RETOUR  SECONDE GUERRE MONDIALE
BONNY Pierre (1895 – 27 décembre 1944)
Cimetière parisien de Thiais (Val-de-Marne), puis cimetière Rochefort à Gradignan (Gironde)
Bonny ! A défaut d’être le mètre étalon de l’abjection, on peut néanmoins lui décerner une belle palme du genre pour l’ensemble de son œuvre.
Policier ambitieux, fouineur opiniâtre ne lâchant jamais sa proie, précis et méthodique, ne reculant jamais pour plaire à ses maîtres, des années 20 à son exécution en décembre 1944, pas une grande affaire singulière sans que ce carnassier spécialisé des eaux troubles n’y soit pas mêlé, avant de terminer en apothéose comme l’un des principaux membres de la Carlingue sous l’Occupation.
Son histoire comprend un tel nombre d’affaires qu’il est difficile de la résumer sommairement. Tentons malgré tout l’expérience en retenant le principal…
Il entra dans les annales judiciaires avec l’affaire Seznec dans laquelle il fut accusé d’avoir fabriqué de fausses preuves qui menèrent Seznec au bagne.
Habile et retors, après quelques succès obtenus plus ou moins « normalement » et salués par la presse, on le retrouva rapidement à monnayer sa protection (affaire Volberg, 1928), à extorquer des fonds (affaire Cotillon, 1932). Malgré un train de vie des plus suspects, il fut conservé dans ses fonctions et monta même en grade.
 
Peut-être trop confiant, le grand scandale politico-financier de l'affaire Stavisky, marqua à la fois son apogée et sa fin de la carrière. Déjà impliqué dans plusieurs épisodes de cette célèbre affaire de l'entre-deux-guerres, l’enquête qu’il conduisit sur l’assassinat d’Albert Prince, magistrat chargé du dossier, le mena au ridicule et à un total discrédit. Le retour des affaires Volberg et Cotillon sur le devant de la scène, avec cette fois les preuves de sa culpabilité, signa sa chute.
Incarcéré en 1935, et chassé de la police, un temps journaliste et détective privé, on dit qu’il se serait alors mêlé d’activités illicites ce qui aurait permis, à ce fin connaisseur des milieux interlopes de la capitale et des cercles politiques d'extrême droite,  d’alimenter cette période vaches maigres.
En 1937, bien qu’ayant participé au démantèlement de la Cagoule, il ne fut pas réintégré dans la police.
 
Les choses auraient pu s’arrêter là, et les polémiques sur le rôle qu'il a, ou aurait joué, dans ses nombreuses entreprises vaudraient déjà plus d’un ouvrage.  Ce ne fut pas le cas. L’Occupation lui offrit l’occasion  d’interpréter son dernier acte, le plus ignoble malgré un cursus déjà bien méprisable.
 
Fin 1941 ou début 1942, il rejoignit la Gestapo française au sein de la Carlingue, le 93 rue Lauriston de sinistre mémoire. Adjoint de Lafont, il joua un rôle prépondérant et efficace dans le racket, le vol, la dénonciation, le recrutement de malfrats, la traque de résistants dont il se fit aussi le tortionnaire, etc. On lui doit également  d’avoir pris part aux opérations menées en province par la « Brigade nord-africaine », créée en janvier 1944 par Lafont et Mahfou El-Maadi et  censée décharger les armées allemandes de la lutte contre les maquis.
 
Puis, sentant le vent tourné, après avoir détruits tous les dossiers compromettants de la rue Lauriston, il s’enfuit avec Lafont dans une ferme à Bazoches-sur-le-Betz (Loiret). Dénoncé par Joanovici, il fut arrêté avec sa famille le 31 août 1944.
 
