuisé, il ne participa pas à la campagne de 1813 en Allemagne, mais commanda une dernière fois la vieille garde en 1814. Il ne quitta Napoléon qu’après avoir assisté à l’entrevue de ce dernier avec Macdonald venu lui demander son abdication.
 
Ecœuré de l’Empire et parces « tas de bougres qui entouraient l’Empereur », il vota la déchéance de l’Empire au Sénat, fut fait pair de France par Louis XVIII (1814), mais se rallia à Napoléon durant les Cent-Jours.
Eloigné des champs de bataille par son âge et ses infirmités, il resta à la Chambre haute et fut exclu de la Chambre des pairs lors de la Seconde Restauration avant d’y être de nouveau intégré.
Le 13 septembre mourait Kellermann. Le lendemain ce fut au tour de Lefebvre. De son vivant, il avait choisi l’emplacement de sa tombe, près de son ancien compagnon d’arme, Masséna. Son monument est orné d’un bas-relief et d’un médaillon signés David D’Angers.
 
Ce dur à cuire était aussi célèbre pour ses manières rudes, son franc-parler et… sa femme.
Que n’a-ton pas raconté et écrit sur Catherine Hubscher (1753-1835) devenue Madame Sans-Gêne sous la plume de Victorien Sardou en 1893. Pourtant, lorsqu’il écrivit sa pièce, l’objet d’inspiration de Sardou n’était pas la maréchale mais une femme-soldat,  Marie-Thérèse Figueur (1774-1861), célèbre en son temps, dont le souvenir s’était presque effacé.  Mais, ayant, pour des raisons dramaturgiques, semble-t-il, choisi d’attribuer ce surnom à Catherine Lefebvre, dans la  mémoire collective le regain de popularité qui lui était dédié bénéficia à la maréchale qui, à sa façon, n’usurpait le titre.
Repasseuse, cantinière puis blanchisseuse, en 1783 elle avait épousé Lefebvre, alors simple sergent mais « homme coquet et gracieux ».Femme de tempérament, l’élévation sociale de son époux ne lui avait pas, pour autant, fait perdre son vocabulaire et ses manières populaires au grand agacement de la cour et de l’Empereur qui, malgré tout, appréciait et défendait ce personnage haut en couleurs, loyal envers lui, qui n’hésitait pas à le critiquer et le désarmait.
Bien que vivant dans l’opulence, Catherine n’oubliait pas ses origines
modestes : bonne et généreuse, elle venait en aide à ses proches moins favorisés qu'elle. Le couple eut quatorze enfants, dont treize n'atteignirent pas l'âge adulte. Elle repose auprès du maréchal.
Quant à Marie-Thérèse Figueur, elle mourut à l’hospice des petits ménages qui se trouvait alors à Paris, rue de Sèvres. Il est fort probable qu’elle ait été inhumée au cimetière du Montparnasse qui accueillait encore, à la date de son décès, les défunts des hospices parisiens dans des tranchées gratuites.
Ses cendres se trouvent peut-être dans l’un des six ossuaires situés sous le cimetière qui furent aménagés à la fin du 19ème siècle lors du remaniement de la nécropole en éliminant, notamment, les fosses communes latérales dédiées aux indigents, suppliciés, etc.
© MCP
© MCP
© MCP
Source principales :
-Histoire et dictionnaire du Consulat et de l’Empire –Ed. Robert Laffont (1995)
(*) commentaire(s)
4 décembre 2017
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.