RETOUR PERSONNALITES LIEES A HENRI II
Pierre commémorative au cimetière d‘Anet
Tombeau par Gaignières
Tombeau recomposé par Alexandre Lenoir
La chapelle du château d‘Anet
Retour des restes de Diane en sa chapelle
Sublime créature,  François Ier la chargea de transformer ce balourd, renfermé et paresseux qu’était son fils Henri en un prince digne de ce nom. Malgré les vingt ans que la belle arriviste affichait en plus de lui, Henri tomba éperdument amoureux d’elle et le resta jusqu’à son dernier souffle.
 
C’est avec une redoutable subtilité qu’elle entretint la fascination que le prince éprouvait pour celle qui avait su cristallisé les aspirations chevaleresques du jeune homme. Si les leçons furent profitables au prince, elles le furent bien davantage pour Diane quand il devint roi, sous le nom d'Henri II.
DIANE DE POITIERS, duchesse de Valentinois (1499 - 26 avril 1566)
Chapelle du château d'Anet (Eure-et-Loir)
Cœur : Cathédrale de Rouen (Seine-Maritime)
Tombeau de Louis de Brézé  MCP
Diane la chasseresse, avait eu la chance de réchappé aux profanations de la Révolution. Mais le 18 juin 1795, alors que la chapelle était transformée en salle d’audience du Tribunal de Paix et en cantine de la garde nationale, deux commissaires de la Sûreté générale de Dreux, probablement avinés, eurent l’idée abominable de faire ouvrir le sarcophage et d’éventrer le cercueil de plomb.
 
De son vivant Diane avait époustouflé son temps par son physique qui semblait inaltérable. Les profanateurs purent en témoigner puisqu’ils trouvèrent son corps parfaitement conservé reposant entre deux de ses petites-filles mortes en bas-âge.
 
Jetés dans une charrette, les restes de Diane de Poitiers et de ses petites-filles prirent le chemin du cimetière paroissial où ils furent enfouis à même la terre dans un trou creusé au chevet de l’église. Mais au moment de se saisir de la dépouille pour la faire glisser dans son trou, le fossoyeur l’attrapa par la chevelure qui se détacha du crâne ! Boucles blondes que se partagèrent sauvagement les membres du Comité de Surveillance à quile fossoyeur  présenta son trophée.
Tombe de Diane au cimetière d'Anet
Tombeau de Diane
Depuis 1795, le tombeau de Diane avait bien souffert. Alexandre Lenoir en récupéra des morceaux qu’il fit assembler avec d’autres pièces de diverses provenances sans tenir compte de son aspect d’origine.
En 1830, sur ordre de Louis-Philippe, l’aberrant tombeau, jusque là conservé par Alexandre Lenoir au Musée des Monuments français, fut déménagé dans la laiterie du château de Neuilly.
En 1848, victime de nouveaux révolutionnaires, ses ruines se retrouvèrent confinées puis redressées dans une dépendance du château de Versailles, etc. jusqu’à enfin retrouver sa place d’origine dans la chapelle entièrement restaurée de 1959 à 1967.
Mausolée de Diane au Musée des Monuments français
En 2008 des recherches furent effectuées dans cette tombe avec l’espoir d’identifier les restes de Diane et de ses deux petites-filles afin de les replacer dans leur sépulture d’origine. Les analyses effectuées sur Diane, comparées à une mèche de ses cheveux, authentifièrent la dépouille mais révélèrent aussi une concentration en or beaucoup plus élevé que la normale. Selon le chroniqueur Brantôme, son contemporain, la duchesse prenait quotidiennement de l'or en boisson, comme élixir de jouvence. Ce qui lui aurait donné son teint extrêmement pâle mais qui l'a peut-être lentement empoisonnée. C'est ainsi que lentement, elle s'empoisonna.
 
Le 29 mai 2010, après 215 ans, les quelques restes de Diane de Poitiers  rejoignirent enfin leur tombeau au cours d'une cérémonie aussi solennelle que grandiose célébrée par la ville d’Anet.
Chapelle du château d'Anet
Les restes de Diane retrouvent leur tombe.
(*) commentaire(s)
Amoureux passionné, Henri la couvrit de cadeaux et de faveurs à la grande humiliation de Catherine de Médicis qui, dans l’ombre, tissait patiemment le fil de sa rancune.
Avec la mort brutale du roi, ce fut le face à face de la reine de cœur avec la reine de fait. L’heure de la vengeance pour l’une et du glas pour l’autre avait sonné.
L’envie de faire subir les pires sévices à sa rivale traversa certainement l’esprit de la souveraine. Mais Diane appartenait à une famille puissante et restait l’amie des Guises. De surcroît Catherine de Médicis était bien trop intelligente pour céder à cette tentation. Elle se contenta de déposséder la « Mère Poitiers » de tout ce qui était en son pouvoir de lui saisir à commencer par les bijoux que la « reine de Beauté » vint déposer avec humilité devant Catherine.
Parmi les biens qui lui restaient, il y avait le château d’Anet où elle se retira et vécut discrètement. L’époque où les artistes louaient ses bienfaits de mécène et idéalisaient son corps était bien lointaine.
 
Un matin, elle si active, ne se leva pas. Ambroise Paré, Guillaume Chrétien, les saignées et le bouillon de poule restèrent inefficaces. Diane mourut de ce qui ressemble à un refroidissement.
A l’annonce de sa mort, Catherine de Médicis se contenta d’apprécier le fait que sa rivale avait enfin vieilli…
 
Elle fut inhumée provisoirement dans l'église du village en attendant la fin des travaux de  la chapelle sépulcrale du château qu'elle avait commandés. Le provisoire dura onze ans ! En 1577,  son petit-fils,  le duc d’Aumale, Charles II de Lorraine, devenu propriétaire du château d’Anet, l’a fit enfin inhumer en grande pompe.
 
Selon son vœu, son cœur avait rejoint la dernière demeure de feu son époux, le sénéchal Louis de Brézé (1531) -dont elle eut deux filles, Françoise de Brézé et Louise-  inhumé en la cathédrale de Rouen. Elle avait épousé en 1515, ce vieux barbon qui avait l'âge  d'être son grand-père et, quand il mourut, pour éviter toute faute de goût avec le deuil douloureux de femme solitaire qu’elle afficha, elle lui avait fait construire un somptueux tombeau. Il est vrai qu'elle l'admirait et qu'elle lui devait sa fortune.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
Dernière mise à jour
au 20 octobre 2017
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.