Comptant sur la solidarité policière pour lui éviter le pire, prêt à collaborer pour que la Justice tienne compte de cette coopération spontanée, tout en  amoindrissant considérablement ses responsabilités, il livra les noms de ses complices  de la Carlingue en les chargeant au maximum. Ouvert le 1er décembre 1944, le procès de la bande Lafont-Bonny se conclut le 11 par plusieurs condamnations à mort dont celle de Bonny.
Procès de la bande Lafont-Bonny (1er rang, 2ème en partant de la gauche) en décembre 1944.
Fusillé le 27 décembre 1944 au fort de Montrouge, il fut inhumé dans la 8ème division du cimetière parisien de Thiais.
Pierre Bonny exécuté © Rue des Archives/Other Images
8ème division du cimetière parisien de Thiais où furent inhumés les collaborateurs fusillés dans divers forts militaires près de Paris. © MCP
15 février 2020
Et ensuite ?
 
Le 13 octobre 1953, ses restes furent exhumés pour être transférés au cimetière Rochefort de Gradignan (Gironde) où sa belle famille possédait une concession. Dans son livre, Mon père, l’inspecteur Bonny, son fils, Jacques, apporte un témoignage précis sur ce transfert. Présent lors de l’exhumation, c’est lui qui transporta en voiture la boîte-cercueil contenant les ossements paternels jusqu’au cimetière de Gradignan où étaient alors présents : outre sa mère « Quelques personnes étrangères. Des gens des pompes funèbres. Le secrétaire de mairie. Le garde champêtre, […]. A quelques mètres, deux hommes se tiennent discrètement à l'écart : deux journalistes ». Une fois le curé arrivé, « Quelques prières chuchotées. Trois coups de goupillon. […]. La petite caisse descend lentement et disparaît dans le caveau en cours de construction. Aucun nom n'est gravé dans la pierre. Un jour, peut-être, j'y ferai inscrire : Pierre BONNY, né en 1895, fusillé en 1944. »
 
A priori, avec de tels détails, dont je n’ai indiqué que les plus explicites, localiser sa tombe, ou savoir ce qu’il en advint devait être facile. Erreur !
Si j’ai pu obtenir tous les renseignements possibles sur la concession familiale de Mme Bonny, dans laquelle il n'est pas, à mon grand désagrément, et pour la première fois dans l’histoire du site, j’ai fait l’objet d’une rétention volontaire d'informations par Michel Bélanger, un des maires adjoints de Gradignan, lui-même auteur de recherches sur Bonny.
 
Courriel reçu le 27 novembre 2017, en réponse à ma requête de recherche dans les archives des registres d'inhumations de la commune :
 
Madame,
 
En réponse à votre courriel d'hier adressé à la mairie de Gradignan, je me permets de vous indiquer mon ouvrage Gradignan, 1914-2014 (Bordeaux, Editions de l'Entre-deux-Mers, 2 vol., 2015, 483 p.), dans lequel j'évoque le "parcours" de Pierre Bonny "de Gradignan à Gradignan en passant par la Gestapo française" (tome I, p. 88 et 111, et tome II, p. 281-282). Je viens de terminer la rédaction du tome III, qui sera publié en 2018, et apportera des compléments d'information. J'ai rencontré les mêmes difficultés et ai eu les mêmes interrogations que vous.
Bien cordialement.
Michel Bélanger (adjoint au maire et professeur des Universités)
 
Mes demandes d’explications à cette réponse inappropriée sont restées vaines.
Une nouvelle et dernière tentative, directement cette fois auprès du gardien du cimetière, n’a guère été plus concluante : selon lui,  même Michel Bélanger n’aurait jamais trouvé…
 
Voilà ! Le mystère de sa sépulture rejoint celui qui entoure le personnage lui-même. Objet d’une abondante postérité littéraire et de nombreuses controverses, une question, qui sera pourtant à jamais sans réponse exacte, reste  posée : qui était vraiment Pierre Bonny ?
 






Sources principales :
 
-L’Homme du déshonneur Par Christophe Boltanski (Libération/5 octobre 2006)
- Mon père, l’inspecteur Bonny par Jacques Bonny  Ed. Robert Laffont (1975)
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 22 juillet 2020
COPYRIGHT 2010 - 2020 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.